Bonjour Marie-Eve,Vous avez créé une activité de formation à distance, pour permettre à tous les entrepreneurs de créer leur propre site web.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je m’appelle Marie-Eve Louvel, j’ai 30 ans et je suis mariée. Je travaille à mon compte depuis 2 ans, en formant des entrepreneurs à réaliser leur site web, sur Marseille et les alentours. Aujourd’hui je lance une société, pour poursuivre mon activité mais aussi pour développer une offre de formation à distance spécifiquement dédiée aux personnes qui souhaitent créer leur site de chez eux, en bénéficiant d’un accompagnement individuel.

Ma promesse : créer un site web de chez soi, à son rythme et avec une formatrice à ses côtés.

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

J’ai d’abord constaté que de nombreux stagiaires de mes formations en présentiel venaient de loin pour les suivre, quitte à prendre une chambre d’hôtel ou faire de longs trajets. Plusieurs clients m’ont aussi exprimé la difficulté de trouver une formation pour apprendre à créer un site web, même dans les grandes villes, à cause des contraintes de date et de lieu.

Organiser des sessions en présentiel est très compliqué, tant pour les stagiaires que pour l’organisme de formation car il faut que tout le monde soit disponible au même moment et que le programme soit commun à tous. De plus, les frais de location de salle engendrent un surcoût pour le stagiaire.

Avec l’avancée des nouvelles technologies, en particulier dans le monde de la formation à distance, on peut aujourd’hui former en ligne avec un haut niveau de suivi des stagiaires et une grande qualité. On peut combiner les avantages de la formation “individuelle” et “en groupe”, de l’apprentissage “en autodidacte” et “avec un formateur”.

La formation en salle n’est plus la panacée !

De plus, quand on se forme à distance, on acquiert une autonomie que l’on a pas dans une salle, où les stagiaires ont tendances à s’en remettre au formateur immédiatement au lieu de chercher une solution par eux-même (même quand ils connaissent la solution car bien souvent ce comportement n’est pas conscient).

E-learning sur la création de site web

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Surtout, ne vous lancez pas seul ! Ces rouages sont tellement compliqués qu’on s’y perd sans une personne de référence, voire plusieurs.

Je me suis inscrite dans un incubateur, Fédérations Pionnières (qui accompagne les projets innovants portés par des femmes), qui m’a aidé à mieux définir mon projet et à trouver des financements. Ils m’ont permis de trouver l’expert-comptable qu’il me fallait (c’est selon l’allié le plus précieux de votre entreprise) et les bons partenaires pour soutenir mon projet.

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Ohlàlà ! M’en parlez pas !

J’ai la chance de vivre avec quelqu’un qui m’a toujours soutenue, même si mes projets professionnels ne rapportent pas toujours ce qu’il faut pour remplir le frigo à la fin du mois. Mais je culpabilise de passer moins de temps avec lui, et d’avoir dû reporter notre projet d’enfant.

Je vous passe les week-ends et les soirées à travailler, les amis dont on ne peut pas toujours accepter les invitations, les repas parfois sortis d’une boîte de conserve…

Aujourd’hui, mon défi est de me mettre des barrières, des gardes-fous pour ne pas trop perturber ma vie personnelle ; finir à 18h au lieu de 21h en fait partie. Et quand j’y arrive, je pense que c’est bénéfique pour les deux facettes de ma vie : personnelle et professionnelle. Car trop travailler conduit à l’overdose et à la sécheresse de la créativité.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

Concrètement, de pouvoir m’organiser comme je l’entends. Par exemple, j’ai pu décider de partir 3 semaines en voyages de noces. J’ai le droit de rester au lit si je me bloque le dos ou de partir en urgence en plein milieu du boulot.

C’est vicieux, car le travail est à faire de toute façon, mais au moins on s’évite des stress inutiles (”mais quand est-ce que je vais pouvoir faire ça ?”). Je ne me souviens même plus comment je faisais quand je travaillais de 9h à 17h dans un bureau.

Autre point, j’ai le plaisir d’être payé pour une valeur que je créé : j’ai l’impression d’être utile, et ça c’est une grosse motivation !

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Je recherche à développer la notoriété de FeelWeb Formation, afin de vivre correctement de cette activité de formation en ligne et pouvoir m’y consacrer à temps plein toute l’année.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Il est sûr que le web appelle le webdesign, et en cela, des compétences artistiques sont impliquées. Mais là où l’art s’exprime le mieux dans la création d’entreprise, je pense que c’est à travers les talents de jongleur qu’il faut développer, pour passer d’une casquette à l’autre, en souplesse et en confiance.

On ne peut pas jongler avec tout, certains points sont sous-traités, mais il faut quand même suivre chaque prestataire. C’est une danse différente, mais ça reste de l’art !

Merci Marie-Eve !

Pour contacter Marie–Eve, vous pouvez :

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement