Comment avoir un logo ou une charte graphique pour votre site web quand vous ne pouvez pas, faute de compétences, le créer vous-même ? Pour faire des économies, certains entrepreneurs choisissent de faire appel aux services de graphistes via des agences participatives.

Le principe est simple : vous postez un projet, vous recevez plusieurs dizaines de propositions venant de graphistes (professionnels ou non) et vous choisissez celle que vous préférez. Le tarif de la prestation est déterminé à l’avance donc il n’y a pas de surprises.

Le crowdsourcing (on parle aussi d’externalisation ouverte, de production participative ou de communication participative) est pourtant loin de faire l’unanimité et il y a notamment eu un débat sur le forum entre les pro et les anti communication participative.

Alexandre Bouard s’occupe du développement de la plateforme Brandsupply en France.  Il vous explique comment fonctionne une agence participative et il répond également à ceux qui sont opposés à ce concept.

Cette interview est réalisée à l’occasion de la Semaine éditoriale spéciale Développer son Entreprise grâce au Web du 7 au 14 avril 2015 sur Gautier-Girard.com.

Webmarketing : le crowdsourcing et les agences participatives

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise, en quelques mots ?

Alexandre Bouard, Country Manager France. Je suis responsable du développement et du bon fonctionnement de la plateforme Brandsupply.fr sur le marché français.

Brandsupply est une plateforme de crowdsourcing en ligne permettant aux entreprises d’obtenir les créations dont elles ont besoin : un logo, une charte graphique, un nom ou encore un web design, par l’intermédiaire de concours réservés aux membres de Brandsupply.

L’agence a été fondée aux Pays-Bas par Orlando Kreileman il y a de cela 4 ans. Constatant le succès que Brandsupply avait aux Pays-Bas, autant pour les entrepreneurs que pour les designers, il a vite décidé, d’étendre Brandsupply à d’autres pays : Allemagne, Belgique et France ont suivi la Serbie, puis un free-lance a également fait connaitre ce concept à l’Autriche. Ces plateformes sont apparues en 2011.

Orlando Kreileman a développé cette agence participative car il a connu beaucoup de créateurs d’entreprises locales par le passé et a constaté qu’il y avait une brèche entre les entrepreneurs et designers. Les nouveaux entrepreneurs ont besoin d’identité visuelle, certes. Mais un entrepreneur voulant créer une entreprise locale n’a pas un budget conséquent à allouer à sa communication. Les designers étant en mesure de répondre à un tel client sont, quant à eux, sont très peu visibles sur Internet.

Brandsupply c’est l’endroit où ces deux types de personnes peuvent enfin se trouver. C’est un autre marché que celui du design d’agence, c’est le design accessible à tous, qui contribue à favoriser l’entreprenariat et de donner de la visibilité aux designers.

Quel est l’intérêt pour le client puisqu’il ne pourra pas échanger directement avec les graphistes ?

Certes le client n’a pas de contact « physique » avec les designers, mais il peut interagir avec eux en commentant et en notant les différentes propositions . Ainsi, les designers peuvent améliorer leur travail avec ces informations pour être au plus proche des attentes du client.

De cette façon, le processus de création ordinaire n’est pas biaisé, la plateforme garde les étapes : proposition, feedback, retravail.

Que répondez-vous aux graphistes et aux professionnels du web qui s’estiment lésés par le principe même des agences participatives ? (voir ce débat sur le forum)

Je pense que ce débat n’a pas lieu d’être car nos clients ne s’inscrivent pas dans la cible des graphistes freelances et professionnels du web. En effet, nos clients se tournent vers notre plateforme car ils n’ont pas les moyens de travailler avec un freelance ou une agence classique.

Il n’y a donc aucune concurrence déloyale, nous proposons une solution sur une gamme de prix qui est inexistante chez les freelances et les agences traditionnelles. Notre cible est donc totalement différente de la leur.

Y a t-il un prix minimum à verser pour l’organisation du concours ? Ces concours ou sont-ils réservés aux graphistes professionnels ?

Oui, un client souhaitant lancer son concours sur notre plateforme devra obligatoirement s’acquitter des frais de mise en ligne de celui-ci. Ces frais nous sont nécessaires pour continuer à améliorer la plateforme afin de rendre l’expérience encore plus complète pour les clients comme pour les designers.

Les concours sur Brandsupply sont accessibles à tous, professionnels en agence, freelances, étudiants ou amateurs. Chacun peut proposer sa réponse au cahier des charges du client. La seule condition pour participer est d’être inscrit sur la plateforme.

En ayant cette ouverture, tout le monde y trouve son compte : le client reçoit des propositions variées provenant d’univers différents, les professionnels peuvent appliquer leur expertise et les amateurs peuvent travailler en situation réelle et ainsi gagner en expérience.

Les agences de communication participatives sont-elles déjà très développées en dehors de la France ?

Le concept d’agence participative comme la nôtre se développe de plus en plus. Les plus grandes plateformes sont d’ailleurs étrangères. Grâce à la démocratisation d’internet et du web 2.0, les plateformes participatives connaissent une forte croissance et n’ont pas de frontières car une fois le cahier des charges du client mis en ligne, il peut être consulté depuis n’importe quel pays du globe (dès lors qu’il y a une connexion internet).

Les agences participatives tendent de plus en plus à améliorer l’expérience en proposant cette liberté lié au crowdsourcing combiné au suivi d’une agence traditionnelle avec un service de conseil et d’accompagnement du client.

Pensez-vous que ce concept soit amené à s’étendre à d’autres domaines que le design ?

Bien sûr, on l’a déjà vu, les plateformes participatives peuvent s’appliquer à énormément de domaines dès lors que les contributeurs apportent une vrai plus-value.

Les plateformes de crowdfunding afin de lever des fonds pour son projet, le crowdcrafting permet aux chercheurs en sciences naturelles et humaines de solliciter la participation de dizaines de milliers de volontaires partout dans le monde, intéressés à contribuer à des projets scientifiques nécessitant le traitement de très grandes quantités de données et même une plateforme communautaire de chantiers participatifs !

Les possibilités sont donc infinies dès lors que les contributeurs ont quelque chose à apporter.

Merci Alexandre !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement