Bonjour Gaëlle,

Vous avez lancé votre boutique éthique d’articles pour enfants et mamans.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

boutique Ti-bahouJe m’appelle Gaëlle,

J’ai 32 ans et j’ai lancé depuis un peu plus de six mois un site de e-commerce, www.tibahou.com, dédié à l’univers de la maternité et de la petite enfance, dans une double optique de commerce éthique (commerce équitable, développement durable, artisanat…) et d’ouverture sur les cultures du monde.

C’est non seulement une boutique mais également une mine de bons plans :

Des choses à voir, à faire, des informations, des dossiers de fond pour s’ouvrir sur plein de sujets concernant les voyages, la petite enfance, la lecture, internet, le développement durable, la maternité…

En bref, j’y ai mis beaucoup de moi !

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

Toute jeune maman et suivant mon conjoint dans une mutation à l’autre bout de la France, j’ai saisi cette occasion pour m’interroger sur mes choix de vie et rechercher une activité en phase avec mes convictions et centres d’intérêts perso. Une activité qui, dans le même temps, me permette de concilier au mieux une vie professionnelle intéressante avec mes nouvelles priorités de maman.

J’ai été « aidée » en quelque sorte à faire le grand saut par le fait que la région où nous venions d’arriver ne proposait pas franchement d’opportunité de carrière dans mon domaine d’activité précédent… A quelque chose malheur est bon !

Alors j’ai un peu mêlé dans ma tête, pendant plusieurs mois, mon intérêt pour les voyages, pour l’ailleurs, ma toute nouvelle maternité, mes préoccupations pour le développement durable, mes recherches pour apporter plein de choses et faire découvrir le monde à mon fils…
Et abracadabra, c’est Ti-Bahou qui en est ressorti !

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Ne surtout pas négliger la phase de réflexion et de préparation, laisser mûrir son projet même si on meurt d’envie de se lancer « pour de vrai ». Et dans cette phase de préparation notamment, mais pas seulement, rester toujours ouvert, à l’écoute des conseils, des expériences (et y prendre ce qu’il y a à prendre, laissez le reste !). Ce n’est pas en phase de lancement que l’on aura ce temps nécessaire pour éviter pas mal d’écueils…

Alors dans cette phase, faire feu de tout bois : saisir toutes les opportunités d’échanger, de se faire accompagner (pour ma part j’ai pu bénéficier, par les assedics, d’un « parcours création d’entreprise » avec un consultant, qui m’a aidé à rompre l’isolement et à me poser les bonnes questions. En gros, donner un tour plus professionnel à mon projet).

Ensuite, le risque est grand, dans un projet comme le mien, de s’isoler toute seule derrière son écran… Alors là aussi, saisir toutes les opportunités d’échanges : forums, salons, associations… C’est vraiment important : ça rassure en permettant de tester ses idées, ça empêche de s’enfermer dans une vision des choses, ça apprend plein de choses et puis, et ça n’est pas négligeable, ça permet de maintenir un lien social !

Enfin, se lancer en solo c’est un vrai projet de vie… Donc s’assurer que la famille, si famille il y a, est bien dans le bateau et soutient le projet !

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Oui… et non… Disons que je suis maître de mon temps et que cela n’a pas de prix…

En échange c’est forcément extrêmement prenant… Et il est difficile de savoir se dire « stop, là je fais une pause une heure, je recharge les batteries, je n’en bosserai que mieux ensuite ».

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

Déjà, et c’est énorme, la satisfaction et la fierté de se dire « c’est moi qui l’ai fait ! ». Sans rire, ça fait du bien à la confiance en soi : le jour où le site est en ligne, la première commande de quelqu’un qu’on ne connaît pas, le premier témoignage d’une cliente plein de compliments…

Et puis le bonheur… de voir directement les fruits de son travail, d’être totalement en phase avec ce qu’on fait, de pouvoir prendre une après-midi sans trop bosser, sur un coup de tête, parce que finalement il fait beau alors autant aller voir les canards au bord du lac avec mon fils (quitte à bosser la nuit suivante)…

Bref, la sensation d’enfin marcher sur mes deux jambes !

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Je suis en pleine phase de développement, au tout début de l’aventure et je n’en suis pas encore au stade où je peux vivre de mon entreprise…
Donc actuellement, bien évidemment, l’enjeu c’est de me faire connaître. Le bouche à oreille est hyper important, j’essaie de faire la différence dans une relation client très personnalisée, un service que je veux irréprochable, des produits testés et approuvés personnellement… afin de ne pas être une boutique supplémentaire parmi d’autres mais avec un petit supplément d’âme qui fait que c’est une adresse qu’on a envie de donner à ses amis, à ses proches comme un bon tuyau…

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Eh bien… Un peu équilibriste , un peu écrivain, un peu photographe… Et de l’imagination, toujours de l’imagination !
Oui, cela a assurément à voir avec l’art ! (mais pas que…)

Merci Gaëlle!

Pour contacter Gaëlle Ruby, gérante de la société tibahou.com, cliquez ici

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement