Bonjour Philippe Aïn,

Vous avez créé en 2007 une entreprise de vente de produits typiques des pays du monde, dont le site web vient d’être mis en ligne.

- Pourriez-vous vous présenter aux lecteurs en quelques phrases, ainsi que votre entreprise et son concept ? Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer dans ce projet ?

Photo de Philippe Aïn

Bonjour Gautier, et merci de nous accorder cette interview.

Philippe Aïn, jeune entrepreneur de 25 ans. Un parcours assez classique (IUT techniques de commercialisation à Sceaux, puis Master ESC Toulouse option Entrepreneur / ESEC Barcelone option Marketing).

Je présente également mon associé car il a tout de même 50% des parts, du coup il a également fait 50% du boulot ? ! Romain Chiaramonte, 25 ans, et exactement le même parcours (avec un IUT à Montluçon pour sa part).

Le site Planet Explo est né de la rencontre entre deux hommes sur le campus de l’école de Barcelone. Les deux sont passionés de voyages et de cultures et développent ensemble l’esprit d’entreprenariat et de découverte. Ils ont eu la chance de voyager pendant leur enfance dans de nombreux pays et d’y découvrir des modes de vie complètement différents et parfois même d’y vivre un certain temps.

Je pense que c’est avant tout cet esprit d’ouverture forgé depuis le plus jeune âge qui nous a poussés à créer le site. Une manière d’exprimer un cocktail explosif composé de découverte, de rencontres humaines et de partage des cultures.

La vocation du site est donc logiquement de faire découvrir les cultures d’un plus grand nombre de pays du monde à travers l’artisanat (homme+savoir-faire+tradition). On apprend ainsi en lisant les fiches produits que le “maté” est une boisson infusée dégustée tout les jours et en tout lieu par le peuple argentin.

Le but est donc d’essayer de transmettre à un maximum de personnes possible la richesse que peut représenter la culture de nos voisins. Il fallait cependant trouver un fil conducteur à cet enseignement, et c’est tout naturellement que nous avons choisi l’artisanat qui nous paraît le plus ancestral moyen de transmission depuis que l’homme est apparu !

En résumé :
Le concept de l’entreprise est fondamentalement novateur : proposer des articles issus de l’artisanat mondial sur un seul et même site en regroupant tout les continents du monde ! Principalement décoration et art de la table, mais aussi habillement, alimentaire, loisirs, bijoux…

Deux motivations essentielles pour le lancement :

  1. notre amour du voyage et de la culture au sens large du terme,
  2. le fait que cela n’existe pas sur Internet.

Le site e-commerce de Planet Explo Le site web de Planet Explo. Doté d’une identité immédiatement reconnaissable, il se distringue aussi par l’emploi de la technologie Flash qui améliore l’interactivité avec le client. La boutique en ligne permet de commander des produits artisanaux du monde entier et de les recevoir 48h à 72h plus tard.

- Vous avez monté Planet Explo tout en conservant votre poste actuel de Responsable Commercial. Est-ce par sécurité le temps d’amorcer le projet ? Maintenant que vous le vivez, quels sont les avantages et les inconvénients d’être chef d’entreprise par rapport à un poste à responsabilités mais salarié dans une société ?

Effectivement, nous avons choisi de conserver notre emploi tout en construisant un projet à côté… Non… A vrai dire cela ne s’est pas réellement passé comme cela. En ce qui me concerne, j’avais déjà essayé de créer une société juste après la fin de mes études (une marque de chemises pour hommes d’affaires). Le projet s’est interrompu au bout de 10 mois pour diverses raisons (financières, contacts et team).

Pour des raisons économiques, je suis donc rentré comme salarié dans un grand groupe textile pour me forger une expérience. Cela se passe très bien mais la liberté d’action n’est pas la même. L’envie m’a donc démangé de retenter l’aventure avec un regard différent de la création. Vous savez, quand vous sortez d’école, on vous formate sur la rentabilité, le salaire, la réussite, etc. Et même quand on est a priori moins apte à être touché que d’autres, on en ressort jamais sans influence.

Une fois compris cela, on s’attache plus à la passion qu’au résultat. C’est d’ailleurs souvent dans ces cas-là que le résultat est le meilleur. Bref… j’ai donc proposé à un ami d’école qui partageait les mêmes valeurs que moi cette idée de représentation des cultures du monde entier à travers l’artisanat sur un seul site. Une espèce de plateforme mondiale de l’artisanat. Et le projet s’est alors lancé de cette manière.
Etant tous les deux en poste à ce moment-là, il n’y avait aucune raison de s’en séparer. Nous avons donc commencé en janvier 2007 nos démarches de création.

L’inconvénient le plus contraignant est le manque de temps. C’est aussi peut-être pour ça que nous avons mis plus d’un an avant que le site puisse voir le jour. Mais… Je ne pense pas. La situation de famille peut également en prendre un coup. On travaille tous les jours de la semaine en tant que salarié et le soir venu et le week-end on endosse la casquette de chef d’entreprise. Il faut que tout le monde tienne le coup pour que ça puisse fonctionner.

Le principal avantage, c’est qu’on peut apporter les ressources financières de l’un pour l’allouer à l’autre et que si le projet s’arrête ou ne fonctionne pas, l’on puisse encore vivre tranquillement. En gros, on a pas besoin du site pour manger et nous ne sommes pas pressés par le temps ce qui permet de faire du bon travail.

L’autre avantage, c’est de profiter des contacts qu’on a pu développer au sein de notre poste de salarié.

- Le design du site web est très joli. Est-ce pour poser une marque de fabrique forte et ainsi vous différencier des confrères ? Quel est le positionnement de votre boutique en terme de clientèle ? Comptez-vous acquérir vos clients plutôt par le biais d’internet ou plutôt via de la communication “offline” ?

En effet, nous avons lourdement insisté sur le graphisme du site pour se démarquer de nos concurrents et se doter ainsi d’une identité forte. Vous savez… on part avant tout d’un constat. Pour moi l’entrepreneur est avant tout un observateur accouplé à un agitateur d’idée.

L’entrepreneur est un œil intelligent… Je m’explique : pour toutes mes idées, le même schéma s’est reproduit :

  • => Une observation : y’a quelque chose qui me dérange,
  • => un constat : effectivement ça pourrait être amélioré de telle manière,
  • => un marché : analyse de l’offre pour s’assurer du constat,
  • => une différenciation : c’est l’idée qui permettra de créer la nouveauté.

Dans notre cas, on s’est aperçus que l’offre n’était pas globalisée et souvent peu professionnelle, on a alors réfléchi à un système de plateforme, puis on a analysé l’offre pour enfin proposer quelque chose de nouveau et de différent.

De cette manière on peut ainsi identifier les points sur lesquels on veut insister et qui pour nous serviront d’éléments de différenciation. Le graphisme nous aide à transmettre cet univers de découverte, de voyage et de culture tout en permettant de nous construire une identité… C’est en effet notre marque de fabrique !

Quel type de clientèle ? Très bonne question. Nous n’avons volontairement pas réalisé d’étude de marché et le site vient à peine d’être lancé. Il est donc encore trop tôt pour se prononcer. Cependant, nous l’avons créé pour permettre aux personnes ne connaissant pas certains pays, de les découvrir via l’artisanat et pour que les personnes qui souhaitent retrouver des objets qu’ils connaissent puissent se réapprovisionner facilement (c’est-à-dire rapidement et dans une monnaie connue).

L’offre est globale également en terme de prix et de catégories d’objets et s’ouvre donc à toutes les personnes qui s’intéressent au monde, à la culture et bien sûr à la décoration.

Logo de Planet ExploNous avons prévu les deux types de communication : internet et offline“. Sachant pertinemment que le premier moyen sera notre budget le plus important mais refusant de se cantonner à un seul canal, nous nous engageons à développer notre communication par des moyens différents et plus originaux en “offline“. Le bouche à oreille à d’ailleurs déjà bien pris. Note de Gautier : le logo de la société qui sera l’un des supports de communication.

- Le site propose des produits venant du monde entier. Les tâches de recherche de fournisseurs et de mise en place de la logistique se sont-elles avérées ardues ? Quelles sont les contraintes d’une jeune entreprise qui achète et réexpédie des produits du monde entier ?

Ardues, vous dîtes ??? arduchissime oui ! Cela a été très difficile car nous voulions absolument représenter au moins un pays par continent pour que le projet soit représentatif. Alors autant il est très facile de trouver des fournisseurs sur l’Asie autant sur d’autres continents, la tâche s’est avérée beaucoup plus compliquée. Mais à force de persévérance et de patience, nous y sommes arrivés… enfin, il nous reste encore beaucoup de pays à représenter !

Il est également facile de choisir le premier fournisseur venu, cependant il est plus difficile de trouver ceux qui s’engagent éthiquement dans leur travail et dans la redistribution des richesses. C’est aussi cela le partage des cultures ! C’est donc un point d’engagement que nous avons tenu à respecter.

En ce qui concerne la logistique, nous avons eu de nombreux problèmes et nous y avons laissé une partie de nos économies. En effet, nous avons vécu plusieurs scénarios tels que la marchandise volée voire disparue, ou cassée à l’arrivée. Bref… il a fallu surmonter bien des étapes, mais que voulez-vous… l’entrepreneur prend des risques et cela fait partie de son tempérament.

Cela nous est arrivé, c’est arrivé à d’autres avant nous et ça continuera de se produire ! C’est en tombant qu’on apprend a marcher… n’est ce pas ?

Les contraintes d’une petite entreprise sont multiples : les moyens (financiers, humains et matériels : le local par exemple pour entreposer la marchandise), les contacts, la crédibilité, le pouvoir de négociation. Autant d’inconvénients qui mettent en péril votre société alors même que vous n’avez pas commencé ! Encore une fois, cela fait partie du jeu pour un entrepreneur. Le tout est de pouvoir les minimiser et si possible les prévoir.

- 1 an depuis l’idée de départ, et 8 mois depuis la création de la société se sont écoulés avant que la boutique soit en ligne sur Internet. Durant cette période qu’est-ce qui vous a pris le plus de temps pour arriver à cette boutique concrète et fonctionnelle ?

Hum… par où commencer. Le système pour la création d’entreprise en France étant rigide au possible nous avons dû créer tôt la société. En effet pour importer il faut un numéro de TVA intracommunautaire. Sauf que pour obtenir ce numéro il faut avoir un statut juridique et donc créer une société.

Cependant, vous n’avez pas d’intérêt à créer la société car vous savez que vous n’allez pas vendre tout de suite et qu’un tas de charges vont vous tomber sur le coin du nez si vous le faites. Un statut intermédiaire et temporaire serait tellement plus facile (voilà une idée pour le gouvernement en place !). Si tant est qu’il ne faille pas remplir 40 dossiers et 5 business plan pour obtenir le statut.

Bref… une fois le statut juridique en poche il a fallu acheter la marchandise d’une part et créer le site Internet d’autre part. Il a fallu également trouver des fonds pour l’acquisition du stock et donc un partenaire financier qui croit en notre projet.

Persuader le banquier n’a pas vraiment été un problème mais il a fallu passer devant un tas de commissions et cela prend beaucoup de temps.

La coordination de toutes ces variables réunies a fait que l’un ne pouvant fonctionner sans l’autre, il nous a fallu 8 mois pour arriver au résultat final.

C’est dans ces conditions qu’on apprend a être patient… très patient !

- Vous vous êtes associé pour développer ce projet. Quelle répartition des tâches avez-vous mise en place avec votre associé(e), comment fonctionne le tandem ? Dernier point, je sais que beaucoup de créateurs ont des difficultés à trouver un ou plusieurs associés. Comment cela s’est passé pour vous ?

Comme je l’ai dit au début, nous avons voulu tout partager à égalité dès le début et avons donc choisi une répartition à 50/50. Tant pour les apports que pour les pouvoirs de décision.

On se considère comme des personnes responsables et en cas de désaccord on applique le principe du dialogue. Chacun écoute les arguments de l’autre et le plus persuasif l’emporte. On a pour l’instant toujours réussi à se départager.

Très important également, on connaît les qualités et défauts de chacun. On se repose donc sur l’expérience et la connaissance dans ce domaine de l’autre… ça aide. Puis on se partage petit à petit les tâches. Je vais par exemple plus m’occuper de la finance et mon associé des relations fournisseurs.

La création d’entreprise à deux, c’est comme un couple, la base c’est la confiance !

On a eu la chance de se connaître sur les bancs de l’éc… euh non… dans les bars de Barcelone, mais le principe est le même ? On se connaît donc bien et on a déjà travaillé en groupe ensemble. C’était un avantage. Quand je suis venu le voir pour lui présenter le projet, je savais à quoi m’attendre et lui connaissait ma façon de travailler. La passion et l’âme d’entrepreneur ont fait le reste !

- Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui crée une entreprise ?

Volonté, persévérance, patience, mais le plus important c’est de croire en son projet. Cela doit être la clé de toute entreprise.

- Que recherchez-vous principalement pour développer votre entreprise à ce jour ?

Aujourd’hui, on continue notre prospection fournisseur pour étendre notre offre. On lance très prochainement une campagne de pub également : internet, presse, prospectus (avec papier recyclé bien sûr), forums, partenariats, etc.

Accessoirement, tous les clients sont également les bienvenus. Les ventes ont déjà commencé et les retours sont très positifs. Notre gestion des stocks permet au client de recevoir sa commande en 48 heures ou 72 heures maximum et de suivre sa commande grâce au numéro colissimo.

Nous attachons une importance toute particulière au service client pour qu’il est le moins de questions à se poser : fiches produits détaillées, service client ouvert toute la journée par téléphone et par mail 24h/24h, suivi du colis sur le site, échange ou remboursement en cas de problème, paiement entièrement sécurisé, etc.

- Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

C’est un art à lui seul ! Je me souviens d’ailleurs que j’avais passé un entretien pour une grande enseigne française spécialisée dans la vente d’articles de sports et qui m’avait dit après avoir passé trois entretiens : “désolé Monsieur, on ne va pas pouvoir vous prendre : vous êtes trop architecte et pas assez maçon“.

L’entrepreneur est un architecte… si ça c’est pas de l’art ! Il construit un plan, étudie les outils et bâtit sa création. C’est un réel artiste, cela ne fait aucun doute.

Merci beaucoup Philippe, je vous souhaite beaucoup de succès !

Merci Gautier et félicitations pour votre initiative… j’espère que beaucoup d’autres interviews viendront s’y ajouter. A très bientôt…

Pour contacter Philippe Aïn :

Adresse email : philippe.ain@planetexplo.com
Consultez le profil Viadéo de Philippe Aïn.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement