Bonjour Christelle,

Vous avez créé une entreprise de vente de bijoux et accessoires hauts de gamme en cuirs exotiques.

 - Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Christelle Traoré : bijoux et accessoires de luxeJe suis Christelle Traoré, créatrice de la marque de bijoux et accessoires Zo-Landing.

Je crée des bijoux et accessoires en cuirs exotiques hauts de gamme tels que le croco, le python, le galuchat. La marque est jeune (1 an d’existence) mais reçoit déjà un très bon retour.

Au-delà de la création des pièces, je cherche à créer un univers fort et bien identifié que je caractériserais de “sauvage et sophistiqué“.

- Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

J’ai toujours créé, que ce soit dans la mode, la déco ou l’art mais mes études m’ont amenée sur un tout autre domaine.

A 30 ans, j’ai réalisé que si je voulais vivre de ce qui m’excitait vraiment, c’était maintenant que je devais me lancer. Cela s’accompagnait d’un choix de vie assez radical, car avec le choix de créer des bijoux et accessoires, il y a eu le choix d’être chef d’entreprise.

Ce qui m’a aussi beaucoup motivé, en terme de légitimité (car il y a déjà tant de designers), c’est que je ne trouvais pas sur le marché les bijoux tels que je les rêvais.

- Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Mon premier conseil serait de ne pas se laisser décourager par ceux qui voudraient vous “protéger” d’éventuelles désillusions.

Car même si une entreprise ne réussit pas, c’est une expérience unique et formatrice, vous ne vieillirez pas amer de ne pas avoir essayé et pendant qu’on se lance, on vit des choses de toute façon.

Pour ce qui est de la gestion, je dirais qu’un bon et lucide business plan est indispensable mais qu’il ne faut pas paniquer si la réalité s’en écarte. Et surtout, ayez un bon comptable.

- Se lancer, oui ! Bien, mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Oui, bien sûr, certains pans de notre vie sont évincés par la création d’une entreprise. Je pense que c’est normal car ça demande un focus et une monomanie importante. Mais ça, c’est au démarrage, après, assez vite, il faut trouver un régime de croisière qui se concilie avec la vie personnelle.

Personnellement, je suis encore dans la ” phase de lacement” je suis donc très accapparée mais il se trouve que mon conjoint crée lui aussi son entreprise, ce qui fait qu’on se soutient et se comprend très bien.

- Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

Il y a deux choses :

  • Zo-Landing m’apporte beaucoup en terme de liberté d’expression créative. C’est aussi extrêmement jouissif de voir mes créations portées par quelqu’un.
  • Pour ce qui est du statut de chef d’entreprise, c’est aussi très satisfaisant d’être dans la prise de décision mais c’est aussi très chronophage et schizophrénique (il faut être tout et partout à la fois à tout moment).

Mais pour rien au monde, je ne renoncerais  à l’autonomie que ça confère.

- Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Des détaillants et des articles presse.

Dans mon domaine, la presse féminine est incontournable. Mais si une marque comme Zo-Landing ne suit pas la tendance mais est plutôt dans l’avant-guarde, il faut passer par ces définisseurs de tendances que sont les magazines féminins. Mais au-delà de la publicité qu’ils font aux marques comme la mienne, leur support papier ou web permet de véhiculer l’univers de la marque par des pages modes, des publi-rédactionnels, la pub….

Et pour les détaillants, après avoir lancé la collection, il s’agit maintenant de la distribuer.

- Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Bien sûr.

Avant le statut de chef d’entreprise, je revendique celui de créatrice. Ceci dit, je ne vois pas cela comme de l’art ni comme de l’artisanat mais tout simplement comme de la création.

Merci Christelle pour cet entretien et le partage d’expérience.

Pour contacter Christelle Traoré :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement