Bonjour Côme,

Vous avez créé votre entreprise avec votre sœur autour d’un concept de box très original. 

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Bonjour Gautier Girard ! Ici Côme Besse, 23 ans, parisien et co-fondateur de Divine Box avec ma soeur Astrid. Après deux ans à HEC, et deux stages de césures en logistique et marketing, je choisi de faire le Master Entrepreneurs à HEC pour terminer ma formation en beauté et apprendre tout ce qu’il faut pour monter / reprendre une boite. Des témoignages d’anciens très précieux, des cours bien ficelés, de beaux voyages (comme dans la Silicon Valley) etc… ça sert ! Les cours sont notamment très bien aménagés pour laisser du temps à ceux qui souhaitent monter leur boîte pendant l’année, ce qui fut mon cas ! A partir de janvier, je n’ai ainsi eu que très peu de cours, l’essentiel de mon temps étant sur mon projet.

Grâce à cela, j’ai pu monter vite (et bien!) ma start-up Divine Box, une box mensuelle de produits monastiques. Chaque mois, nous livrons à nos abonnés une box remplie d’une sélection gourmande de produits monastiques d’épicerie fine, autour d’un nouveau thème mensuel : chocolat, miel, apéro, fruits rouges, vigne etc…

Dans chaque box nous glissons quelques surprises dont notamment un petit livret d’une vingtaine de pages pour présenter les produits et les abbayes sélectionnées. L’idée est d’être non pas un simple distributeur de produits monastiques, mais un vrai moment pour découvrir les produits monastiques, apprendre de belles histoires, des petites anecdotes etc… bref, pour comprendre d’où viennent les produits et qui les fabriquent !

Box gastronomique de produits monastiques : Divine Box

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

L’histoire de l’idée est assez amusante … Nous sommes une famille de 4 enfants et j’ai un frère qui habite à Barcelone. Lui étant très franchouillard, il souffre là-bas de ne pas retrouver son fromage français, sa bonne charcuterie et son vin rouge préféré ! Alors pour Noël, maman lui avait préparé un panier gourmand remplie de victuailles bien françaises. Dans ce beau cadeau figurait notamment un pâté de l’abbaye de Bricquebec (près de Cherbourg). Il l’a trouvé délicieux, en est tombé amoureux, et avec ma sœur nous trouvions le concept assez amusant. Pourquoi ne pas lancer l’apéro des abbayes ? Nous savions que les monastères faisaient de la bière et du fromage, alors avec du pâté c’était tout trouvé !

Après quelques recherches, nous nous sommes aperçus en fait que les abbayes produisaient mille autres pépites culinaires, bien au delà de l’apéro. Sauf qu’autour de nous personne ne le savait ! Alors on a voulu trouver un concept sympa et jeune pour promouvoir l’artisanat monastique et les pépites des moines ! Et notamment à une cible plus jeune, a priori plus éloignée des produits monastiques.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Un conseil que j’ai beaucoup entendu et qui m’anime particulièrement est : “mieux vaut faire vite que faire bien”. On est tous perfectionnistes, et on aura tous envie de peaufiner pendant des années un concept, une idée, un site etc… Tout en n’ayant ou en n’attendant aucun client. Et pourtant ce qui marche le mieux est de se lancer vite et d’améliorer avec le temps en fonction des retours clients !

Par exemple pour Divine Box, les deux premières versions du site étaient horribles, j’en avais honte ! Mais c’est presque bon signe. Et au fond les abonnés ne semblaient pas s’en soucier plus que ça. Avec le temps et les retours, j’ai pu le peaufiner petit à petit pour avoir aujourd’hui quelque chose d’assez sympa ! Heureusement que j’ai lancé le site rapidement car cela a pu nous lancer très vite dans l’aventure, voir ce qui fonctionnait très bien, voir là où nous devions nous améliorer etc…

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Chaque histoire est différente, mais je pense que les sacrifices sont nombreux et importants pour mettre la machine en route. Voir moins ses amis et sa famille, dormir un peu moins, courir à droite à gauche etc… font partie du quotidien au départ. Avec le temps, en s’organisant, on maîtrise mieux les choses, certaines tâches sont automatisées etc… et à ce moment-là on peut retrouver une vie plus normale !

Après 3 mois d’opérationnel, oui je fais toujours des sacrifices pour dégager du temps pour développer Divine Box et les différentes offres de notre box des monastères, mais avec une équipe qui grandit, des process qui se mettent doucement en place, les sacrifices s’allègent petit à petit ! Je pense qu’après Noël (1 an après, donc) ce sera un peu plus calme.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

La joie de savoir que l’on peut tirer un revenu de son propre travail et que l’on peut faire grandir ses employés/stagiaires en compétence et en valeurs humaines (selon les valeurs de la boîte). Pour moi c’est primordial : une boîte où je serais seul n’aurait pas de sens.

C’est tellement plus gratifiant et cela donne tellement plus de sens de pouvoir partager son expérience et former des plus novices (en même temps qu’apprendre des autres!). Nous ne sommes pour l’instant que 4 chez Divine Box (donc 2 co-fondateurs), mais c’est déjà très stimulant et très gratifiant !

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Oh, tout plein de choses ! Un prestataire logistique qui pourrait nous épauler, de supers abonnés toujours aussi nombreux, de chouettes stagiaires en marketing et une belle croissance !

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

En partie ! Je suis à titre personnel assez peu créatif mais on peut toujours s’inspirer de l’extérieur. Par exemple pour Divine Box, chaque livret que nous glissons dans nos box pour expliquer d’où viennent les produits etc… est l’occasion de nouvelles mises en pages, présentations, visuels/photos etc… De quoi pratiquer un peu son sens artistique. Peut-être que cela ne s’applique pas à toutes les start-up, mais pour nous c’est en partie le cas !

Merci Côme !

Pour contacter Côme, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement