Bonjour Ava,

Vous avez choisi de créer votre e-commerce dans le secteur de l’habillement, mais en vous positionnant  sur une niche bien spécifique.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Brin de femme au petit gabarit, Ava Amara, personnage virtuel mais néanmoins réel,  je souhaite ardemment  redonner le goût de se chausser aux femmes à la pointure 35.

Dans mon e-shop, ces femmes sont certaines d’y musarder des escarpins, des sandales, des ballerines, des bottes & bottines taille 35.

Mon vœu le plus cher, qu’elles achètent par plaisir et non plus par défaut, une paire de chaussures femme petite taille.

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

Chaussant aussi une pointure 35, trouvant difficilement chaussure à mon pied alors même que j’habite dans une grande ville, Nantes,  je pensais avec empathie à ces femmes qui habitent dans des petites communes et qui portaient des chaussures d’enfants où de mamies…

D’une frustration et d’un manque à combler pour toutes ces femmes, j’ai décidé de répondre à ce besoin spécifique, validé par une étude de marché
.  J’aurai aimé qu’on le fasse pour moi.

e-commerce ava amara

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Devenir entrepreneur, c’est exaltant, c’est riche et ça ouvre le champ des possibles.

Le revers, c’est une certaine solitude qui pourrait transformer  l’espoir en désespoir. Je conseille l’accompagnement, par des boutiques de gestion, par des professionnels de la création d’entreprise, intégrer des réseaux où la bienveillance est de mise. Ces garde-fous permettent au créateur de s’inspirer du vécu des autres et de garder une lucidité dans l’enthousiasme.

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Oui, J’ai quitté un job rémunérateur et une stabilité. Mon avenir est beaucoup plus incertain sur ce plan-là.

Quand on se lance pour de vrai, que l’on sort de l’imagination pour concrétiser son idée, c’est aussi quelque part que l’on est vraiment prêt à affronter des tempêtes…Votre entourage proche doit être en osmose avec vous pour accepter les sacrifices nécessaires au démarrage et les éventuels tangages.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

A titre personnel, la création de ma société m’a confirmé que je suis pleinement actrice de ma vie professionnelle et  de mon cheminement personnel. La pugnacité dans la réalisation d’un projet à la concrétisation puise au plus profond de nos ressources.  L’autonomie chèrement gagnée est le gage d’une liberté de pensée.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Tout est à faire. La création pure est la pointe de l’iceberg. On croit achever une tâche, importante certes, mais l’avenir est à nouveau plein de promesses mais aussi d’embûches. Je suis dans une phase d’envol, j’ai besoin de me faire connaître, que les femmes à la taille 35 me rencontrent et soient satisfaites de ce que je leur propose.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Dans la création entrepreneuriale il y a l’aboutissement créatif, ce n’est pas anodin. Les chefs d’entreprises sont des stars qui s’ignorent, ils font briller des étoiles, pas sur tapis rouge mais dans leur esprit au travers de leur création.

Merci Ava !

Pour contacter Ava, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement