Bonjour Armen,

Vous êtes un entrepreneur-né puisque vous en êtes déjà à votre quatrième création !

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Bonjour, je m’appelle Armen Timourdjian et j’ai créé PERSPECTIVE Conseil Coaching et Formation en 2013.

“Serial entrepreneur”, le Projet PERSPECTIVE était ma 4ème création. J’ai mis dans ce projet toutes mes envies et toute mon expertise accumulée dans les 15 premières années de ma vie professionnelle, si bien qu’à l’été 2014 j’ai revendu les 3 autres pour m’y consacrer pleinement.

Aujourd’hui, au sein de ma structure je suis donc coach professionnel spécialisé dans l’orientation scolaire et professionnelle, les bilans de compétences et le coaching prise de parole en public, confiance en soi, soutenance orale, entretien d’embauche …

En parallèle j’enseigne la communication orale et l’entrepreneuriat à la FAC et dans des établissements du supérieur tels que des grandes écoles de commerce.

Mais de plus en plus je suis aussi et surtout le dirigeant de PERSPECTIVE qui évolue et devient le carrefour de nombreux talents.

PERSPECTIVE Conseil, Coaching et Formation propose … comme son nom l’indique.

  • Le volet conseil est spécialisé sur les structures associatives, de l’économie sociale et solidaire, et de service à la personne. Missions après missions nous nous ouvrons aux PME.
  • Le volet coaching professionnel est spécialisé dans l’orientation professionnelle , les bilans de compétences mais aussi et surtout la prise de parole en public, et toutes les formes de soutenances orales, de l’entretien d’embauche à la soutenance de thèse en passant par la conférence.
  • Le volet formation est extrêmement riche et grandit au fur et à mesure que nous intégrons de nouveaux talents.

Conseil et coaching professionnel

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

Ma première vie de dirigeant était une vie de dirigeant associatif (donc autodidacte) qui m’a permis de constater à quel point de nombreuses compétences nécessaires à la direction de structure ne s’improvisent pas. J’ai donc commencé à me former.

Je suis ensuite devenu chef d’entreprise et j’ai rencontré énormément de porteurs de projets qui avaient beaucoup de mal à passer de l’idée à la création. J’ai donc commencé à accompagner amicalement des proches en parallèle à ma vie professionnelle.

J’y ai pris un tel plaisir et ai obtenu de si bons résultats que j’ai décidé de structurer ce savoir-faire en créant ma société de conseil. Le bouche à oreille a été tel que j’ai été rapidement submergé par les demandes. Cela m’a poussé à vendre mes autres structures pour me consacrer pleinement à ce projet. Après presque 15 années d’engagement total dans mes premières structures, c’est avec beaucoup d’entrain que j’ai tourné cette magnifique page pour en écrire une autre.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Lorsque je coache des créateurs, mes conseils sont très divers suivant les personnes et les projets … à l’exception d’un conseil : concentrez-vous sur VOTRE métier, VOTRE EXPERTISE, entourez-vous de professionnels compétents et positionnez-les comme partenaires.

Par exemple une mauvaise idée couramment rencontrée est « je vais faire mon site internet moi-même » : NON ! Trouvez un prestataire qui fera bien mieux et plus vite que vous. Bien sûr, négocier au mieux le tarif est pertinent au début de son projet; mais penser que passer 5, 6, 12 semaines sur son site internet vaut mieux que de payer 2000€ à un prestataire est un très mauvais calcul.

Car votre valeur ajoutée n’est pas là, si vous êtes mieux employé à créer un site internet qu’à prospecter ou bien faire votre métier … et bien dans ce cas devenez créateur de sites internet et pas autre chose !

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Je ne dirais pas sacrifice car c’est un investissement, on capitalise sur le futur (voilà pourquoi j’ai du mal avec les statuts juridiques type auto-entrepreneur qui ne permettent pas de capitaliser , c’est-à-dire de potentiellement revendre).

Mais bien évidemment le nombre d’heures travaillées est parfois délirant. Je n’ai pas pris de congés les 3 premières années. Puis j’ai pris 2 à 3 semaines par an les 10 années suivantes. J’ai fait des semaines de 6 jours pendant des années à raison de journées de 10 heures minimum. Je pense pouvoir affirmer avoir fait une moyenne de 70 heures par semaines pendant plus de 10 ans ! C’est deux fois 35 heures !

Une anecdote…Après avoir vendu mes précédentes entreprises, je me suis accordé 15 jours de vacances puis pendant un mois j’ai été en dilettante : j’allais au bureau vers 09h, vers 12h je partais au sport, je revenais vers 14 ou 15h et partait à 17 ou 18h, du lundi au vendredi, et je ne travaillais pas du tout le week-end… Après un mois à ce rythme où j’avais l’impression d’être en vacances j’ai réalisé que je travaillais exactement 35h/ semaine ! (Attention à ne pas mal interpréter mon propos, trop de salariés ont un métier qui n’est pas du tout épanouissant et pour qui 35h/semaine c’est beaucoup car très difficile, j’ai la chance de ne faire que des choses stimulantes intellectuellement).

De nombreux chefs de petites entreprises font tellement d’heures que s’ils regardaient leur taux horaire ils arrêteraient tout de suite.

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

Une liberté d’action totale dans le sens où plus les années passent, plus je n’ai comme contraintes que celles que je m’impose.

Et puis des rencontres incroyables avec des passionnés. J’ai la chance aujourd’hui d’être à la tête d’une structure où je peux leur proposer des partenariats assez facilement sans aucune obligation de volume. Cela nous permet des échanges d’une richesse incroyable, même si très ponctuels, sans aucune pression d’objectifs autres que qualitatifs.

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Intégrer toujours plus de talents, intégrer des experts avec qui j’ai plaisir à échanger, que je peux envoyer en mission les yeux fermés, où je sais à l’avance que le client va me faire un retour très positif… et faire appel à nous pour ces prochaines missions.

Mon moteur personnel est le challenge, le goût de la nouveauté ainsi chaque nouvelle mission est source de stimulation intellectuelle, j’aime ce quotidien.

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Si par « art » on entend créativité, réactivité, capacité à innover et à sortir des sentiers battus, alors oui les entrepreneurs sont des artistes … même s’ils ne le savent pas.

Merci Armen !

Pour contacter Armen, vous pouvez :

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement