Bonjour Thibault,

Vous êtes un jeune entrepreneur qui ne manque pas d’idées ! Vous avez en effet lancé votre entreprise dans le secteur du hyper concurrencé du sport, mais avec un angle d’attaque original.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je m’appelle Thibault, j’ai 25 ans, je suis originaire d’une petite située au sud de la Forêt de Fontainebleau. J’ai créé la marque Coco & Rico qui est spécialisée dans la commercialisation de produits énergétiques et diététiques destinés à la pratique sportive (endurance).

L’objectif est de proposer une alternative originale, simple et bonne aux produits actuellement disponibles qui vantent avant tout des mérites techniques et compétitifs.

Interview d’entrepreneur dans le domaine du sport

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

En réalisant une étude sectorielle en première année de Master, je me suis rendu compte que toutes les marques du secteur s’alignaient sur le même discours de communication : la performance et la compétition.

En même temps, je pratiquais beaucoup de sports d’endurance (VTT et trail) et j’ai constaté que beaucoup de pratiquants le faisaient avant tout pour le plaisir : il y a avait donc une brèche, un Océan Bleu dans un secteur hyper compétitif, j’ai choisi de foncer !

 Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Ce n’est pas si simple mais ce n’est pas si compliqué. Dans mon cas, je trouve plus simple de me lancer en tant que créateur d’entreprise, que de chercher et trouver un emploi dans lequel je ne dois m’épanouir qu’en faisant ce qu’on attend de moi.

 Le conseil que je donnerais est de bien travailler sa stratégie, son positionnement stratégique. C’est, selon moi, LE facteur clé de succès d’une bonne création. Une bonne stratégie vous permet de communiquer plus facilement. Sortir de l’existant, jouer la carte de l’originalité et de la transparence sont autant de points forts que sauront apprécier les médias et votre future clientèle.

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Effectivement, beaucoup de sacrifices. Le principal sacrifice, dans mon cas, a été de mettre de côté ma vie de jeune étudiant fougueux. Concrètement, j’ai mis de côté une très grande partie de mes revenus collectés lors de ma formation (école de commerce) effectuée en alternance. J’ai ensuite poursuivi mes études en Master (entrepreneuriat du sport) grâce aux allocations chômages (1/2 SMIC).

Je continue les sacrifices car mes droits chômage se sont arrêtés au mois d’août, il faut alors que je trouve un emploi “alimentaire” le temps que je puisse vivre de mon entreprise.
Est-ce que ça vaut le coup ? Pour être honnête, je ne me suis jamais senti aussi vivant que depuis que je vis cette aventure, donc oui !

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

J’ai enfin pu m’accomplir. 5 ans d’études, dis comme ça, ce n’est pas grand chose. Mais à 25 ans, ça représente 20% de sa vie, ce qui est énorme ! Je ressens un peu ce qu’un marathonien ressent lorsqu’il passe la ligne d’arrivée, une espèce de soulagement, “ça y’est, c’est fait !”.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Du soutien ! L’entreprise est aujourd’hui financé à 100% : toutes mes économies et une partie de celles de mon entourage (love money). Cependant, depuis le début, j’essaie de rendre le projet le plus participatif possible en animant un blog et ne partageant l’aventure sur divers forums spécialisés.

Du coup, j’ai posté récemment le projet Coco & Rico sur une plateforme de crowdfunding (financement participatif) afin de collecter 3000€, somme destinée à la fabrication d’un nouvel arôme de boisson énergétique.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

La création d’entreprise, selon moi, nécessite un peu de créativité. Le lien avec une forme d’art est donc faisable, à des niveaux différents selon les aspects de la création d’entreprise. Le lien entre art et comptabilité est très abstrait, par contre celui entre art et communication/marketing est plutôt concret !

Merci Thibault !

Pour contacter Thibault, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement