Bonjour Emily,

Vous avez choisi de créer votre entreprise en adoptant une démarche qui sort des sentiers battus .

Interview Emily Morey

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je suis Emily Morey, dirigeante de l’entreprise La Malle à Doudous. Je commercialise des vêtements de seconde main pour enfants sur le site www.la-malle-a-doudous.com.

L’idée est de proposer une offre différente aux parents qui souhaitent faire plaisir à leur enfant en dépensant moins d’argent. Moi-même maman de deux petites filles et passionnée de mode (je suis d’ailleurs diplômée de Master Mode et création), j’ai accumulé beaucoup de vêtements encore en parfait état dans mes placards et j’ai envie de lutter contre ce gaspillage insupportable et contre l’hyper-consommation. J’achète des lots de vêtements aux particuliers et je les revends à l’unité sur le site. Tout le monde y gagne.

L’entreprise a été créée en mars 2012 et le site a démarré en septembre 2012. Début janvier, 11 000 nouveaux visiteurs étaient venus sur le site.

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

L’idée m’est venue en voyant un reportage sur les vide-dressing généralistes et je me suis dis qu’il fallait que quelqu’un s’impose comme le spécialiste du vêtement d’occasion pour enfants.

Avec ce projet j’ai eu envie de véhiculer des valeurs éco-citoyennes et de dire aux parents qu’ils avaient le choix de faire autrement. C’est également une ambition d’entrepreneur qui m’a fait me lancer dans ce projet, l’envie de vivre mon rêve dans un secteur d’activité que j’adore.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Le meilleur conseil que je pourrais donner est de se faire entourer, il existe beaucoup de structures pour ne pas vivre seul sa volonté d’entreprendre. Pour les femmes par exemple, je me suis fait aider par le CIDFF de Lyon, puis j’ai intégré une pépinière d’entreprise.

Il faut toujours avoir une personne neutre autour de soi, ça permet de mieux réfléchir et de prendre du recul.

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Non, au contraire ! Lorsque j’étais salariée je me sentais comme emprisonnée. Dès que mes enfants étaient malades, il fallait mendier un jour de congé pour pouvoir les garder, aujourd’hui je travaille de chez moi si j’en ai envie et à chaque fois que mes filles ont besoin de moi, je réponds présente.

J’y ai beaucoup gagné en liberté physique et mentale !

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

Un bien être constant, sans parler de l’enrichissement intellectuel.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Principalement des financements. J’ai envie de connaître l’effet start up, il y a un potentiel génial dans cette entreprise mais sans argent on ne peut pas aller vite, on communique moins bien avec le risque que l’entreprise coule.

L’idée est de la lancer, de la faire prospérer et de la revendre dans 5 ans pour remonter une autre entreprise.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Il y a à la fois un peu d’art, une part de magie, une part de chance mais surtout beaucoup de travail !

Merci Emily !

Pour contacter Emily, vous pouvez :

Crédit photo : merci à Amandine Gimenez

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement