A l’occasion de la semaine “Quel statut pour votre entreprise ?” du 10 au 17 septembre 2012 sur Gautier-Girard.com, des entrepreneurs ont accepté d’apporter leur témoignage sur le statut qu’ils ont choisi pour exercer leur activité.

Jacques Mathurel, artisan, explique ce qui l’a amené à opter pour la micro-entreprise (entreprise individuelle au régime micro-fiscal).

Bonjour Jacques,

1) Pourriez-vous vous présenter ainsi que votre activité en quelques mots ?

Bonjour à toutes et à tous. Je m’appelle Jacques MATHUREL, je suis artisan dans la rénovation du bâtiment.

Mon activité consiste à rénover tous les logements :  la plomberie, l’électricité, la peinture…bref tout y passe.

Je travaille entre autres pour des agences immobilières pour qui je fais les interventions de remise en état des logements et les dépannages de tous genres. Cela peut aller de la pose de boite aux-lettres, de sonnettes, de remplacement de chauffe-eau ou chaudière, de robinet, à la réfection des joints de douche…, enfin tout ce qu’il y a à faire.

Je travaille aussi avec des enseignes de bricolage pour qui je pose les poêle à bois, les radiateurs, les ballons d’eau chaude…A chaque fois qu’un client a besoin de poser quelque chose,  les enseignes donnent une de mes cartes. On est tous les deux gagnants :  eux font une vente grâce à moi et moi j’ai un client. Cela demande une grande confiance de la part des enseignes de bricolage qui me confient leurs clients.

2) Quel est le statut de votre entreprise ? Pourquoi l’avoir choisi ?

Je suis artisan avec le statut micro-entreprise.

C’est un statut qui a été choisi afin de mettre mes clients en pleine confiance, car dans le bâtiment les auto-entrepreneurs ont fait beaucoup trop de mal. Je ne pouvais pas choisir ce statut qui aurait été suicidaire pour mon entreprise, mais qui pourtant aurait été un bon tremplin pour lancer en toutes tranquillité mon activité.

3) Quels sont selon vous les avantages et les inconvénients de votre statut actuel ?

Les avantages c’est que comme l’on engage notre patrimoine, on est plus crédible.

D’un autre côté, on est assommés par le RSI même si on ne fait pas de chiffre d’affaires et en ce qui concerne les prêts bancaires faut tenir des années pour y avoir droit, alors que c’est au début que le plus gros besoin existe.

L’autre inconvénient est que l’on doit travailler presque 20h 00 par jour au début si on veut réussir à démarrer son entreprise et ne pas mettre en danger son patrimoine, sans parler que l’on cotise pour le chômage mais que l’on n’ y aura jamais droit.

Je conseille aussi à ceux qui veulent se lancer dans l’aventure de ne pas négliger les assurances en cas de maladie ou d’accident. Là, par exemple, j’ai un soucis de canal carpien qui m’handicape et je dois me shooter aux médicaments si je ne veux pas passer par la case opération. Faute de quoi, comme je n’ai pas de salarié mon entreprise va devoir fermer, c’est impossible de se retrouver trois mois en arrêt de travail.

Merci Jacques !

Pour contacter Jacques, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement