Pour les artisans, faire le choix du Made in France ressemble souvent à un parcours du combattant. Parce qu’il n’y a aucun avantage particulier, au niveau règlementaire ou financier.

Les porteurs de projets qui se lancent dans le Made in France doivent le plus souvent compter sur eux-mêmes pour réussir à créer et à développer leur activité.  Hélicia Sonneville et Aurélien Jagot, les créateurs de la marque de jeans French Appeal, témoignent  par exemple qu’ “essayer de financer une nouvelle marque textile auprès d’une banque, c’est de la science fiction…”. (voir interview)

Chrystele et David Lepage, les fondateurs d’Ambélibois, font le même constat.  Ce couple passionné par les créations fait-main a fait le choix de se lancer sur le marché des jouets. Leur crédo : proposer des jeux et des objets décoratifs en bois, très qualitatifs et 100% Made in France. En auto-entreprise, ils ont ouvert un magasin et ils disposent d’une boutique en ligne. Mais pour réussir, ils ne comptent que sur eux-même.

Découvrez l’interview réalisée à l’occasion des 3 Jours du Made in France, du 11 au 13 novembre 2014, sur Gautier-Girard.com.

Made in France : les artisans français qui se battent

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise, en quelques mots ?

Nous réalisons des jeux , jouets et décoration en bois après avoir imprimé le dessin par sublimation. La création et la découpe sont entièrement réalisées à la main dans notre atelier à Saint Germain sur Ille (35).

Certains de nos produits sont personnalisables et s’adressent aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels.

Pourquoi avoir fait le choix du Made In France ?

Le choix s’est imposé de lui même car notre pays à la chance d’avoir une qualité artisanale reconnue dans le monde entier.

Le Made in France est-il réellement synonyme de tarifs plus élevés ? Quels sont les moyens que vous utilisez pour rester compétitifs ?

Généralement il est vrai que le MADE IN FRANCE rime souvent avec des tarifs élevés et donc moins compétitifs.

Notre technique permet de réaliser la sublimation en quasi-instantané et avec des coûts de revient très faibles. De plus nous créons et réalisons en toute indépendance tout en ayant acquis un savoir faire français.

Trouvez-vous difficile, à l’heure actuelle,de continuer à développer votre entreprise en France ?

Oui la conjoncture fait qu’aujourd’hui il est difficile de se développer.

De plus la concurrence asiatique dans le domaine du jouets est rude. Les normes deviennent de plus en plus lourdes pour les produits français et non pour les importations.

Selon vous, quelle réforme pourrait simplifier et faciliter le business en France ?

Diminuer le coût de la main d’œuvre, limiter les importations aux profits des produits français.

Les charges patronales également sont très lourdes et sont les mêmes quelque soit la taille de l’entreprise. Le statut d’autoentrepreneur nous a permis de pouvoir démarrer notre activité et de la maintenir. Mais à ce jour elle ne nous permet pas de pouvoir changer de statut et d’en vivre.

Les démarches pour la création d’entreprise devraient être simplifiées (hormis le statut d’AE qui est le plus simple) et que les banques soient moins frileuses…

Merci Chrystele !

Et vous, que pensez-vous de ce combat quotidien des artisans qui font le choix du Made in France ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement