Aucun entrepreneur ne devrait risquer de perdre sa maison suite à des impayés de clients ! Et pourtant… Parce qu’ils ont joué de malchance (la loi Macron de 2015 n’est notamment pas rétroactive), Peggy, son mari et leurs 5 enfants se battent aujourd’hui pour tenter de sauver la maison qu’ils ont eux-même construit. Ironie du sort : c’est aussi en partie parce que le Trésor Public a tardé à payer une facture de 5000 euros qu’ils se retrouvent dans cette situation…

Vous pouvez découvrir leur histoire ici : Peggy et sa famille vont perdre leurs maisons suite à des impayés de clients…Vous pouvez les aider !

Grâce à votre générosité et à vos partages, ainsi qu’à l’action d’une association qui a été créée pour les aider, il ne manque plus aujourd’hui que 5 271,50 euros sur les 14 340 euros nécessaires pour financer leur projet de SCI afin de sauver leur maison.

Peggy vous explique tout cela dans cette interview.

Les impayés de clients peuvent vous faire perdre votre résidence principale

Où en est votre situation aujourd’hui ? Avez-vous pu trouver un terrain d’entente avec la mandataire afin d’éviter la saisie de votre maison ?

Actuellement, nous réunissons toutes les pièces que le courtier nous a demandées pour le montage du prêt. Le projet de statut pour la SCI est fait et nous n’allons pas tarder à signer le compromis de vente. C’est très long, car nous devons obtenir des attestations de valeurs locatives. J’ai eu du mal à trouver une agence qui le fasse gratuitement ou à un prix abordable.

J’ai enfin trouvé et je suis en attente de ces fameuses attestations. Maintenant, il faut trouver une personne qui accepte de signer un compromis de vente. Malheureusement les agences immobilières pour l’instant n’ont pas accepté, vu qu’elles n’auront pas à vendre ensuite la maison. Nous avons bien le notaire qui le fait, mais le coût de cette procédure n’est pas négligeable.

Entre mon travail et les enfants, je téléphone un peu partout et comme je n’ai pas la personne qui s’en occupe directement au téléphone, il faut attendre qu’elle me rappelle et généralement cela prend plusieurs jours.

Du côté de la mandataire, nous n’avons plus aucun contact. Elle a pris un avocat ; c’est lui qui la représente. La prochaine étape est le 22 mai et la Cour d’Appel a un mois pour rendre sa décision. Ensuite, l’avocat reprendra la procédure de mise aux enchères et nous ne savons pas combien de temps cela va prendre. On espère que le fait d’avoir signé le compromis de vente ralentisse la procédure, voire la stoppe.

Quelles sont les pistes que vous envisagez pour faire évoluer la situation ?

Il n’y a plus aucune piste. Maintenant, il faut impérativement trouver une banque qui prête les 150 000 euros avant la fin juin de préférence.

Vous souhaitiez récolter 15 000 euros pour payer les frais de notaire (11 000 euros), les frais de garantie et de banque. Combien vous manque-t-il pour atteindre cet objectif ?

En fait, pour que la banque fasse confiance à notre fils et à notre ami pour financer le projet de la SCI, il nous faut exactement 14 340 euros.

Actuellement, nous avons 3 230 euros sur la cagnotte en ligne. Moins les 5 % de frais, il nous reste 3 068,50 euros. Avec l’association, nous avons à peu près 6 000 euros.

Il nous manque 5 271,50 euros.

Combien il vous reste de temps pour récolter cette somme ?

Il nous reste très peu de temps, car il faut que mon fils ait l’apport sur son compte bancaire pour prouver à la banque qu’il a bien l’argent. Donc, le courtier ira démarcher les banques lorsque mon fils aura cette somme et pas avant. C’est pourquoi nous allons fermer la cagnotte en ligne. Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps.

Si des personnes désirent malgré tout nous aider, ils peuvent encore envoyer un don à l’association à : L’association Sauver une maison – 8 rue du stade – 89340 VILLENEUVE LA GUYARD.

Envisagez-vous d’autres actions pour trouver ces fonds ?

Le 26 mai, nous organisons un concours de pétanque à l’initiative d’Alain, vice-Président de notre association. Il a fait partie d’un club pendant 30 ans et maîtrise l’organisation d’un tel événement. Nous espérons qu’il y aura beaucoup de monde et qu’il fera beau.

Parvenez-vous, vous et votre famille, à garder le moral ?

Ce n’est pas tous les jours évident. Les jours passent, on travaille beaucoup, donc au quotidien nous n’y pensons pas, mais il y a toujours quelque chose qui nous rappelle cet événement :

  • Un courrier ou un mail de notre avocate,
  • Les beaux jours arrivent, c’est le moment de faire des travaux dans la maison, mais que faire si au final la maison n’est plus à nous. Je m’y refuse, donc nous ne faisons rien pour le moment.
  •  Deux de mes enfants sont en train de décider de leur avenir. Difficile quand tu ne peux pas te projeter sur du long terme.
  •  Les enfants demandent à partir en vacances. Nous ne pouvons pas prendre le risque de réserver une location, car nous gardons dans notre tête que nous serons peut-être obligés de faire des cartons.

Alors, forcément, il nous reste quand même un espoir. Mais, quand on voit comment les banques sont réticentes, c’est difficile. Nous vivons au jour le jour et puis…

Qu’est-ce que vous attendez des personnes qui liront votre interview ?

Nous sommes dans la dernière ligne droite. Hormis le concours de pétanque, l’association ne pourra plus faire de manifestation avant la date fatidique.

C’est pourquoi j’ai besoin de vous tous. Vous vous dites peut-être que vous ne pouvez pas nous envoyer une somme importante. Donc, vous ne faites rien. Or, il suffit de 1054 personnes qui donnent 5 euros et la somme est récoltée. Gautier-Girard.com génère un grand passage, je suis sûre que nous pouvons y arriver.

Merci Peggy  et surtout bon courage !

Si vous voulez aider Peggy, vous pouvez :

  • envoyer vos dons à l’Association “Sauver une Maison”- 8 rue du stade – 89340 VILLENEUVE LA GUYARD.
  • donner de la visibilité à sa situation en partageant cet article, la page Facebook de l’association,… Il s’agit de faire circuler cet appel à la solidarité car il ne leur reste que peu de temps pour réunir les 5 271,50 euros manquants.

Chacun, à son échelle, a la possibilité d’agir !

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement