Bonjour Claire-Elisabeth,

Vous avez décidé de mettre vos capacités personnelles au service de votre projet entrepreneurial.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Bonjour, je m’appelle Claire-Elisabeth, je suis native d’un superbe département, les Hautes-Alpes, dans lequel je suis tout nouvellement auto-entrepreneuse dans le domaine de la santé, du bien-être et du développement personnel, proposant des services de Coaching de Vie (ou Life Coaching) qui s’adressent à tous et à toutes.

Coach’in U, mon entreprise, est une aide unique et personnalisée qui vous est proposée afin de vous accompagner dans vos projets de vie, qu’ils soient de nature professionnelle, personnelle et/ou relationnelle.

S’entend par-là :

  • le développement professionnel (en cas de prise de responsabilités, de réorientation, de recherche d’emploi, de préparation à des examens ou concours, etc),
  • le bien-être et de la santé (comme améliorer son hygiène de vie, mieux gérer son stress, ses émotions, son temps, sa communication, rompre avec la “négative attitude”, bien vivre sa grossesse, se préparer à la naissance d’un enfant, se remettre d’une séparation, préparer un mariage, réaliser un deuil, etc),
  • le développement personnel, avec des sujets davantage tourner vers soi et son Être intérieur (se découvrir, développer sa confiance en soi, améliorer son image de soi, prendre conscience de ses propres capacités, savoir ce que l’on veut, savoir dire “non”, etc).

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

Depuis toujours, j’ai pour grand intérêt les autres, qu’ils me soient proches ou non. Ce sont d’ailleurs « ces autres » qui ont développé en moi ce grand intérêt puisqu’ils se sont toujours relativement facilement ouverts à moi, parlant rapidement à cœur ouvert de leurs tracas et de leurs espoirs, me confiant souvent des choses personnelles, véritablement intimes. Certainement parce que ma sympathie pour eux, ma disponibilité et ma discrétion se ressentent.

J’aime prendre soin d’eux, me montrer présente, les écouter, leur apporter mon aide, mon soutien et toute ma motivation pour les porter à réaliser des choses aussi grandes que ce qu’ils sont et pour que leur vie concrète devienne celle dont ils ont toujours rêvé en secret. Je suis intimement convaincue que si on peut l’imaginer, alors c’est possible.

Il est vrai que je souhaitais entreprendre des études supérieures tourner vers la psychologie, réellement passionnée par l’écoute et l’aide à la personne. Ce domaine me correspondait plutôt bien mais des événements difficiles sont arrivés me laissant dans l’incapacité (provisoire !) de voir mes projets aboutir.

Et le temps a passé, la vie m’a fait suivre un tout autre chemin. Les envies se sont refoulées. Jusqu’au jour où on n’arrêtait plus de me dire que j’avais raté ma vocation, que je devrais exploiter mes capacités d’aide et d’écoute, alors que j’entrais moi-même dans une grande période de remise en question sur mes ambitions et capacités professionnelles.

C’est à partir de là que j’ai de nouveau envisagé de travailler par amour, par passion, par vocation et d’aider les autres, comme je ne cessais de le faire et comme je désirais le faire depuis tant de temps, afin de ne pas limiter ces qualités et compétences seulement à mon entourage.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Je lui conseillerais de prendre son temps, de ne pas vouloir aller plus vite que la musique. Car même si l’ambition, la motivation et l’impatience sont là, le temps s’imposera de lui-même.

Vouloir créer, vouloir entreprendre, c’est un peu comme vouloir réaliser une peinture. On commence par un schéma, un croquis, mais si on désire le transformer en chef d’œuvre, il est primordial de prendre davantage de temps pour travailler et peaufiner les détails, même les plus dissimulés, afin que la création soit proche de la perfection, limitant au maximum les failles (les critiques, pour le domaine de l’art) qu’elle pourrait être amenée à rencontrer.

Il y a toujours des changements de plan, des choses auxquelles on n’avait pas pensé. Alors, au plus vous prenez le temps de vous préparer à toute éventualité, au moins vous vous sentirez pris(e) au dépourvu le cas échéant.

Coach et accompagnement

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… Avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Il est vrai que l’entourage est lié et impacté par l’engagement dans notre nouvelle activité : pour certains, cela commence par l’investissement financier, puis par l’énergie et le temps qu’on y passe. Il y a aussi ces (trop ?) nombreuses fois où nos conversations n’évoquent que ce sujet, surtout au début, d’autant plus pour partager les doutes et les craintes que l’on peut être amené à rencontrer au cours de cette aventure.

Mais il est aussi important de faire la part des choses. Je pense qu’en prenant le temps de suffisamment se préparer en amont de la création (quitte à ce que le projet prenne quelques semaines de retard) afin que tout soit fin prêt et suffisamment pensé aux détails (presque) près, en prenant en considération le projet en lui-même et les conséquences qu’il engendre (sur la famille, les amis, les relations, les sorties, etc.), je pense qu’en s’organisant et en anticipant, ainsi qu’en priorisant, il n’est pas nécessaire de faire des sacrifices pour réussir.

Peut-être pourrions-nous davantage parler de… concessions. En tout cas, c’est ainsi que je vois la chose en ce qui me concerne. Est-ce par déformation professionnelle en tant que coach ou est-ce par simple chance que je me sens ainsi épargnée d’une étendue de conséquences trop lourde et difficile à supporter et à gérer ? Je ne sais pas, mais… pourvu que ça dure !

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

De créer ma propre entreprise m’a littéralement donné des ailes dans ma vie professionnelle jusque-là monotone et dans laquelle je ne me sentais pas épanouie.

Ça m’a poussée à donner toujours le meilleur de moi-même, parce que le sort de mon entreprise, mon sort et par conséquent celui de ma famille reposent entre mes propres mains (ouf ! je travaille seule pour l’instant et n’ai donc pas d’autres sorts entre les mains !), j’ai alors tout intérêt à tout donner pour réussir si je ne veux rien perdre !

Dans l’entrepreneuriat, rien n’est jamais acquis, il faut toujours rester sur le qui-vive et ne jamais s’endormir sur ses lauriers. Il faut donc trouver et proposer des idées nouvelles qui intéressent et captent le public. Pour moi, ce challenge est motivant.

Je trouve également cela très gratifiant d’un point de vue personnel de pouvoir travailler pour sa passion, se lever tous les matins en allant le cœur léger sur son lieu de travail et achever sa journée en ayant hâte d’être au lendemain. La reconnaissance de l’entourage proche a aussi une grande part dans ce sentiment de bien-être, de fierté et d’ambition pour l’avenir professionnel.

D’ailleurs, pour moi, il est indéniable que la vie professionnelle et la vie personnelle sont intimement liées. A travers les yeux de mes proches, je me vois aussi sous un nouveau jour, comme étant capable et indépendante ; je suis devenue quelqu’un. Cela renforce mon existence et mon choix de persévérer dans cette voie que j’ai empruntée.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

La conviction de la création de Coach’in U a toujours été autrui. Son but, c’est d’aider les autres, de leur apporter une présence, une écoute, un soutien, un accompagnement, une motivation certaine dans leurs difficultés momentanées à traverser et dans leurs projets à réaliser.

Ce que je souhaite, c’est que cette entreprise basée sur l’incroyable chemin du développement personnel soit valorisée et reconnue pour continuer à soulever tous ces êtres uniques que nous sommes, afin que chacun prenne conscience de sa propre portée exceptionnelle pour soi et pour son entourage.

Se tourner davantage vers la bienveillance envers soi et envers les autres améliorerait avec certitude le quotidien de tous, actuellement beaucoup trop plongé dans la négativité de tout et rien à la fois.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

A mon sens, l’art est subjectif, et par conséquent unique, tout comme l’est le projet de chaque créateur qui est dans le désir d’entreprendre.

Seulement, pour que l’art tienne la route malgré toute sa subjectivité, il est indéniable qu’il faille respecter certaines règles (comme l’assemblage des couleurs, par exemple, pure base de l’art picturale) afin que l’œuvre réalisée soit cohérente et ressemble à quelque chose. Il en va de même avec la création d’entreprise.

Aussi, “il n’y a rien que l’on ne puisse faire, il n’y a que des choses que l’on n’a pas encore apprises à faire”. Alors je crois qu’à l’image de l’art, lorsque l’on respecte les principes, les valeurs, les règles générales qu’il impose malgré tout, entreprendre est à la portée de tous, et est une manière d’exercer des talents artistiques.

Merci Claire-Elisabeth !

Pour  contacter Claire-Elisabeth, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement