Bonjour Sébastien,

Vous êtes consultant et vous intervenez auprès des porteurs de projets, des créateurs et des repreneurs d’entreprise.

 Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je m’appelle Sébastien Auger, j’ai 39 ans et j’habite à Louviers (Eure).

J’ai un parcours quelque peu atypique : Titulaire d’un DEA en Géographie, je me suis tourné très tôt vers la création d’entreprise avec une S.A.R.L. que j’ai dirigé pendant 4 ans. Puis, je me suis lancé dans le commercial en B to C pour le compte d’une grande enseigne, et j’ai ensuite exercé la fonction de Manager.

Aujourd’hui, je crée “Business Reaction” en statut d’auto-entrepreneur dans un premier temps. Sa vocation : accompagner les porteurs de projets et réaliser les études préalables (Études de faisabilité, de Marché, Business Plan…) nécessaires à la création et notamment à l’obtention de prêts ou d’emprunts.

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

L’idée m’est venue en me remémorant mes “premiers amours” du parcours de la création de ma première société. A l’époque, mon associé et moi-même étions accompagnés par un comité de pilotage : “Synergia” (14).

Ayant thésaurisé une expérience entrepreneuriale et commerciale, et affectant particulièrement les relations humaines, j’aspire aujourd’hui à mettre mes compétences et mon expérience au service de créateurs ou de repreneurs d’activité en les accompagnant dans leurs démarches.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Se lancer, cela veut avant tout dire : “oser”. Il faut donc se montrer opiniâtre, communiquer son envie à son entourage et ses futurs partenaires.

Mais oser ne signifie pas qu’il faille foncer sans réflexion, sans mûrir son projet ; il faut aussi savoir prendre conseil auprès des professionnels dont c’est le métier de vous aiguiller au mieux.

Il faut également ne pas avoir peur de l’échec, tout en l’intégrant comme un facteur de risque. C’est en prenant pleinement conscience des enjeux sous tous les angles (points forts / points faibles) qu’on se donne toutes les chances de réussir.

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Des sacrifices, on en fait quel que soit la voie que l’on choisit.

Certes, monter une structure prend beaucoup de temps et réclame la compréhension de l’entourage et de la famille. De ce côté, je considère avoir la chance d’avoir toujours été soutenu et encouragé dans mes choix.

Cela n’empêche pas de passer des moments de qualité avec ses proches. Je dirais même que c’est salutaire pour souffler, déconnecter, prendre du recul et rester au contact des choses essentielles.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

L’entreprise m’apporte avant tout la satisfaction d’évoluer dans un environnement que je peux conduire, façonner, imaginer. Mon goût du défi est sans cesse mis à contribution, et c’est un contexte dans lequel je m’épanouis.

Par ailleurs, être entrepreneur, c’est avoir le sens des responsabilités à égard d’autrui (ses clients, ses fournisseurs, ses partenaires, l’administration) mais aussi envers soi-même. C’est aussi une facette à laquelle j’accorde beaucoup d’importance.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Je recherche des partenaires pour gagner en notoriété, et donc constituer une clientèle initiale qui sera le socle de ma réputation. A ce titre, j’ai déjà amorcé quelque chose de très positif avec Gautier-Girard.com qui m’a permis de franchir un premier palier. Mais je sais que cela ne sera pas suffisant, donc je cherche des appuis pertinents, sous la forme d’échanges de liens par exemple.

Ensuite, dans un futur plus ou moins proche je souhaite m’affilier avec des organismes publics et/ou des sociétés privés pour exercer en tant qu’intervenant/consultant : Ecoles de commerces, Pôle emploi (création d’entreprise), séminaires d’entreprises (marketing), etc. C’est un autre aspect de Business Reaction que je souhaiterais développer, mais ce sera une seconde étape qui nécessitera sans doute l’embauche de collaborateurs.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Pour une question originale… c’est une question originale ! Si on définit la créativité comme une manière singulière d’être la pratique d’un art, alors je répondrais oui.

Mais on peut aussi faire des associations :

  • On modèle la physionomie de son entreprise (Sculpture)
  • on dessine sa toile -ou sur la toile- en s’organisant en partenariat/réseau (Peinture)
  • on réalise le film de son parcours professionnel de Dirigeant (Cinéma)
  • on est l’architecte de sa structure humaine, économique et financière (Architecture)
  • on doit surfer sur les innovations et les changements économiques (Danse?)
  • on se doit d’être un bon rédacteur pour assurer sa communication (Ecriture)…

Je crois que j’ai fait le tour des 7 arts majeurs. Ah non, il en manque un : La musique. Je la préfère moderne, je ne suis pas adepte du classique. Et vous ?

Merci Sébastien !

Pour contacter Sébastien, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement