Bonjour Aline,

Vous avez créé votre entreprise cette année dans le secteur de la écrite.

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise ?

Je m’appelle et je suis écrivain biographe pour mon entreprise @mie Plume que j’ai créée cette année après neuf mois d’intenses réflexions et démarches.

C’est suite à plusieurs concours de circonstances que j’ai décidé de créer mon entreprise.

Sans cela, je serais sans doute aujourd’hui encore en train de chercher un emploi qui ne vient pas et qui parfois même ne me correspondrait pas du tout…

Comment vous est venue l’idée ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet ?

J’ai toujours beaucoup aimé lire et surtout écrire. Adolescente et jeune adulte, j’écrivais surtout pour moi : poèmes, débuts de romans que je n’arrivais souvent pas à poursuivre entre les études et les aléas de la vie. Puis j’ai écrit une nouvelle que je n’ai jamais publiée.

J’aurais adoré suivre des études de lettres, devenir professeur des écoles ou de lettres ! Mais j’ai atterri je ne sais trop comment en lycée agricole. Pourtant, même là-bas, je recherchais encore la poésie, la beauté. Et c’est pourquoi je me suis intéressée de près aux fleurs. Mon BTS de floriculture en poche, j’ai bien vite déchanté face à la mentalité machiste que je rencontrais parfois dans les entreprises fréquentées !

Errant de petit boulot en petit boulot pendant, j’en ai eu marre et j’ai retroussé mes manches en reprenant les études à près de 30 ans. Une grossesse et un arrêt de ces études plus tard, j’ai repris à nouveau les mêmes études à 35 ans et j’ai obtenu un DE dans les métiers du social.
Hélas, mon premier essai dans le milieu fin 2009 n’a pas été concluant, et je me suis retrouvée dans la même situation délicate qu’avant ! Ne retrouvant pas de poste au fil des mois, j’ai donc opté pour la solution idéale : créer mon propre poste et ma profession idéale : écrire pour autrui.

La perte de mon père puis de mon grand-père en moins de trois ans entre temps m’a aussi convaincue que la vie est trop courte pour ne pas tenter de faire tout ce qu’on peut pour s’en sortir.
Ainsi donc, au terme d’un long périple chaotique, une nouvelle entreprise est née :  @mie Plume.

Créer et gérer une entreprise, ce n’est pas si simple. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une entreprise ?

Je lui conseillerais déjà de se faire bien accompagner. On ne s’improvise pas entrepreneur comme ça.

J’ai suivi un « cible entreprise » pour bien cerner mon projet et mes motivations. Je souhaitais aussi entrer en coopérative mais des difficultés qui se sont présentées m’ont découragée.

Il existe des forums, des sites très bien construits comme celui de l’APCE pour comprendre ce que c’est déjà que créer. Il existe ensuite de nombreux pôles qui peuvent aider un jeune ou moins jeune entrepreneur à faire sa quête du Graal de la création d’entreprise : coopératives, couveuses d’entreprise, pépinières… et tout un panel de conseils et d’accompagnements différents.

Mon conseil ? Renseignez-vous par tous les moyens : salons des entrepreneurs, sites web ou blogs de personnes qui sont déjà passés par là (voir pour ceux qui le souhaitent mon blog de créatrice ), forums… On trouve beaucoup de choses sur Google aussi, et ne pas hésiter à se renseigner auprès de vos connaissances, sur les réseaux sociaux, auprès de vos parents, collègues, amis… Aucune piste ne doit être négligée.

Mais avant tout, se poser la bonne question : est-ce que je m’en sens capable ? Si la réponse est oui, alors au boulot !

Se lancer, oui ! Mais on a une vie à côté… avez-vous dû faire des sacrifices pour vous lancer ? En faites-vous toujours actuellement ?

Je faisais bien plus de sacrifices qu’en tant que salariée ! Ma vie a au contraire bien changé.

Je travaille aux horaires qui ME conviennent, je peux profiter de passer des moments en famille quand je le souhaite, de voir mes amis quand ils sont disponibles, bref, j’adapte mon emploi du temps à ma guise. Mes seules contraintes ? Me lever le matin pour écrire, tout ce que j’adore faire… Sinon, être à mon compte me permet d’adapter mon emploi du temps à ma fatigue ou encore travailler un peu plus certains jours pour profiter de faire tout autre chose sur un jour ou deux…

Seule ombre au tableau : tant que je ne gagne pas d’argent, je ne cotise pas, donc pas de retraite plus tard… Mais en regardant bien, tout le temps passé sur mes 20 premières années de boulot, j’en compte bien peu déjà… Alors le bien-être que me procure cette façon de vivre est plus qu’important : c’est vital. Que demander de plus ? Je suis tellement mieux ainsi à être ma propre patronne que j’aurais bien du mal à revenir en arrière à présent.

Seul bémol : je manque un peu d’argent pour parvenir à me faire connaître et à développer mes prestations auprès du public que je vise, mais mon entreprise n’a que quelques mois. Elle doit grandir et prospérer et la faire connaître suppose un temps de latence entre le moment où un éventuel prospect consulte l’un de mes outils de et le moment où il va prendre la décision de me contacter.

Alors je fais confiance au temps et à mes outils de que je continue de développer et d’adapter tout en ayant quelques petites choses à faire tout de même : en ce moment, un récit de vie en cours, l’écriture d’un roman pour un magazine à paraître en janvier 2013, et la rédaction d’articles pour le site web comment économiser me font déjà un sympathique démarrage. Pas trop vite, pour bien démarrer. Sinon bonjour les dérapages !

Concrètement, qu’est-ce que l’entreprise vous a apporté de bien à vous, à titre personnel ?

A titre personnel, du bien-être, ainsi que je l’ai dit au dessus. Mais surtout une belle fierté ! Le « c’est moi qui l’ai fait » c’est toujours plus gratifiant que tout le reste, non ? Et puis je fais enfin quelque chose qui me plaît, et à ce titre, je m’épanouis dans ce travail.

J’attends beaucoup de ma prestation à venir (le livre de la grossesse) que je vais lancer bientôt sur les alentours (en local pour le moment) et je compte aussi sur une particulière pour recueillir une clientèle plus large pour les biographies (de particuliers comme d’entreprises).

Que recherchez-vous pour votre entreprise à ce jour ?

Un riche donateur ? (Rires) A dire vrai, je ne sais pas trop encore ce que je recherche à part des clients ! Ou peut-être une personne qui me ferait une pub d’enfer pour trois fois rien… Je cherche avant tout à me faire connaître et j’espère bien que cette interview va déjà permettre à de très nombreuses personnes de faire remonter @mie Plume du fond du panier où elle se trouve encore…

Je vais terminer par une question originale : entreprendre, est-ce pour vous une manière d’exercer des talents artistiques ou est-ce que cela n’a rien à voir avec l’art ?

Je dirai : p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non. Pour moi, entreprendre c’est évidemment une manière d’exercer mon talent de l’écriture avant de sauter un cran plus loin (écrire des livres que je ferais éditer ensuite par exemple). C’est réaliser un rêve de gosse.

Mais entreprendre ce n’est pas que cela. Entreprendre, c’est donner de soi chaque seconde, chaque heure, chaque semaine sans vraiment s’en rendre compte. C’est réellement être le capitaine à bord : celui qui malgré les houles et les tempêtes fait tout pour maintenir le navire à flots avec tout l’équipage sain et sauf au jour le jour jusqu’au prochain port. Entreprendre, c’est avoir des responsabilités que seul vous aurez à assumer.

En bref, c’est vraiment tout un métier en soi et tout un art à la fois. Mais au bout du compte, comme le disait Confucius : « Fais un métier qui te plaît et plus jamais tu n’auras à travailler » est ce que j’ai trouvé de plus chouette dans entrepreneuriat. Et c’était pour moi le seul moyen qui me restait aussi.

Merci Aline !

Pour contacter Aline, vous pouvez :

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement