Michel Vernet est inventeur (lauréat du Concours Lépine 2008) et dirigeant d’entreprise (T’enrêv System).  Sa société a réalisé l’année dernière 300 000 € de chiffre d’affaires. A 47 ans, c’est aussi un grand sportif qui pratique assidument le triathlon.

Récemment, il s’est lancé un défi un peu fou : participer à l’émission The Island sur M6 et tenter de survivre dans des conditions extrêmes. Le concept est simple : 13 hommes sont laissés seuls pendant 4 semaines sur une île déserte au large du Panama. Ils ne disposent que de 3 machettes  3 couteaux, une trousse de premier secours et 40 litres d’eau (pour être autonomes durant 24 heures). Grâce à un poste radio, ils peuvent communiquer avec la production (s’ils perdent le signal radio, ils peuvent utiliser un téléphone satellitaire.

A eux de se débrouiller pour se nourrir, boire, dormir, lutter contre les intempéries et gérer les animaux sauvages !

A l’issue de cette expérience éprouvante,  au cours de laquelle il a perdu une dizaine de kilos, Michel Vernet constate que oui, être entrepreneur aide à survivre en milieu hostile. Même si beaucoup de ce que l’on croit savoir est anéanti par la réalité du terrain…

Découvrez son interview.

The Island : l’aventure d’un entrepreneur

Pourquoi avoir tenté cette aventure ?

Michel Vernet, entrepreneur et inventeurJe voulais voir comment je me comportais en groupe, si le groupe allait m’accepter, me reconnaitre, me rejeter, me demander de prouver des choses etc …

Je voulais aussi prouver que j’avais du potentiel. Je ne fais pas sérieux dans mon entreprise. Tout le monde me demande :“ok , vos inventions c’est bien … mais votre métier, c’est quoi ? “.

En fait derrière Tenrev il y a une vraie entreprise, bénéficiaire, avec une activité digne de la sarl qu’elle est, et pourtant j’y suis seul, je travaille souvent en maillot de bain l’été, je fais 2h00 de sport par jour ( le mec qui n’en fiche pas une :) ) , … mais ça bosse, même si je n’ai pas la cravate. Comme ça mes filles peuvent dire “mon père ? c’est celui qui a fait The Island” , ça évite de dire “mon père ? heuuuu, il bricole dans son garage”.

Votre expérience d’entrepreneur et d’inventeur a t-elle été utile pour survivre dans un milieu hostile ?

L’inventeur est curieux, observateur, découvreur de solutions. Le chef d’entreprise est gestionnaire, visionnaire, il anticipe.

Donc oui ces qualités ont été primordiales en survie, surtout dans l’anticipation. Pour boire, il faut prévoir 24h00 à l’avance ( aller chercher l’eau, faire du feu, bouillir l’eau, la faire refroidir, la filtrer la mettre en bouteille … et la boire. = 24h00 )

Est-ce qu’il n’y a pas un vrai décalage entre ce qu’on croit savoir ( méthodes pour gérer son stress, capacité de résistance, organisation…) et la réalité du terrain, surtout quand on a faim et soif ?

En survie, on est à la base de la pyramide de Maslow. On a faim, soif et sommeil. On n’éprouve rien d’autre. La réflexion est totalement brouillée, on ne réfléchit que par rapport à la nourriture, à l’économie d’énergie. Comment rentabiliser avec assurance le moindre effort physique ?

Je pensais être fort physiquement, car bien préparé par le sport, mais non, il n’en a rien été. On a des très hauts et des très bas, c’est difficile de rester neutre ou de garder son calme, de gérer son stress. On ne gère plus rien, on redevient instinctif, animal, excessif, on réapprend tout, différemment.

Qu’est-ce qui vous a semblé le plus difficile ?

Ne plus avoir de forces m’a projeté dans le mondes des “vieux” ! J’ai fait le parallèle avec mon avenir d’entrepreneur, et je me suis dit que j’avais atteint mes limites. Qu’il fallait donc soit embaucher, soit réduire la voilure pour commencer à décrocher petit à petit.

Voilà ce qui a été le plus dur, le regard des plus jeunes sur quelqu’un qui pouvait s’imposer parmi eux par sa force, son courage, ses idées … et qui finalement n’avait plus que le mental pour résister.

Expérience d’un entrepreneur dans une situation difficile

Quand vous en aviez marre, que vous vous sentiez fatigué et découragé, qu’est-ce que vous vous disiez pour vous remotiver ? Comment avez-vous fait pour tenir tout au long de cette aventure ?

J’avais ce que j’appelais “ 3 piliers “ :

  1. ma famille qui me soutenait et qui n’aurait pas voulu me voir faible et abandonner
  2. mes amis triathlètes, rompus à l’effort extrême qui me donnaient du courage
  3. les milliers d‘anonymes qui auraient rêvé d’être à ma place !

En survie comme en entreprise, il faut avoir LA FOI.

Les contraintes administratives, les clients pénibles, et autres milliers de contraintes etc … qui font vaciller la motivation du chef d’entreprise au quotidien, vont de paire avec les déboires de la pêche, les chamailleries du groupe etc … qui font vaciller la motivation de l’aventurier.

Il faut Y CROIRE dans les 2 cas, penser que demain sera un jour meilleur. Trouver du positif là où il ne semble pas y en avoir du tout !

En définitive, cette expérience a t-elle été positive ? Quelles leçons en retirez-vous ?

Très positive car je me pose cette fois la question d’embaucher réellement, moins évasivement que par le passé. J’aurai appris qu’une vie régulière de sportif ne rend pas invincible.

J’ai plus confiance en moi ( moins peur du téléphone que je déteste) et je prends du recul sur les petits tracas de la vie , privée ou professionnelle.

Merci Michel !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement