Bonjour Guillaume,

Vous êtes artisan dans le Calvados,  et vous avez déjà 17 ans d’expérience dans le secteur du bâtiment.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je m’appelle Guillaume Bayonne, je viens d’emménager dans le département (Calvados) depuis mars 2012, je suis d’origine Basque né à Angoulême en Charente, j’ai 31 ans.
Mon entreprise effectue principalement la pose de plaques de plâtre :

  • la pose de cloison sèche, doublage placo polystyrène et sur ossature métallique,
  • la pose de porte intérieure (porte normale, porte à galandage),
  • plafond en plaque de plâtre,
  • mosaïque, faïence, salle de bain, douche à l’Italienne,
  • isolation des combles par soufflage (laine de verre, laine de roche projetée).

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

Je suis dans ce secteur d’activité depuis 1996. J’ai décidé de me lancer car j’adore ce que je fais. C’est comme un peintre sur toile qui exprime ses talents, moi c’est la même chose.

Le résultat final laisse ressortir mes talents, mes goûts. C’est quelque part une façon de voir comment la personne travaille au final, comment elle dirige son chantier et ainsi voir le déroulement de celui-ci.

Interview d’un artisan dans le batiment

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Tout d’abord, il faut en parler à sa compagne ou son compagnon. Gérer une entreprise peut entraîner des tensions au sein du couple ou du cercle familial. Il y a de la tension pour le créateur car ce n’est pas toujours facile de gérer une entreprise. Il y a des périodes hautes où tout va bien, parfois même on a du mal a suivre, et des périodes basses où il n’y a rien, c’est le vide, pas un client en vue, pas un appel pour des devis etc….

Avant de créer une société du type EURL, SARL etc, il faut commencer par le statut auto-entrepreneur . Il y a un allègement des charges, des taxes… Pour les autres statuts, il y a beaucoup de charges patronales. Par exemple, pour un futur maçon, avant de se lancer en EURL, SARL, EIRL etc, il faut avoir au moins 6 mois de devis retournés signés.  En cas de trou pendant le début d’activité, il y aura un peu de trésorerie pour boucher les trous d’inactivités. Sinon, cela deviendra très stressant et cela aura un impact tout autour de vous.

Quand on croit à notre projet, il ne faut jamais baisser les bras, être fort et déterminé. Réfléchir avant de se lancer, se poser les bonnes questions…

 Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Quand j’étais ouvrier, je faisais beaucoup de sacrifice pour le travail. Résultat : il n’y avait rien au bout de ce sacrifice…. je me suis même retrouvé sans petite amie. Maintenant je ne suis plus ouvrier mais patron, mais il y a des sacrifices que je ne ferai plus.

Maintenant que j’ai une famille, l’entreprise me prend un peu de temps mais j’essaie de faire moitié/moitié : l’entreprise et la société ainsi que la vie de famille. Une entreprise demande beaucoup de temps, de patience, de sagesse mais il ne faut pas que le travail à domicile prenne trop de place dans la vie familiale. Il faut se mettre des règles ou des barrières à ne pas dépasser.

Il y a un temps pour l’entreprise et un temps pour la vie. Il faut quand même profiter de la vie. Elle est trop courte pour passer à côté de plein de choses intéressantes.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

L’entreprise m’a apporté des connaissances approfondies de mon métier et m’a permis de changer de point de vue sur certains problèmes.

Et puis, suivant ce que je fais, ça demande beaucoup de goût (comme exemple la mosaïque). Je le fais comme bon me semble pas et non plus comme un exécutant qui suit les ordres de son patron. Je soumets au client ma façon de voir, de faire et ensuite je le réalise.

Il y a des règles dans tout métier et elles sont faites pour être appliqué. En tant qu’ouvrier, ça m’est arrivé de faire des choses qui ne correspondaient pas aux règles  (exemple avec de la laine de verre) et c’est justement ce que je ne veux plus faire.

Le client n’est pas un «pigeon», il a le droit de tout savoir sur la prestations qu’un artisan lui facture. L’honnêteté avant tout. Il faut  se faire de la pub dans le bon sens, et plutôt comme un artisan sérieux qu’un mauvais artisan. Ce n’est déjà pas facile de se faire de la pub par le bouche-à-oreilles alors autant que ce soit  «une bonne pub».

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Je recherche des particuliers pour travailler (rire…) et montrer mes goût et ma façon de travailler. Ou des professionnels pour collaborer en sous traitance.

 Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

C’est tout à fait ça pour la mosaïque, des douches à l’Italienne. Même pour la placo, travailler proprement avec du goût, c’est un client satisfait à 99%. Je dis 99% car il n’y a aucun client satisfait à 100%. Nul n’est parfait. Il y aura toujours un client qui n’est pas entièrement content du travail fait. Quand on paie quelque chose, on voudrait que cela soit le meilleur mais il n’y a pas de travail à 100% réussi.

Merci Guillaume !

Pour contacter Guillaume, vous pouvez consulter :

Crédit photo : merci à hin255

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement