Bonjour Nicolas,

vous avez créé une entreprise de préparation à domicile d’apéritifs dînatoires.

- Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Bonjour, je m’appelle Nicolas Mermet et j’ai créé l’entreprise VERY IN : apéritif expérience, un concept d’apéritif dinatoire à domicile pour particuliers et entreprises.

Je me déplace chez les particuliers, dans leur cuisine pour préparer ce fameux apéritif, basé sur des verrines et des mises en bouche, une façon originale de bannir cacahuètes et autres chips, et de remplacer éventuellement un repas complet.

Je développe également des partenariats avec des bars de ma région (Midi-Pyrénées), des institutions municipales telles que les musées, mairies, centres culturels et autres entreprises locales pour des réceptions, vernissages, pots de départ, voeux…

- Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

L’idée de départ vient de mon amour de la cuisine, j’ai un parcours d’origine qui n’est pas forcément très lié avec la cuisine car j’ai pendant plusieurs années travaillé dans le social et l’insertion, mais je possède quelques expériences en restauration et puis bien sûr en autodidacte confirmé.

J’ai souhaité travailler à mon compte pour partager mes idées culinaires et je pense en toute humilité que mon concept reste assez novateur.

- Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Personnellement je ne connaissais pas grand chose au monde de l’entreprise et puis je ne possédais pas cette culture-là, je veux dire par là que mon entourage familial était assez loin de cet univers. Je me suis donc orienté vers l’ANPE qui m’a dirigé vers des boutiques de gestion pour obtenir des formations sérieuses de longue durée et mettre un maximum de chance de mon côté. Puis j’ai fini par intégrer une couveuse d’entreprises dans une coopérative d’activités afin de tester ma rentabilité et de pouvoir bénéficier d’un suivi de qualité.

Ce genre de cursus constitue un bagage important pour établir un prévisionnel “concret” qui rassurera sans doute mon banquier. Je conseille donc ce genre de parcours, et puis les chiffres sont bien là : 8 entreprises sur 10 qui suivent ce genre de méthode passent les 5 premières années sans trop de difficulté.

Il est très important de s’entourer de gens compétents qui vous permettent d’avoir un regard neuf et objectif sur votre activité.

- Se lancer, oui ! Bien mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

En terme de sacrifices, je dois avouer que cela ne change pas fondamentalement mon quotidien, bon en terme de revenus bien sur je patiente avant d’être confortable, financièrement parlant… Issu du social je suis habitué aux petits revenus !!! J’ai également accepté de travailler les week-end…

Je crois qu’il faut se montrer patient avant tout et puis ne pas se voiler la face, la conjoncture actuelle fait revoir à la baisse
certains paramètres.

- Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

L’entreprise m’a apporté des rencontres de tous genres, une responsabilité supplémentaire, mais surtout une liberté de choix qui semble indispensable pour mon épanouissement personnel. Et puis je suis un peu plus fixé sur mon avenir.

N’ayant que 28 ans je suis un peu plus rassuré qu’en étant salarié dans le social ! Par contre il faut se battre au quotidien pour exister mais c’est tout de même très gratifiant!

- Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Aujourd’hui j’essaie de trouver un premier rythme de croisière dans l’activité, je souhaite développer tous les objectifs de partenariats que je me suis fixé ! Et puis je cherche à gagner en visibilité ! N’ayant pas pignon sur rue, il n’est pas toujours évident de se faire connaitre…

- Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

J’ai toujours eu un gout prononcé pour l’art, ce fut d’ailleurs ma matière principale pour mon Bac il y a quelques années.

Je suis aussi musicien et puis enfin j’accorde beaucoup d’importance au coté artistique dans ma cuisine. Le visuel compte pour beaucoup dans mes choix culinaires (associations de couleurs, de textures, choix de vaisselles originales…).

Donc en un sens on peut dire que j’intègre une forme d’art dans mon activité.

Merci Nicolas pour le partage d’expérience.

Pour contacter Nicolas Mermet :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement