Bonjour Karim et Freddy,

Vous avez créé votre société pour lancer un nouvel outil marketing à destination des professionnels.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Nous sommes Karim Bakoume et Freddy Woga, dirigeants associés de la société Sylone, éditrice de services web et mobiles pour les professionnels.

Nous avons lancé récemment le service GoodPro qui permet tout professionnel de lancer en quelques minutes son propre programme de parrainage pour acquérir de nouveaux clients.

En cette période économique difficile, nous avons voulu mettre à la disposition des professionnels,  un outil  marketing simple et efficace pour développer leur activité.

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

Après avoir travaillé quelques années chez des leaders français de l’informatique et des télécoms, nous avons décidé de bâtir notre propre entreprise pour pouvoir avoir le contrôle de notre évolution professionnelle.

Au départ, GoodPro est un produit que nous avons conçu pour nous un de nos clients dont le bouche à oreille était le principal canal d’acquisition de clients .

Convaincu du potentiel que revêtait ce service, nous avons mené une étude de marché qui nous a décidé à bâtir une offre globale pour permettre aux professionnels de tirer partie des nouveaux outils de communication et des réseaux sociaux pour attirer des nouveaux clients.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Rapidement se confronter au marché et si possible associer des clients/prospects à la création de son produit.

Une de nos plus grosses erreurs a été d’attendre indéfiniment le produit parfait pour nous lancer. Avec du recul,  nous pensons qu’il vaut mieux avoir un produit fonctionnel même s’il est imparfait et le présenter à des clients dont les avis vous permettrons de l’améliorer au fil de l’eau.

Ne jamais oublier que la finalité d’une entreprise n’est pas de créer un produit mais bien de vendre ce produit.

GoodPro : outil marketing pour professionnels

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Lancer sa boite c’est avant tout une prise de risques qui doit être acceptée et assumée par tous. On renonce à la sécurité d’un CDI, au confort des RTT et aux … 35h.

Il est important d’avoir le soutien de ses proches pour limiter les impacts sur sa vie personnelle. C’est ce que nous avons fait en associant nos familles très en amont, dès nos premières réflexions sur notre projet. Solliciter leurs avis et leurs conseils a permis à nos proche de se sentir impliqués et à mieux comprendre notre projet.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

Un sentiment de responsabilité.

Dans les grandes boites dans lesquelles nous avons travaillé, nous avions la sensation d’être des numéro de matricule et d’appliquer des décisions prises par nos N+2,3,4,5,6… Dans notre entreprise, nous devons effectuer des choix stratégiques au quotidien.

Nous nous sentons plus valorisés et même si la pression est plus forte, la sensation de bâtir un édifice en partant de rien est une expérience magnifique.

Par ailleurs, la création d’entreprise est une formidable aventure humaine : rencontrer des clients, appeler des journalistes, négocier avec des fournisseurs, définir sa stratégie avec ses associés … Vous devez constamment échanger avec d’autres personnes, et surtout faire preuve d’humilité pour vous remettre en question.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Nous recherchons actuellement des financements pour soutenir notre développement commercial et lancer les autres projets que nous avons dans les cartons. Si un de vos lecteurs peut nous aider dans cette démarche, qu’il n’hésite surtout pas à nous contacter.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Un peu des deux. Dans sa phase initiale, effectivement, l’entrepreneuriat se rapproche d’un art : on imagine son produit, on arrête pas de le modifier, on fait des choix, on les discute, bref on prépare son produit comme on concevrait un morceau de jazz.

Cependant, une fois cette phase préalable passée, on entre dans une phase plus opérationnelle qui laisse moins de place à la magie et à l’improvisation : on dessine les contours de sa politique commerciale, on conçoit ses outils de communication, on va voir ses clients, etc. Quand on crée sa boite, on doit être à la fois compositeur, chanteur, agent et distributeur.  Et ça c’est magnifique.

Merci Freddy et Karim !

Pour contacter Freddy et Karim, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement