Création entreprise | Auto-Entrepreneur | Entrepreneuriat | Conseils entrepreneurs et conseils créateurs entreprise

Forum Entreprise & Entrepreneur : Forum entrepreneur & forum création d'entreprise

Le forum de référence des Entrepreneurs et Auto-Entrepreneurs pour discuter, échanger, apprendre et partager ses meilleurs conseils !

Créateurs d'entreprise, entrepreneurs, passionnés d'entrepreneuriat,

Participez maintenant au forum Entreprise & Entrepreneurs !

Inscrivez-vous gratuitement, présentez-vous et participez aux discussions !

Ce qui vous attend sur le forum Entreprise & forum Entrepreneur :


» Cliquez-ici pour vous inscrire ».

Forum Entreprise & Entrepreneur : Forum entrepreneur, forum création d'entreprise, forum auto-entrepreneur » L'entreprise au quotidien : conseils et problèmes » Investir ses excédents de trésorerie

Investir ses excédents de trésorerie

  • Lancé il y a 4 jours par Ludovic Chaput

  • »
  1. Ludovic Chaput

    Nouveau Membre
    Paris (75, France)
    Messages: 4


    Connectez-vous pour envoyer un message privé.

    Bien que la situation soit difficile pour beaucoup d’entreprises en ces temps mouvementés, certains secteurs sont peu ou pas impactés et les entrepreneurs dégagent des excédents de trésorerie importants.

    Dans un précédent sujet, j’ai développé les possiblités (au sens large) dont disposent les entrepreneurs pour organiser leur patrimoine professionnel. Ici, je me concentre sur la question des placements financiers pour investir son excédent de trésorerie.
    C’est une question récurrente : que faire de ses excédents de trésorie ? Dans certains cas, l’entrepreneur n’a pas besoin de cet argent pour développer son entreprise, l’argent peut alors être reversé sous forme de dividendes, le cas échéant, les actionnaires seront soumis à une imposition à hauteur de 30 % (flat tax). À ce taux s’ajoute une éventuelle imposition à la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (3 % sur la part du revenu de référence supérieur à 250 000 euros pour un célibataire). Une alternative à la distribution de dividende est d’investir directement via la société. Cette option offre différents avantages.
    1. Tout d’abord, l’argent n’étant pas distribué aux actionnaires, le capital à investir est plus important (trivial : il n’y a pas de flat tax puisque l’argent reste au sein de l’entreprise).
    2. Le capital restant au sein de l’entreprise, il sera facilement mobilisable en cas de besoin ultérieur, pas exemple pour financer des projets de développement (il n’y aura pas besoin de faire d’apport aux comptes).
    3. Il existe un large panel de dispositifs pour investir un excédent de trésorerie.

    Le dispositif le plus commun pour investir le capital est le compte à terme. Il s’agit d’un placement à capital garanti sur lequel l’investisseur bloque le capital sur une durée déterminée à la souscription (de quelques mois à plusieurs années), en contrepartie d’un taux d’intérêt garanti sur toute la durée de l’investissement. En cas de sortie anticipée (cela reste possible), le taux délivré sera très minoré, voir nul. À l’image de l’ensemble des placements sans risque, le taux de rémunération des comptes à terme est tombé très bas ces dernières années.
    Les entrepeneurs pouvant se projeter dans des investissements à long terme auraient intérêt à s’orienter vers des placements plus rémunérateurs. En l’espèce, les actions et l’immobilier sont les 2 classes d’actifs reines pour développer son patrimoine sur un long horizon d’investissement.
    Les entrepreneurs peuvent directement acheter et loger des parts de fonds d’investissement sur un compte-titres ordinaire (les personnes morales peuvent disposer d’un compte-titres). La fiscalité des plus-values latentes diffèrent selon la nature du fonds (fonds de titres européens ou non européens).
    Il existe un dispositif fiscalement attractif pour investir le capital d’une entreprise : le contrat de capitalisation. Son fonctionnement est analogue à celui de l’assurance vie dans le sens où ce type de contrat permet de diversifier le capital sur divers types d’actifs et fonctionne selon le principe d’une enveloppe capitalisante. Les gains sont librement réinvestisables au sein de l’enveloppe, laquelle supporte annuellement une imposition quasiment nulle (elle est basée sur le taux moyen d’emprunt d’État au moment de la souscription du contrat, l’imposition est d’ailleurs réellement nulle actuellement eu égard le taux de référence).
    De la même façon qu’en assurance vie, l’investisseur peut diversifier les placements de son contrat de capitalisation sur des fonds d’investissement en actions, mais également des supports immmobiliers, par exemple des SCPI ou des OPCI (supports relativement populaires ces dernières années).
    Les investisseurs peuvent aller encore un peu plus loin en investissant via une SCI. Pour cela, il est nécessaire que ce type d’investissement soit permis par la société (il doit par exemple être indiqué dans l’objet social de l’entreprise que cette dernière peut prendre des participations dans diverses sociétés).

    Toutes ces pistes ayant été évoquées, il convient d’apporter une mise en garde. Dès lors que les investissements sont directement réalisés via la société, en cas de faillite de cette dernière, tous les actifs de cette dernière peuvent être liquidés pour rembourser les éventuelles créanciers de la société. Ce type de risque est réel pour certaines entreprises, en particulier celles ayant recours au levier de l’endettement. Pour cette raison, il est souvent judicieux de ne pas directement investir via sa société exploitante, mais de faire remonter les bénéfices dans une société mère (holding) et d’investir via cette dernière.

    Posté il y a 4 jours #

Fil RSS de ce sujet.

Ecrire une réponse

Vous devez être connecté pour poster.