Bonjour Marie,

Vous avez créé votre entreprise autour de votre passion : l’écriture.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je m’appelle Marie LEMOINE, je suis écrivain public, c’est-à-dire que je rédige tout type de d’écrits pour les particuliers mais aussi pour les professionnels

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

J’écris depuis l’âge de 15 ans soit 30 ans maintenant. C’est une passion à part entière et totalement indéfectible. Lorsque j’étais salariée, certaines de mes collègues me demandaient régulièrement de l’aide pour rédiger leurs courriers administratifs ou de réclamations pour des organismes. On me surnommait même “Julien Courbet” parfois.

J’aspirais depuis longtemps à me mettre à mon compte. D’une part pour aider les autres dans leurs difficultés rédactionnelles, que ce soit par lacunes ou par manque de temps, et d’autre part pour vivre de cette passion qui m’anime pour l’écrit. Cependant, à cette époque, les conditions n’étaient pas réunies pour me permettre de me lancer sans trop de craintes.

Lorsque la rupture conventionnelle a été mise en place, j’ai tout de suite pensé que cela m’ouvrirait des portes jusque là inaccessibles. Toutefois, il y avait encore trop de risques faisant barrière. Seule avec un enfant à charge, il me fallait minimiser au maximum les risques en question. Ma responsabilité de mère me l’imposait.

Et lorsque le statut d’auto-entrepreneur a vu le jour, j’ai évalué la situation. A partir de là, il n’y avait qu’une seule évidence : c’était maintenant ou jamais !

Les conditions étaient meilleures, les risques moins importants et à 43 ans, je n’avais plus le temps d’attendre si je voulais un jour arriver à atteindre mes objectifs.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Effectivement, rien n’est simple dans la création et la gestion d’une entreprise. Il faut penser à tout, c’est assez complexe.

Je ne donnerai pas de conseils car les conseilleurs ne sont pas les payeurs comme le rappelle l’adage. Je ferai plutôt des suggestions, encore que chaque cas est particulier.

Je leur dirai de vraiment bien évaluer leur projet en tentant de se projeter dans l’avenir tout en ne gardant aucune question sans réponse, même si cela doit prendre plusieurs mois. Dans tous les cas, ne jamais agir dans la précipitation et ne surtout pas penser que tout est acquis d’avance.

Et s’ils reçoivent des “conseils” justement, de les vérifier et de ne pas les accepter pour argent comptant. Car parfois, certains “conseilleurs”, sans intention néfaste bien sûr, peuvent nous amener sur de mauvais chemins.

De plus, il leur faudra faire preuve de persévérance car c’est un maître mot quand on est entrepreneur surtout lorsque l’entreprise est un peu longue à se lancer. On peut parfois être enclin à baisser les bras, la persévérance et la pugnacité sont donc vitales.

Interview Marie Lemoine

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Oui, j’ai fait beaucoup de sacrifices et je continue d’en faire évidemment. A mon sens, on n’a rien sans rien et lorsqu’on entreprend les sacrifices, quel que soit leur degré, font partie intégrante de entrepreneuriat. Il n’y a pas de risque zéro.

Le simple fait de quitter une position “protégée” de salariée est déjà un énorme sacrifice en soi.
Je ne compte pas les heures ni le temps que je passe à prospecter. Et effectivement, il faut que l’entourage soit solide et apte à accepter les mêmes sacrifices que ceux que l’on fait. Ce n’est pas toujours évident.


Après, c’est un choix de vie, risques ou pas, sacrifices ou pas !

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

Le premier point est qu’elle m’a apporté le plaisir d’enfin vivre de ma passion, et ça, ça n’a pas de prix. Se lever le matin avec l’envie tenaillante de travailler est une satisfaction que j’ai retrouvée. Je me sens épanouie et heureuse de ce que je réalise au quotidien. Et même s’il y a d’autres combats, ce sont les miens !

Ensuite, cela m’a apporté la liberté, et là aussi, ça n’a pas de prix.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Ce que je cherche pour mon entreprise ce sont les clients déjà, c’est une obligation constante plus qu’une nécessité dans la mesure où être écrivain public génère peu de fidélité, en tout cas pas comme dans la vente par exemple ou le bien-être pour une esthéticienne.

Mes clients n’ont pas forcément besoin d’un courrier tous les jours ni toutes les semaines et encore moins d’une biographie.

Par contre, il est vrai qu’il y a d’autres prestations plus régulières telles que la rédaction d’articles web ou les corrections.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Comme beaucoup d’écrivains publics, je suis également auteur de 9 livres publiés (sous pseudonyme). J’ai commencé par là, et bien avant d’être auto-entrepreneur ou de l’avoir décidé. Toujours cette passion de l’écriture, un imaginaire débordant, dit-on.

Je qualifie moi-même ce besoin d’écrire comme viscéral chez moi, c’est dire. C’est un peu comme le besoin instinctif et vital d’oxygène qu’il nous faut pour vivre.

Cela dit, je fais la part des choses entre mes livres et mon activité professionnelle, je ne mélange jamais les deux.

Merci Marie !

Pour contacter Marie, vous pouvez :

Crédit photo : merci à Athanasius

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement