Bonjour Mathieu,Certains de nos lecteurs connaissent sans doute déjà votre société, qui s’est forgée une réputation dans le domaine du webmarketing et plus particulièrement de l’e-mail marketing.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je m’appelle Mathieu Tarnus, je dirige Sarbacane Software, une société éditrice de logiciels, bien connue du monde des PME et qui évolue depuis une dizaine d’années dans le domaine de l’email marketing.

Notre métier principal consiste à offrir un logiciel emailing simple, efficace, adapté aux besoins et au budget des PME et permettant d’envoyer une communication propre et professionnelle par email. Nous comptons plus de 6000 clients abonnés à notre solution en France et à l’étranger.

Sarbacane et e-mail marketing

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

L’idée ne vient pas de moi personnellement, elle vient du groupe GOTO Software et de son fondateur, pionniers de l’édition logicielle depuis 1982. En 2001, ils décident de créer le logiciel Sarbacane pour répondre à une demande croissante des entreprises pour une solution de publipostage par le biais de l’e-mail.

Mon implication dans le développement de Sarbacane intervient en 2004 quand je prends les rênes du service marketing chez GOTO Software. Au fur et à mesure de son succès, le logiciel emailing Sarbacane est devenu tout d’abord branche d’activité, mobilisant ses propres ressources : commerciales, R&D, support etc, puis en 2009 société à part entière avec la création de Sarbacane Software.

Ayant conduit la croissance de cette activité durant toutes ces années chez GOTO Software, j’ai tout naturellement pris la direction opérationnelle de cette nouvelle entité.

 Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Effectivement, le parcours est semé d’embuche. Je pense qu’il faut bien entendu croire en son projet, mais aussi s’assurer que le service rendu par celui-ci satisfasse une attente et apporte un réel bénéfice à ses usagers, un bénéfice suffisant pour déclencher un comportement d’achat.

Trop d’entrepreneurs partent bille en tête sur une création d’entreprise en partant d’une idée qui, satisfaisant un besoin personnel à un instant T, doit logiquement satisfaire par transposition d’autres au même moment. Cela n’est pas toujours évident ou viable. Avant de basculer dans l’aventure de entrepreneuriat, il me semble indispensable de bien réfléchir à sa cible, ses concurrents potentiels, son marché, faire le point sur ses connaissances dans l’administration, la finance, cela servira dès les premiers mois de création, savoir aussi s’ouvrir et en discuter avec des gens expérimentés, etc. bref, savoir prendre du recul tout simplement. Ces conseils paraissent évidents mais sont essentiels si l’on ne veut pas aller dans le mur dans les 2 années qui suivent la création.

Pas mal d’organismes publics ou privés aident à structurer un projet. C’est le cas des instances de financement privés qui supposent des entretiens, l’écriture d’un Business Plan etc. et qui pousse l’entrepreneur à prendre ce fameux recul et se poser les bonnes questions.

Pour autant, quand on a bien cerné le potentiel de son projet, et qu’on l’a structuré, il n’en demeure pas moins qu’entreprendre est une tâche complexe et qu’il faudra une forte dose d’opiniâtreté et de persévérance pour réussir. Les entreprises qui réussissent et trouvent l’adhésion massive d’une demande dès les premiers mois voire les même années, c’est généralement très rare. Enfin, après un bon démarrage, un entrepreneur ne pourra se passer également d’un minimum de connaissance et d’expérience dans la finance, l’administration et le management.

logiciel e-mail marketing

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Si vous parlez du temps de famille, de la sécurité de l’emploi, du niveau de vie dont vous disposez avec le statut salarié avant de vous lancer, toutes ces choses sont généralement amplement compensées par l’ambition de l’entrepreneur qui d’ailleurs ne doit pas les percevoir comme des sacrifices. Je pense qu’au contraire, si un entrepreneur dès le début de son projet, vit l’un de ces points comme un sacrifice non compensé par une satisfaction à créer, alors surtout il ne faut pas entreprendre car cette personne vivra dans les remords quoi qu’il arrive, échec ou réussite.

Ensuite, un autre point très important, il vous faut l’adhésion et le concours de votre entourage afin de pouvoir vous consacrer corps et âme à votre projet, surtout dans les premières années de vie d’une entreprise. Je suis peut-être « vieille école », mais vouloir concilier création d’une entreprise et vie de famille épanouie me parait tout simplement utopique en tout cas dans la grande majorité des cas.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

La liberté. Celle de ne pas avoir à rendre de comptes. La liberté d’exercer le métier que je veux et comme je le veux. Également après quelques années d’organisation des équipes et de succès, la liberté de pouvoir consacrer une partie de mon temps à d’autres idées, d’autres projets.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

La pérennité et la sécurité en priorité, la croissance et le succès en seconde ligne. Même quand tout va bien, ne surtout pas se reposer et profiter, toujours investir et se remettre en question, particulièrement dans notre secteur, celui des nouvelles technologies ou tout va si vite.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

C’est une bonne question.

Le fait de « créer » une entreprise, c’est à la fois savoir imaginer et disposer de suffisamment de compétence et d’ingéniosité pour que cette imagination ou cette idée devienne réalité. De ce point de vue je vois beaucoup de proximité entre entrepreneuriat et la création artistique. Et puis comme pour l’œuvre chez l’artiste, l’entreprise n’est jamais finie et offre une perpétuelle remise en question de soi et de ce que l’on fait.

Merci Mathieu !

Pour contacter Mathieu, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement