A l’occasion de la semaine “Quel statut pour votre entreprise ?” du 10 au 17 septembre 2012 sur Gautier-Girard.com,  des entrepreneurs ont accepté d’apporter leur témoignage sur le statut qu’ils ont choisi pour exercer leur activité.

Pierre Maurin, consultant et formateur, explique ce qui l’a conduit à opter pour le portage salarial.

Bonjour Pierre,

1) Pourriez-vous vous présenter ainsi que votre activité en quelques mots ?

Je suis Pierre Maurin, consultant-formateur en gestion financière pour les TPE, les créateurs ou repreneurs d’entreprise et les PME.

Mon métier consiste à aider les entreprises en difficulté à essayer de trouver des solutions d’amélioration, en évitant le recours aux licenciements et aux coupes “franches” dans les frais généraux : soit plus clairement, éviter de réduire les coût à “l’aveuglette”, en privilégiant la recherche et l’identification des origines des ventes à perte.

En ce qui concerne les créateurs d’entreprise, mon métier consiste plutôt à faire du préventif par la sensibilisation et la formation aux bonnes pratiques de gestion.

 2) Quel est le statut de votre entreprise ? Pourquoi l’avoir choisi ?

 Le statut sous lequel j’exerce mon activité principale est le portage salarial. Mais depuis 2009, j’ai dû recourir à d’autres statuts (intérim management, salariat en CDD court, formateur-vacataire, auteur d’articles), afin de faire face à une baisse d’activité significative.

Au démarrage de mon activité, en septembre 2004, j’ai choisi le portage salarial, car le projet de création d’un société avec 5 autres personnes a finalement échoué. Et comme créer cette entreprise tout seul était impossible pour des raisons propre à ce métier (chiffre d’affaires trop faible, seuil de rentabilité trop difficile à dépasser…), j’ai préféré dans un premier temps tester ce projet sous la forme du portage salarial.

Et si aujourd’hui je suis toujours sous ce statut, c’est qu’il est pour ma part le seul rentable pour le moment et le plus souple, qui plus est.

3) Quels sont selon vous les avantages et les inconvénients de votre statut actuel ?

De mon point de vue, et par rapport à ma propre situation (ce qui signifie que ce n’est pas une généralité), les avantages sont :

  • la souplesse de fonctionnement
  • l’avantage de n’être pas tout seul : la société de portage peut nous conseiller utilement et faire profiter le consultant porté de son réseau professionnel
  • pouvoir continuer à cotiser comme un salarié
  • pouvoir bénéficier du numéro de formateur de la société de portage pour réaliser des conventions de formation pour les clients qui le demandent
  • la possibilité d’utiliser un nom commercial, le fait de pouvoir rassurer un client méfiant vis-à-vis des indépendants car la société de portage s’engage à vérifier que le consultant-formateur a bien réalisé sa mission correctement, conformément au cahier des charges fixé par le client, que le contrat de prestations est exempte de vis de forme, etc….

Au niveau des inconvénients :

  •  on n’a pas sa structure juridique à soi
  • les relations contractuelles avec les clients sont souvent plus longues ou fastidieuses (suivant le degré de formalisme de la société de portage et le degré de complexité de son mode de fonctionnement, notamment sur le plan administratif)
  • certaines sociétés de portage salarial n’ont pas un comportement qui respecte le principe du portage salarial (tel édicté par la Loi n°2008-596 du 25 juin 2008, portant sur la modernisation du marché du travail) et essayent de se “faire de la trésorerie” sur le dos de ses portés
  •  certains clients, notamment dans le secteur public, refusent de travailler avec des prestataires en portage salarial, souvent par principe ou par méfiance (due très souvent à une méconnaissance de ce statut).

Merci Pierre !

Pour contacter Pierre, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement