Ils sont jeunes, ils sont motivés et ils ont eu une idée géniale : surfer sur la tendance de la personnalisation en créant une montre personnalisable (socle, lunette, cadran, bracelet supérieur et bracelet inférieur) offrant jusqu’à 62 000 combinaisons de couleurs.

U-Switch est donc née en 2014 et le succès a vite été au rendez-vous. La marque de montres déposée par Nicolas Gré, Nicolas Barnot et Thibaud Mérigon se vend déjà via un e-commerce dans 5 pays européens : France, Allemagne, Espagne, Italie et Royaume-Uni.

Nicolas a accepté de partager son expérience et il revient notamment sur les conditions de création et de développement des entreprises en France.

Cette interview est réalisée à l’occasion de la semaine de la Création d’Entreprise du 3 au 10 février 2015 sur Gautier-Girard.com.

U-switch, la montre personnalisable inventée par 3 jeunes auto-entrepreneurs bordelais

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise, en quelques mots ?

u-switch, c’est 3 jeunes auto-entrepreneurs bordelais (Nicolas Gré, Nicolas Barnot et Thibaud Mérigon) qui se sont rencontrés au cours de leur cursus universitaire, en Licence pro e-commerce à l’IUT Bordeaux IV, puis en Master Web Business à San Francisco et Master AE de l’IAE de Limoges, en partenariat avec l’ESCEN Bordeaux. En 2012,création en commun de notre premier site Montres-cool-heure.com autour du concept de “la montre interchangeable”.

En 2012 nous avons constaté que la mode évoluait vers des accessoires vestimentaires de plus en plus personnalisables permettant à tout le monde de créer son style, son look, sa seconde peau (lunettes, chaussures, sac à main, bijoux, coque de téléphone,…).

Pourtant jusque-là personne ne s’était attaqué aux montres et à leurs possibilités de personnalisation, d’interchangeabilité. Nous avons alors décidé de faire un premier test autour de cette idée en créant un premier site dédié à la montre de couleurs puis à la montre interchangeable.

Après deux ans de succès avec ce concept nous lançons désormais notre propre marque de montre, la montre u-switch (marque déposée).

Le principe est simple, un bracelet de montre démontable en 4 parties (bracelet supérieur, bracelet inférieur, socle de cadran et lunette de cadran) disponible en 12 couleurs mixables entre elles, avec un cadran disponible, lui, en 3 couleurs. Créer, Porter Changer jusqu’à 62000 combinaisons de couleurs adaptées à vos envies.

Combien de temps avez-vous mis pour créer votre entreprise à partir du moment où vous avez trouvé votre concept ?

Cela a été très rapide au début, nous avons tout d’abord lancé un site en 2012 sur les montres colorés et à petits prix, puis nous nous sommes progressivement orientés (au bout de 2-3 mois) vers les montres interchangeables car le concept semblait plus original et plus prometteur.

Une fois que nous étions sûrsde notre produit, de son concept, de son marché, nous avons alors décidé de créer notre propre marque et de lancer un nouveau site (en 2014, soit 2 ans après les premiers pas) au nom de notre marque, d’où www.u-switch.fr

Trouvez-vous qu’il soit compliqué d’entreprendre en France ?

Concernant le statut:

Cela dépend du secteur d’activité, mais nous ne pouvons pas dire que cela fût compliqué pour notre part. En effet grâce au statut d’auto-entrepreneur nous avons pu nous lancer en quelques jours après seulement quelques démarches en ligne (création des statuts d’auto-entrepreneurs, déclaration CNIL, achat des noms de domaines et création du site).

Depuis 2012 nous sommes toujours auto-entrepreneurs mais pensons de plus en plus à nous orienter vers une société SAS (par actions simplifiées), mais c’est là que les complexités administratives commencent (peu d’infos, peu d’interlocuteurs, beaucoup de frais, de démarches…), donc nous sommes actuellement en réflexion sur ce sujet.

Le plus compliqué fut de trouver des partenaires Français.

Concernant l’activité :

Nous avions pour objectif à nos débuts de commencer par chercher des partenaires Français pour la fabrication de nos montres, mais après 3-4 mois de recherches et de nombreux mails envoyés aux différentes sociétés Françaises qui sont restées sans réponses nous avons du nous résoudre à faire fabriquer nos produits à l’étranger. Le plus difficile n’est donc pas d’entreprendre en France mais tout simplement d’entreprendre Français…

Concernant le coût:

C’est l’avantage du commerce en ligne, le coût de démarrage est relativement faible comparé au commerce physique (pas de local, peu de frais…). Nous avons en tout et pour tout investi chacun une centaine d’euros au démarrage, afin de se doter d’un minimum de stock et d’un nom de domaine. Étant dans le secteur web, nous avons nous même réalisés nos sites web (aucun coût également, si ce n’est du temps). Nous réinvestissons l’ensemble de nos bénéfices jusqu’alors, afin de monter en gamme (plus de couleurs de bracelets et de cadrans, coffret de rangement, prévisions d’une taille enfant…)

Avec le recul, quel est le conseil qui vous a été le plus utile ? Et celui que vous pourriez donner aux créateurs d’entreprise ?

Certainement ceux donnés par nos différents intervenants durant nos études (Licence et Master E.S.C.E.N), qui nous ont poussés, soutenus et qui ont mis leurs réseaux à disposition afin que nous puissions mener notre projet à bien.

Le conseil le plus précieux que l’on a pu nous donner et que nous donnerions à notre tour sans hésiter est de croire en ses idées! De tenter, d’essayer et de mener à bien ses projets (surtout dans le web, car les réaliser est peu onéreux). Il vaut mieux regretter que cela n’est pas fonctionné plutôt que de regretter de ne pas avoir essayé du tout. Comme on dit au Etats-Unis, c’est en échouant que l’on apprend, alors essayez, tentez, entreprenez..

Selon vous, quelles sont les mesures qui pourraient vous aider à développer votre business ?

Il y en a plusieurs:

Administratives et légales:

  • Simplifier les démarches de transitions d’un statut à un autre et particulièrement de l’auto-entreprise à un statut de société (SARL, SAS…)
  • Former des interlocuteurs pouvant aider aux démarches de changement de statut (CIC, Chambres de métiers incapables de répondre à ce besoin)
  • Ne pas endiguer entrepreneuriat en complexifiant les démarches et les obligations des auto-entreprises

Recherches de fournisseurs:

- La France regorge de personnes prêtes à entreprendre, à innover, à créer, mais pour autant il n’existe quasiment rien pour aider ces personnes à trouver des fournisseurs, des interlocuteurs, des prestataires, des partenaires. Beaucoup d’entrepreneurs se tournent donc vers l’étranger (suppliers) au détriment de l’économie nationale.

L’investissement:

Afin de ne subir aucune pression et d’être l’unique décisionnaire stratégique de notre business, nous avons fait le choix de l’auto-financement, mais il est vrai qu’un investissement externe nous permettrait de nous développer beaucoup plus vite.

Technologie:

L’arrivée sur le marché des imprimantes 3D offre une possibilité (à étudier) de relocalisation de la production et de personnalisation supplémentaire. Nous sommes donc actuellement en pleine réflexion sur l’acquisition d’une telle machine, afin de jouer 3 nouvelles cartes : Made in France, Personnalisation accrue de nos produits (couleurs et taille), Technologique (produits novateurs).

La technologie est néanmoins encore un peu jeune pour pouvoir réaliser pleinement nos objectifs pour le moment. Nous sommes donc en veille permanente afin de suivre les évolutions en la matière.

Merci Nicolas !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement