Bonjour Manon,

Vous aviez un emploi salarié mais vous avez tout plaqué pour tenter l’aventure de l’entrepreneuriat.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Depuis mon enfance, ma plus grande passion est la lecture, et plus généralement les mots ; j’étais une grande fan des dictées ! Durant mes années d’études et lors de mes expériences professionnelles, j’avais pour habitude de corriger les rapports de mes amis et les courriels de mes collègues.

J’ai donc décidé de faire de ma passion mon métier : je me suis installée sous le statut d’autoentrepreneur et j’ai créé Orthoboost. Pour valoriser mes compétences, je me suis tournée vers le Projet Voltaire pour effectuer une formation de formateur expert en orthographe et grammaire. J’ai également passé le Certificat Voltaire auquel j’ai obtenu un score de 970/1000 (niveau expert).

Aujourd’hui, mon métier consiste à corriger n’importe quel document, quel que soit son thème : manuscrit, mémoire, courrier, discours, publication, site web, présentation PowerPoint, etc. Je travaille donc avec des entreprises, des auteurs, des étudiants, et je traque les fautes pour optimiser la qualité de leurs textes.

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

J’étais au début de ma carrière professionnelle et je ne m’épanouissais pas dans mon travail, j’ai donc décidé de tout arrêter. J’avais 23 ans, le goût du risque et une passion : les mots. Le métier de correcteur s’est naturellement imposé à moi.

J’ai pris quelques mois pour me former, passer le Certificat Voltaire et effectuer les démarches relatives à la création d’entreprise.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Il est nécessaire de s’informer de manière approfondie sur la création d’entreprise avant de lancer son activité :

  • choisir le bon statut,
  • savoir si on a le droit à des aides,
  • effectuer les formalités administratives,
  • consulter les offres concurrentes,
  • etc.

C’est un travail long et fastidieux, mais tout à fait réalisable. Je m’en suis très bien sortie seule.

Interview de Manon, relectrice-correctrice professionnelle

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Bien sûr ! Surtout sur le plan financier. J’ai quitté un emploi qui m’assurait un bon salaire et de nombreux avantages, sans parler de la sécurité professionnelle.

La correction est un domaine très concurrentiel et les revenus sont aléatoires. Depuis la création, et encore aujourd’hui, j’ai la chance de bénéficier d’une aide Pôle Emploi et d’un allègement de mes cotisations RSI ; sans cela, je n’aurais sans doute pas pu réaliser mon projet.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

  • Une satisfaction personnelle car j’ai réussi à mener à bien mon projet ;
  • une multitude de connaissances et de compétences supplémentaires puisque je fais tout moi-même, de la création à la comptabilité, en passant par mon site internet ;
  • un épanouissement professionnel qui se ressent sur ma vie personnelle.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Des clients ! L’entreprise a bien évolué depuis sa création et j’ai eu la chance de collaborer avec plusieurs entreprises, des auteurs, des étudiants et autres, mais il s’agit de corrections ponctuelles qui ne m’assurent pas du travail toute l’année. Je dois sans cesse démarcher pour trouver de nouveaux clients.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

C’est probablement le cas pour les artistes, mais je ne me considère pas comme tels !

Merci Manon !

Pour contacter Manon, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement