Vous avez le profil d’une créatrice d’entreprise mais vous vous posez encore beaucoup de questions ? Dans le cadre de la semaine “Entreprendre au féminin” du 9 au 15 octobre sur Gautier-Girard.com, découvrez le témoignage de Nathalie Demarcq, la fondatrice de ND Secrétariat (www.ndsecretariat.fr), et profitez de ses conseils!

1) Pourriez-vous vous présenter ainsi que votre activité en quelques mots ?

Bonjour,

ND Secrétariat est un service d’assistanat plus particulièrement destiné aux entreprises et aux associations.

Bien que polyvalente, je me suis spécialisée dans la prise de notes en réunions et production de comptes rendus, notamment lors des séances plénières de comités
d’entreprise comme celui d’APICIL pour lequel je travaille depuis plus de deux ans. J’interviens également de façon plus ponctuelle sur divers aspects de leur secrétariat au niveau des œuvres sociales.

Ma seconde spécialité est la retranscription audio, que ce soit des interviews médicaux, des séances plénières ou des colloques.

2) En 2012, seulement 30% des créateurs d’entreprises sont des femmes. Quelles sont, à votre avis, les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes qui  veulent entreprendre ?

Une première difficulté est de concilier la vie professionnelle et personnelle. C’est un paradoxe car c’est une des premières raisons pour laquelle les femmes entreprennent.L’entourage comprend plus ou moins bien que si l’on se rend disponible à certains moments pour assurer l’intendance, ou les rendez-vous des enfants, en contrepartie il faudra travailler à autre moment.

Ensuite, peut-être, le côté affectif des femmes qui fait que leur entreprise est leur « bébé idéal» et qu’elles ont parfois du mal à modifier le concept de départ pour s’adapter à la réalité du marché.

Enfin, bien que cela évolue, il reste dans l’inconscient collectif, voire dans celui des femmes, que créer une entreprise est une affaire d’hommes. Les stéréotypes ont la vie dure surtout si les principales intéressées apportent de l’eau à ce moulin comme le mythe de la secrétaire en jupe et talons hauts un café à la main (sous entendu pour son patron bien sûr !) que l’on rencontre encore bien souvent, parfois même sur les sites de consœurs.

3) Comment faites-vous pour concilier vie privée et vie professionnelle ?

Je dois dire que c’est un exercice d’équilibre assez compliqué d’autant plus que je travaille beaucoup à mon domicile et peu sur site. Difficile de séparer ses deux « vies » quand elles ont le même cadre, des horaires qui se chevauchent… Le mieux je pense est des les imbriquer.

Au début je notais séparément dans mon agenda les rendez-vous professionnels et privés mais cela devient vite très compliqué. Donc, un seul agenda où tout est noté avec précision que ce soit les temps de trajets ou les rendez-vous, les interruptions prévisibles et quelques plages pour l’imprévu.

Peu à peu, j’ai constaté que j’étais plus efficace en me consacrant à 100% à mon activité durant un laps de temps plus court, mais dédié, que de m’astreindre à des plages horaires inexploitées et parfois même inexploitables pendant lesquelles mes pensées étaient continuellement « polluées » par les aspects personnels de ma vie.

4) Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui veulent créer leur entreprise ?

Je leur conseillerais de bien expliquer à leur entourage les contraintes de leur nouvel emploi car c’est un nouvel emploi. Même si l’on maîtrise son métier, on apprend le métier d’entrepreneur chaque jour.

Comme je l’ai dit plus haut, cesser de lutter contre le naturel et vouloir dissocier à tout prix ces deux parties de soi qui finalement ne font qu’une.

Et enfin, je conseillerais aux femmes, mais aussi aux hommes, de ne pas hésiter à se faire accompagner. Pour revenir au sujet, il existe des accompagnements spécifiquement féminins dans nombre d’associations et structures comme le CDIF (Centre d’Information des Droits des Femmes) qui dispense des formations à l’intention des femmes entrepreneurs.Ces réseaux ont souvent des astuces ou des informations en lien direct avec les contraintes féminines comme la gestion des enfants.

Saviez-vous que lorsque vous êtes en période de création d’entreprise et donc parfois sans emploi, vous pouvez ne pas bénéficier de la cantine pour vos enfants mais qu’une attestation d’une structure d’accompagnement peut dans certains cas vous en permettre l’accès ? Ce genre d’informations s’avère très utile au quotidien.

Merci à Nathalie d’avoir accepté de répondre à nos questions !

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement