Couverture de l'Art de la Guerre par Sun TzuLorsqu’on crée puis dirige une entreprise, on se trouve automatiquement dans un marché dans lequel la concurrence fait rage. Chacun essaie dans un premier temps de faire vivoter son entreprise et de se rémunérer décemment. Puis vient le temps du développement, en fonction des sensibilités et ambitions de chacun.

Au final c’est bien simple, deux facteurs définissent la survie et le développement d’une entreprise :

  • Sa capacité structurelle à régler ses propres problèmes et accroître son activité tout en générant des profits,
  • Sa capacité à résister à ses concurrents et à se développer malgré la concurrence.

Dans un premier temps, lorsqu’on crée sa société, il est nécessaire de tout faire à partir de zéro : définir la structure, s’occuper de l’administratif, les produits, les prix, faire le marketing et le commercial, embaucher, faire les procédures… toutes ces choses sont des challenges plutôt centrés sur l’entreprise, ses clients et prospects. Une lutte acharnée pour mettre les choses en place de telle sorte que cela tourne.

D’autre part c’est la compétition qui définit les gagnants et perdants d’une guerre entre concurrents. J’emploie le mot guerre même s’il peut choquer : business is business comme on dit. Ainsi, lorsque plusieurs entreprises veulent réaliser un maximum de chiffre d’affaires et de profits tout en maximisant leurs parts de marché, cela se fait tôt ou tard contre d’autres entreprises.

Donc, entreprendre c’est en quelque sorte faire la guerre. A ce titre, le livre l’Art de la Guerre s’intéresse exactement aux deux facteurs de réussite cités plus haut. Il est donc utile à toute personne qui occupe des responsabilités au sein de l’entreprise.

En effet, le livre l’Art de la Guerre propose une vision théorique et pratique de la façon dont devrait se dérouler une guerre parfaite, menant assurément vers le succès.

Critique du livre l’Art de la Guerre

Il y a 2500 ans en Chine, du temps des Royaumes Combattants, une personne, Sun Tzu, s’est attachée à théoriser dans un seul livre les bonnes pratiques pour faire la guerre. Ce livre est extraordinaire : 25 siècles plus tard, il est toujours d’actualité. Et même adaptable au monde de l’entreprise.

L’Art de la Guerre de Sun Tzu explique en effet des bonnes pratiques à utiliser pour remporter des batailles contre ses concurrents. Comment préparer son équipe et ses produits, pourquoi et comment faire de la veille économique, comment déterminer ses points forts et points faibles et ceux des concurrents. Les applications sont vastes.

Sun Tzu attache une importance considérable à la valeur de l’être humain et au leadership. On apprend par exemple dans ce livre que l’Art de la Guerre… c’est ne pas faire la guerre. C’est à dire remporter des victoires sans même avoir combattu, grâce à bien d’autres techniques que Sun Tzu explique.

Sun Tzu parle de fantassins, d’arbalétriers, de terrains montagneux, d’éclaireurs, de généraux, de souverains, d’approvisionnement en eau et en nourriture, d’étendards et de tambours.

Aujourd’hui, on parle de marché, de management d’équipes, de salaires, de motivation, de clients et fournisseurs, de marketing, de communication et de veille économique, d’actionnaires et de managers.

2 500 ans plus tard, les fondamentaux sont les mêmes.

Seulement voilà, il y a tout de même un hic : l’Art de la Guerre est difficile à lire. Il se présente sous la forme de chapitres et de versets numérotés. Par exemple, au chapitre IV verset 10, on peut lire :

Dans les temps anciens, ce que l’on disait Experts dans l’art de la guerre l’emportaient sur un ennemi facile à vaincre.

Et la note de bas page précise “L’ennemi fut vaincu facilement parce que les experts avaient préalablement créé des conditions favorables”. Je trouve cela passionnant.

Mais reste que les 100 pages des 13 chapitres de l’Art de la Guerre sont écrites de la même façon. Le livre l’Art de la Guerre que je vous propose contient également 90 pages d’introduction ainsi que 40 pages d’annexes, pour 255 pages au total. Donc, il faut s’accrocher.

Conclusion : bons et mauvais points pour décider de son achat

Le livre l’Art de la Guerre de Sun Tzu est un livre théorique et pratique qui éclaire par interprétation contemporaine comment manager son entreprise pour réussir et gagner des parts de marché.

Je commence par les mauvais points du livre :

  • La structure sous forme de versets : et la lecture obligatoire des notes de bas de pages qui les expliquent, les mettent dans le contexte ou donnent les différentes interprétations possibles.
  • C’est une traduction… de traduction : c’est une traduction française d’une version anglaise. Le livre gagnerait à partir directement du chinois.
  • Effort intellectuel : le livre se destine à la base à des personnes qui font réellement la guerre, et les contextes et exemples datent d’il y a 2500 ans. Un effort intellectuel est nécessaire pour remettre ces éléments dans le contexte contemporain et dans le contexte de l’entreprise.

Les bons points du livre :

  • Effort de contextualisation facilité : Sun Tzu explique que la meilleure façon de gagner, c’est de ne pas faire la guerre. Ce qui est compatible avec nos sociétés.
  • Exemples et anecdotes : les notes de bas de pages donnent des exemples et anecdotes aussi nombreuses que passionnantes.
  • Accessibilité même aux petites entreprises : Sun Tzu explique comment réussir même avec de petites armées. De nos jours ses techniques sont accessibles aux chefs de petites entreprises (voir notamment cet article et celui-ci qui font référence à Sun Tzu).
  • Le prix : en ce moment, il est à 14,90 euros chez Amazon.

En conclusion donc, courez l’acheter si vous vous demandez comment quelqu’un, il y a 2500 ans, savait déjà comment vous pouviez réussir comme entrepreneur/manager.

Vous trouverez ce livre en vente dans toutes les bonnes librairies, y compris chez Amazon.

Vous l’avez lu ? Qu’en pensez-vous et que vous inspire t-il ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement