Bonjour Denis,

Vous êtes un ancien avocat et vous avez décidé de créer votre entreprise pour aider les créateurs et les dirigeants dans différents domaines (gestion, recouvrement, ressources humaines, évaluation des risques professionnels…).

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je m’appelle Denis FEKIR, âgé de 53 ans, j’ai démarré mon activité de conseils aux entreprises en juin 2013. Passionné des problématiques liées à l’entreprise, c’est une des raisons qui m’ont poussées à me lancer.

Le cabinet DF-Juriconseils propose toute une série d’aides et d’accompagnements destinés aux créateurs ou dirigeant d’entreprise pour mener à bien leur projet et leurs activités.

Le rôle de conseil est très délicat dans la mesure où il faut s’immiscer dans l’entreprise. Il faut néanmoins cerner rapidement les problématiques signalées pour apporter les remèdes efficaces.

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

L’idée me vient de mon passé professionnel. J’étais auparavant avocat au sein d’un barreau européen dans une place financière à vocation internationale. J’y ai beaucoup appris. Pour avoir évolué dans le monde des affaires nationales et internationales, j’ai été confronté à toutes les problématiques du monde de la finance et des sociétés.

Je travaillais donc à l’étranger, l’envie de retour au pays a été la plus forte.

Fort de mon passé, j’ai voulu partager mon expérience. Si les grosses ou très grosses entreprises connaissent divers problèmes, les TPE/PME sont confrontées plus durement aux dures réalités de l’économie actuelle.

Le tissu TPE/PME est très important dans notre pays, il faut le préserver et l’accompagner.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Non, ce n’est pas simple. Mais ce manque de simplicité ne doit pas être considéré comme un obstacle infranchissable.

La difficulté réside dans une chose : chef d’entreprise est un métier à part entière, et pour se familiariser à cette profession,il ne faut pas hésiter à demander aides et conseils.

A la création, le futur dirigeant est novice, il faut lui montrer le chemin et l’accompagner dans ses décisions.

Pour l’entreprise en difficulté, il faut à tout prix briser l’isolement dans lequel se trouve le dirigeant. Il faut réagir. Dans ces cas, les cabinets conseils se heurtent souvent à un tabou. Les dirigeants n’aiment pas déballer leurs problèmes, ce qui est une erreur.

Conseil aux entreprises et aux entrepreneurs

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Oui le sacrifice est lourd pour tous mais il ne doit pas être un fardeau.

En ce qui me concerne, j’ai fait le sacrifice de laisser de côté mes fonctions antérieures. Ma recherche d’indépendance était trop forte.

Les sacrifices sont toujours là, l’activité de conseil nous envoie au chevet des entreprises. Moi, je me sens concerné par les problèmes que l’on m’expose. Beaucoup de temps est nécessaire, la vie de famille est un peu perturbée.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

Oui, j’ai assouvi mon envie d’être libre et indépendant. De plus, je considère que tous les contacts sont enrichissants. Je retiendrai d’une formule “si j’apprends aux autres, j’ai beaucoup à apprendre de ces mêmes autres”.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Mon envie, c’est de mettre en place un réseau cohérent. L’activité de conseils met au jour des compétences particulières dans des segments bien définis.

Au lieu de travailler seul dans son coin, l’activité de réseau peu être un superbe tremplin. J’aime les formules, et j’en retiens une qui me vient à l’esprit, elle est citée dans le domaine de l’économie basée sur le cercle vertueux “si je vais bien, tu vas bien, et si tu vas bien, je vais bien aussi”.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Oui, j’en demeure persuadé. Entreprendre repose sur des talents artistiques.
L’artiste peintre, sculpteur ou autre n’est-il pas un créateur et un passionné ?

Merci Denis !

Pour contacter Denis, vous pouvez :

Crédit photoShutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement