Bonjour Nicole,

Vous accompagnez l’évolution des entreprises en leur proposant d’acquérir un savoir bien spécifique.

 

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

 

Je suis formatrice indépendante, je possède mon numéro de déclaration d’existence, indispensable pour une prise en charge de votre OPCA. J’offre de la formation intra entreprise mais aussi en inter, dans des locaux loués en plein cœur de Paris, métro Les Halles.

Mes formations sont essentiellement axées NTIC, c’est dire bureautique, micro-informatique, Droit du Web et Com, Internet et messagerie, E-réputation et réseaux sociaux, tenir un blog et un site marchand, la PAO et l’initiation au graphisme.

Je viens de lancer ma plateforme e-learning (ou FOAD) destinée aux entreprises et pour les particuliers qui n’ont pas la chance de partir en formation, j’offre un blog marchand en parallèle avec ma plateforme dont ils pourront se servir. J’ai à disposition un forum pour favoriser les échanges.

 

 Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

 

Mon caractère trempé de femme d’affaires me posait certains problèmes dans mon ancienne vie professionnelle, en particulier quand j’ai perdu mon emploi de collaboratrice au sein d’une PME française qui appartenait à un groupe
Allemand. Durant 13 ans, j’ai eu la chance de collaborer avec un patron qui acceptait ma forte personnalité. Lorsque cette société a fermé, je n’ai pas retrouvé le patron avec qui j’aurais eu l’envie de poursuivre une longue route.

En revanche, celui qui s’est trouvé sur ma route m’a fait comprendre que j’avais l’âme d’une « Patronne » et que j’étais trop indépendante pour continuer ainsi. Il m’a ouvert les yeux en me disant que je devrais me lancer mon compte.

 

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

 

C’est un projet à murir en effet, il faut anticiper, prévoir le marché, chercher des nouvelles idées, exploiter toutes les ressources possibles pour faire sa propre communication et publicité à moindre frais. Et ne pas omettre les réseaux, très utiles. Ne jamais relâcher ses efforts, surtout au début, travailler de façon constante et avoir un objectif en vue.

J’ai commencé par faire de la formation intra, dans l’attente de trouver un local, mais j’avais déjà dans l’idée de lancer ma plateforme à distance. Cela fait partie des objectifs et je n’ai pas fini. Il ne faut pas stagner sur place mais se motiver et se dire que tout est possible, il y a toujours un moyen d’y parvenir.

Ma plateforme n’est pas une pure merveille technologique mais elle permet de se former distance, puisque j’ai trouvé
des « cobayes » qui ont accepté de la tester avant. Les moyens financiers ne doivent pas nous stopper, il faut garder en vue le résultat et c’est ce qui compte.

Et j’ajouterais qu’il ne faut surtout pas « se vendre » au rabais sous prétexte qu’on débute et qu’on a besoin de se faire des clients. Cela casse non seulement le marché mais je ne vois pas pourquoi on aurait à faire des cadeaux au risque d’y perdre en plus de la crédibilité et de faire du tort aux collègues indépendants qui font la même activité que nous. Les cadeaux gratuits ou les rabais ne sont pas toujours payants en retour, au contraire, l’ingratitude fait partie de la nature de l’Homme, attendre un éventuel retour d’ascenseur, pour reprendre l’expression populaire, n’est pas un bon plan. On fait un travail, ce travail a une valeur.

 

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

 

J’ai élevé trois enfants seule, tout en travaillant. Les sacrifices, je connais. Maintenant qu’ils ont quitté le cocon familial, j’ai trouvé que c’était idéalement le bon moment pour me lancer.

Bien entendu au départ, il y a un peu de sacrifices côté loisirs et sorties, surtout quand on ne veut pas relâcher les efforts. Mais je l’ai dit, les efforts et la constance payent et sur cette aventure, je ne me sens pas du tout une âme de sacrifiée.

 

 Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

 

Je suis une femme indépendante, une femme de caractère, j’aime diriger, organiser, je n’aime pas dépendre des autres ou du bon vouloir d’un patron.
Elle m’a apporté la liberté. Et plus j’avance dans mes objectifs, mieux je me sens.

 

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

 

Ma prochaine étape d’ici deux ans : étendre mon projet individuel à des membres de ma famille. J’ai un frère, dont l’entreprise menace de fermer, que je verrais très bien l’accueil et au planning de mes stagiaires. J’ai une fille institutrice donc formée à la pédagogie, et avec tous les nouveaux plans concernant l’éducation nationale, je me dis qu’un jour au cas où, elle pourrait très bien travailler pour moi en formatrice.

Pour un avenir plus proche, j’aimerais monter une GIE de formateurs très ouverts d’esprit, nous ne serions pas des concurrents mais au contraire, l’idée serait de collaborer, de nous renvoyer les formations que nous ne pouvons assumer faute de planning surchargé (ce qui est le cas pour beaucoup d’entre nous) voire même de partager des locaux communs.

 

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien voir avec l’art ?

 

Je propose de toute façon des initiations au graphisme, Adobe Illustrator, Paint Shop Pro et Photoshop ainsi qu’une prise en main de Google Sketchup. Il faut de l’imagination bien entendu pour entreprendre, du rêve comme seuls les artistes savent en vendre.

Alors oui, entreprendre est aussi une forme de talent artistique (mais une petite partie seulement, le reste s’appellerait plutôt l’art de survivre et d’exister).

Merci Nicole !

Pour contacter Nicole, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement