Bonjour Nadine,

Vous avez franchi le cap de la création d’entreprise en novembre 2011… car vous étiez déjà sollicitée par vos futurs clients ! Mais en définitive, c’est assez logique : pour les créateurs d’entreprise et les entrepreneurs, la gestion administrative représente un surcroît de travail qu’ils préfèrent souvent déléguer.

 

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

 

Je m’appelle Nadine Seillery. J’ai fait des études de droit, puis un BTS Assistant de gestion PME/PMI et un cursus d’écrivain public. J’ai travaillé huit ans au service juridique d’une filiale bancaire, puis sept années dans une PME, filiale Française d’un grand groupe Américain, dans la gestion de portefeuille pour compte de tiers.

Je suis aujourd’hui Présidente de la société Alternatum Office, dont l’objet est la prestation et le conseil en écriture, ainsi que le secrétariat indépendant, en télétravail sur toute la France et sur site en Ile-de-France.

 

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

 

Après avoir gouté aux joies (!) de travailler sur un plateau, dans un environnement hostile comme La Défense, j’ai intégré une société taille humaine, dans un appartement Haussmannien, dans le XVIe arrondissement de Paris.

Cette dernière expérience m’a permis de développer mes connaissances dans tous les domaines de la gestion d’une PME. En effet, nous n’étions que 5 collaborateurs : chacun avait son champ d’actions bien défini par poste de compétences, mais tous nous devions aussi répondre au bon fonctionnement d’une petite société (ressources humaines, comptabilité, informatique, logistique…). Il y a deux ans, nous avons été rachetés par un groupe Américain, avec lequel nous avions quelques divergences d’opinion en matière de stratégie de développement. Très rapidement, cette équipe des « 5 fantastiques » s’est disloquée et la société a commencé à péricliter. J’ai alors pu négocier une rupture conventionnelle.


De là, remise en question totale : que vais-je faire, où, avec qui, pour combien ?
Quinze ans dans la gestion de portefeuille, ce n’est pas rien ! La crise des marchés financiers aidant, nombre d’hommes d’affaires, que j’avais eu l’occasion de croiser, quittaient leur poste dans les grandes sociétés de gestion de portefeuilles pour se lancer en freelance…

Et c’est ainsi que tout débuta : ces futurs « clients » avaient besoin d’une assistante polyvalente, en télétravail et connaissant le domaine : moi ! Par ailleurs, depuis toujours, mon entourage, et l’entourage et mon entourage, me sollicitent pour remplir des formulaires, faire des cv ou des lettres de motivation, monter des dossiers, comprendre les formalités administratives.

Ainsi, forte de mon expérience d’assistante ultra polyvalente, passionnée par l’écriture et les échanges interpersonnelles, et un goût certain pour la gestion administrative, j’ai pris la décision de créer ma société Alternatum Office.

 

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

 

C’est vrai, ce n’est pas simple, mais ce n’est pas non plus insurmontable !

Mes conseils seraient les suivants :

  1.  Explorez et approfondissez toutes les pistes, n’en négligez aucune par peur d’ignorer ou par paresse ! Typiquement pour le choix du statut par exemple. Ne vous fiez pas qu’à un seul conseil, qu’il soit amical ou venant d’un professionnel… gardez un œil critique…
  2. Prenez le temps de préparer votre création : il vaut mieux la repousser de quelques semaines, car faire marche arrière n’est parfois pas permis !
  3. Suivez votre instinct, montez votre entreprise avec votre âme. Faites du sur mesures en adéquation avec vos souhaits les plus profonds.
  4. Entourez-vous de spécialistes (avocats, experts comptables etc…) dans la mesure du possible … c’est toujours une dépense utile court, moyen et long terme.

Enfin, les conseillers ne sont pas les payeurs …

 

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

 

Des sacrifices, oui, bien sûr !

Financiers tout d’abord. J’ai opté pour le maintien des droits (Pôle Emploi) sur 15 mois sans rémunération par la société durant cette période… donc 15 mois à ne toucher qu’une partie de mon salaire de salariée !

Ensuite, comme pour tous les entrepreneurs, baisse des protections sociales, des congés non payés, prise de risques, de responsabilités… ma tranquillité d’esprit n’est plus ce qu’elle était…

 

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

 

A vivre au quotidien, que du bonheur !

Je gère mon entreprise et mon planning comme je le veux. Au début, j’avais l’impression de jouer la marchande comme quand j’étais petite et j’adorais ça ! Et surtout, je n’ai de comptes rendre mes supérieurs, puisque c’est moi le patron !

Créer ma société a été un réel épanouissement personnel, intellectuel, social… tel point que si je devais avoir un regret, ce serait celui de ne pas m’être lancée plus tôt.

 

Que recherchez-vous pour votre entreprise ce jour ?

 

Je souhaite en faire une affaire pérenne. Je veux simplement gagner ma vie en ayant le sourire tous les matins. Je ne souhaite donc pas la développer plus que de raison pour le moment…

 

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien voir avec l’art ?

 

L’art d’entreprendre, oui certainement. Vous créez une œuvre de toutes pièces, puis vous la maintenez en vie, faites les retouches nécessaires… tout cela en y mettant tout votre être intérieur, en accord avec votre ressenti… Cette œuvre vous ressemble et évolue avec vous… donc, oui pour moi, entreprendre, c’est exercer un talent artistique.

Merci Nadine !

Pour contacter Nadine, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement