Bonjour Leila,

Vous êtes conseil et vous intervenez dans les entreprises pour créer des conditions de travail harmonieuses.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je suis créatrice de bien être en entreprise.

Issue des sciences humaines (psychologie sociale et philosophie pratique/éthique), je travaille depuis 10 ans dans la formation, le conseil et le coaching comme indépendante. Fin 2009, je décide de créer ImPact Conseil Formation Coaching (ICFC) un cabinet de conseil formation et coaching en RH.

Le projet s’est structuré dans le temps autour de la nécessité d’apporter un conseil fiable et utile dans un accompagnement de proximité pour lutter efficacement contre les problèmes de souffrance au travail.

Aujourd’hui nous intervenons dans l’aspect social du développement durable autour de la gestion et la prévention des risques psychosociaux. Nous nous intéressons particulièrement au Burn Out, notamment pour les professions isolées.

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

  • L’expertise de la psychologie sociale associée à celle du conseil, de la vie des organisations, ainsi que la volonté d’améliorer la vie au sein des entreprises.
  • Offrir une prestation qui ait un véritable impact sur le bien-être.

 Pour moi le psychologue social est à l’entreprise ce que le médecin est à l’individu. Il ne va pas se substituer au médecin du travail, ce n’est pas un clinicien, mais il va observer et analyser ce qui se passe au niveau des interactions : des relations entre individus au fonctionnement, du recrutement au management. Sa formation lui donne les moyens et la légitimité pour explorer les différents niveaux d’une organisation sociale : entreprise, institution, etc…

C’est une logique de travailler sur ce sujet étant psychologue sociale. Après, il est nécessaire de rendre pragmatiques, c’est-à-dire facilement et rapidement utilisables, ces modèles théoriques.

J’envisage d’avoir un cabinet d’experts avec une équipe qui devrait être d’une dizaine de personnes d’ici 10 ans.

Interview Leila Nadji

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Après la conceptualisation d’une idée ou d’idées, la difficulté est la gestion de l’entreprise.

Se faire bien accompagner, mais aujourd’hui avoir les informations, les aides, les accompagnements possibles la création se réalise beaucoup plus facilement. Moi, je n’ai pas eu la démarche d’aller chercher de la trésorerie. Grâce aux opportunités, la clientèle est venue assez vite, mais il y a des coups durs.

Le plus difficile, c’est de pérenniser. La durée dans le temps, voilà qui n’est pas simple du tout. Bien s’entourer, prendre tout ce qui est donné : échanger, collaborer. Ne pas baisser les bras, prendre les conseils sans trop se disperser.

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

C’est un véritable choix de vie, après on ne travaille plus 35 heures par semaine, on a souvent l’impression de travailler en permanence. C’est parfois épuisant, alors avant l’épuisement il faut savoir se poser, s’aménager des temps pour se ressourcer. Il faut savoir sur quel type de bateau on embarque : moi j’aime aller tranquillement sans lâcher le cap.

Les sacrifices, c’est plutôt en ce moment qu’ils sont faits, puisqu’il a fallu ralentir l’activité pour réfléchir au projet. Mais, c’est un vrai plaisir de travailler à construire et créer. Ça coûte à un moment donné, c’est incontournable.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

Un épanouissement certain, quand on a une personnalité qui aime les défis, aime créer et ce mouvement, pas trop rapide certes mais tout de même un mouvement. Après, on doit déployer tant d’énergie.

Bâtir c’est quelque chose d’important, organiser, gérer, imaginer…C’est un challenge, certes, mais aussi, et surtout un dépassement de soi, un vrai bonheur en soi. Le plaisir de concrétiser ses idées, de fidéliser ses clients, de développer ses compétences.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Développer l’activité pour embaucher. Pour cela, il faut être entendue et lue, et donner envie aux gens de parler de nos actions comme étant bienfaisantes aussi…développer des partenariats aussi, autour d’actions et d’évènements particuliers.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

On pourrait croire qu’il existe forcément ou peut-être, quelque chose de l’ordre de l’artistique dans la mesure où cela nécessite de la créativité… Est-ce que parce que je suis entrepreneur, je suis comme un artiste ? La question est intéressante…

Finalement, c’est un peu comme si l’on s’interrogeait sur le fait qu’utiliser certains talents similaires fait de l’entrepreneur un artiste. Si cela est vrai cela signifierait que l’artiste est un entrepreneur ?

Pourtant lorsque l’on pense à ces deux personnages, on les imagine bien distants :

  • l’artiste, avec une tenue vestimentaire, une allure, une façon d’être totalement imprévisible, libre, sans l’emprise d’aucun code vestimentaire.
  • l’entrepreneur, on le voit pressé peut-être, énergique, sérieux, tendu, dans une tenue vestimentaire stricte tout du moins plus conventionnelle, moins originale…

Alors là, ce sont sans doute des archétypes qui tendent à changer, un artiste ne se changera jamais pour aller voir un banquier, un entrepreneur ???? Bref, l’art même s’il est lucratif a peut-être plus de liberté, même si aujourd’hui la situation de l’entrepreneur passionné par son projet et son aventure, qui se rémunère de moins en moins, et bien souvent, ne nous fait-il pas, de plus en plus penser à un artiste…. ??? Sans doute, le lien qu’il développe avec son entreprise est de plus en plus proche de celui de l’artiste avec son œuvre, vous ne pensez pas ?

Merci Leila !

Pour contacter Leila, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement