Bonjour Mbarek,

Vous avez choisi de renouer avec vos racines en créant votre entreprise agricole au Maroc.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je m’appelle Mbarek, j’ai 36 ans et je suis binational (franco-marocain).

Mon entreprise est une sarl à associé unique au Maroc, au capital de 10 000 dirhams (environ 1000 euros) et emploie 4 personnes en cdi. Vouée aux activités agricoles à la base, dans ses statuts elle est commerciale.

Les investissements pour la commercialisation de mes produits agricoles sont en cours de finalisation (atelier de fromages, conditionnement de plantes aromatiques, transformation de la laine et gîte rural).

Comment vous est venue l’idée ?  Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

L’année 1999 au Maroc était consacrée à la France. Le pays proposait à ce moment là une multitude d’avantages pour attirer les investisseurs. Un diplôme de commerce et d’école hôtelière en poche, je suis venus en prospection dans un premier temps. Effectivement, de nombreuses opportunités et dans tous les domaines se sont présentées.

Étant natif marocain, renouer avec mes racines a été la motivation principale. La France m’ayant permis un bon niveau d’étude ainsi qu’une grande culture générale, j’ai cru et crois encore au mariage détonnant des deux civilisations. L’histoire en témoigne.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Pour ma part, une solide assise financière et un business plan avec une marge pour les imprévus la plus large possible.

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Énormément de sacrifices mais la passion et la charge de travail ont fait que je ne l’ai pas réalisé dans l’immédiat.

J’ai la chance de travailler dans la nature et dans un cadre sain. Mes activités sont génératrices d’autres activités encore donc toujours en perpétuelle création, imagination et planification.

Je fais toujours des sacrifices actuellement.  J’ai démarré dans un lieu géographiquement défavorisé alors l’humanitaire s’est instauré de lui-même. Je me suis donc naturellement investi dans la vie associative du village en impliquant mes clients dans les différents besoins de la localité (problème d’eau, santé et scolarité).

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

  • Rien qui soit matériel n’étant pas matérialiste.
  • Tout ce qu’il y a d’édifiant physiquement, humainement et personnellement.
  • Une stabilité certaine et la capacité à m’autogérer.
  • Je me connais de mieux en mieux et j’apprends encore à connaître mes limites.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Dans l’immédiat, un fonds de roulement à hauteur des garanties que je suis en mesure d’avancer.
Afin d’être plus efficace, mon souhait est de créer une équipe pluriculturelle, berbèro-française. Les techniques des uns viendront enrichir celles des autres et donc se distinguer par cette particularité en plus.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

L’art de réussir, l’art de convaincre, l’art de créer des émules, l’art de jongler avec recettes et dépenses, j’en passe. Oui c’est de l’art.
Merci Mbarek !

Pour contacter Mbarek, vous pouvez consulter son profil.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement