Comment procéder pour faire traduire un document juridique ou financier sans risquer de mauvaises surprises ? Un faux-ami ou une mauvaise transposition d’un concept dans une autre langue peuvent devenir lourds de conséquences !

Eric le Poole, co-fondateur de HL TRAD (www.hltrad.com) vous explique quels sont les critères à retenir pour choisir un traducteur spécialisé en Droit et en Finance.

Cette interview est réalisée à l’occasion de la Semaine de l’International du 27 mai au 02 juin sur Gautier-Girard.com.

Pourriez-vous présenter, ainsi que l’entreprise, en quelques mots ?

Eric Le Poole, co-fondateur HL TradTitulaire d’un DEUG de Sciences Economiques et diplômé de l’Ecole de Commerce de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, j’ai créé HL TRAD en 2006 avec Emmanuel Hacques, diplômé de Sciences économiques et politiques.

Depuis plus de 8 ans, nous avons la volonté de marquer notre différence dans un secteur de généralistes, en proposant une gamme complète de services linguistiques dédiée exclusivement aux spécialistes du Droit et de la Finance.

Grâce à ce positionnement original, notre Société ne cesse de croître et s’étend désormais en Europe avec des bureaux à Bruxelles, à Londres et à Genève.

Pourquoi avoir choisi de se spécialiser dans la traduction juridique et financière ?

Emmanuel Hacques et moi-même avons fondé HL TRAD avec pour principal objectif d’apporter une réponse de spécialistes totalement adaptée aux besoins linguistiques :

  • des professionnels du Droit : traductions de contrats, jugements, assignations, conclusions…
  • et de la Finance : traductions de rapports annuels, prospectus, bilans, comptes de résultat…

Est-il vraiment risqué de faire traduire par exemple un document juridique / financier par un traducteur généraliste ?

Le recours à un traducteur non spécialisé dans le domaine juridique peut être risqué en raison des particularités inhérentes au domaine juridique.

En effet, un bon traducteur doit savoir allier :

  • des connaissances avancées en Droit (diplôme (s) en Droit),
  • une maîtrise des concepts juridiques dans les langues sources et cibles,
  • d’excellentes qualités rédactionnelles permettant de traduire les nuances du texte source : des recherches terminologiques et de droit comparé sont donc nécessaires pour que la traduction soit en parfaite adéquation avec sa cible.

Les conséquences d’une traduction juridique approximative peuvent être beaucoup plus graves que pour une traduction généraliste.

En effet, une traduction ne tenant pas compte du contexte culturel de la langue cible peut entraîner des faux sens et contre-sens lourds de conséquences dans le cadre de contrats par exemple ou encore de décisions judiciaires.

Entreprendre à l’international : la traduction juridique et financière

Selon vous, quels sont les éléments à vérifier / les pièges à éviter pour choisir un traducteur spécialisé ?

Voici les points principaux que nous vous conseillons de vérifier avant de faire appel à une société de traduction pour vos projets juridiques et financiers :

- La garantie du respect de la confidentialité de vos données :

L’entreprise de traduction doit s’engager à respecter la confidentialité la plus absolue sur les dossiers qui lui sont confiés. Il est souhaitable, si les documents sont sensibles, de signer un accord de non-divulgation (NDA), comme nous le proposons. La possibilité d’avoir des traducteurs sur site peut aussi se poser pour des raisons de confidentialité. Ainsi nous mettons à disposition de nos clients un ou plusieurs traducteurs sur site afin de répondre le plus justement à leurs attentes.

- Les prestations associées dont vous pouvez avoir besoin, notamment l’assermentation pour certains documents dits « officiels » :

Les traductions assermentées doivent être certifiées conformes aux originaux pour être reconnues par l’administration et seuls les experts traducteurs assermentés auprès d’une Cour d’appel sont habilités à mettre leur tampon. Nous réalisons non seulement des traductions assermentées, certifiées ou jurées, mais aussi légalisées, apostillées ou notariées (notarized translations).

- Le domaine du droit du document à traduire :

Le traducteur doit être spécialisé dans le droit concerné par le texte à traduire : droit international, droit civil, droit des sociétés, fiscal et comptable, assurances… Faire appel à une société de traduction comme la nôtre vous permet ainsi de gagner du temps en recherchant pour vous le traducteur aux compétences les plus adéquates.

- Le respect des délais :

La plupart des documents juridiques doivent être présentés, pour signature, devant une instance, à des dates précises. Un engagement sur le délai de livraison est donc de rigueur.

- Enfin, la fidélité est un facteur de qualité :

Si l’entreprise de traduction a donné satisfaction la première fois, poursuivre la collaboration permet de bénéficier de création de lexiques, ce qui permet l’homogénéité des traductions successives réalisées pour un même client.

Quel est votre plus-value par rapport aux autres cabinets de traduction spécialisés ?

Première différence : une grande majorité des agences de traduction dites spécialisées dans les domaines du Droit et de la Finance proposent en réalité des prestations de traduction dans tout domaine. Ce qui altère considérablement leur positionnement de spécialiste… Au contraire, notre société HL TRAD propose une gamme complète de services linguistiques, dans plus de 50 combinaisons de langues, dédiés exclusivement aux professionnels du Droit et de la Finance.

Deuxième différence : notre réactivité : une réponse garantie en moins d’1 heure (sauf projet complexe ou volumineux).

Troisième différence : une relation personnalisée grâce un interlocuteur unique tout au long du traitement du dossier client.

Quatrième différence : une disponibilité totale : un fonctionnement en 7j/7 et 24/24 avec des équipes basées dans plusieurs bureaux en Europe : Paris, Bruxelles, Londres et Genève.

Cinquième et dernière différence, peut-être la plus importante, celle constatée par nos donneurs d’ordres : plus de 98% de nos clients réguliers sont satisfaits des traductions et missions d’interprétations réalisées en 2013 (selon l’enquête annuelle menée tous les ans par un organisme indépendant). Parmi ces clients, des références prestigieuses sont présentes :cabinets d’avocats renommés, banques internationales, directions juridiques et financières d’entreprises multinationales…

Entreprise de traduction : HL Trad

Vous avez une expérience concrète de l’international puisque vous avez ouvert des bureaux à Bruxelles, à Londres et à Genève. Quels conseils pourriez-vous donner aux dirigeants qui envisagent de développer leur entreprise à l’international ?

Suite à son expansion réussie à Londres, Bruxelles et à Genève, notre Société a pour ambition de devenir la référence européenne dans le domaine de la traduction juridique et financière avec l’ouverture de nouveaux bureaux d’ici 2016 en Allemagne, en Italie et en Espagne.

Suite à notre expérience, voici quelques étapes clés que nous jugeons indispensable à suivre pour concrétiser au mieux tout projet de développement à l’international :

  1. Définir son environnement : quel est votre environnement ? Vos concurrents ? Quel est leur positionnement ?
  2. Évaluer la valeur ajoutée de son produit/service sur le marché.
  3. Orienter sa stratégie sur le client.
  4. Comprendre l’environnement normatif, les réglementations du ou des pays visé.
  5. Mettre en adéquation ses capacités financières et son projet : établir un budget de dépenses pour les démarches à l’international.
  6. Impliquer toute l’entreprise dans le process d’exportation : votre personnel est-il apte à travailler dans un environnement international ? Qui va réaliser les opérations commerciales et qui va assister cette personne, répondre au téléphone, envoyer les documentations ?
  7. Choisir son mode de représentation : quel mode de vente à l’étranger : agent, distributeur, implantation locale ?
  8. Traduire et adapter son site au contexte local, en passant du concept de “site vitrine” à celui d’un site actif proposant des services à vos clients.
  9. Faire appel à des spécialistes pour certaines démarches longues et fastidieuses afin de vous consacrer à votre cœur de métier. Par exemple, en complément de la réalisation de traductions libres ou assermentées de documents juridiques et financiers, indispensables lors de tout développement à l’international, nous entreprenons les démarches auprès des autorités compétentes vous permettant de produire valablement vos documents à l’étranger : Apostille auprès d’une cour d’appel, légalisation de documents, démarches auprès du Ministère des Affaires Etrangères, démarches auprès du Consulat ou de l’Ambassade du pays destinataire.

Merci Eric !

Et vous, comment procédez-vous pour faire traduire vos documents juridiques et/ou financiers ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement