Les véhicules électriques connaissent un véritable boom depuis l’année 2011. Depuis quelques années, ils ont connu de considérables évolutions technologiques, tant pour les moteurs électriques que pour le stockage de l’énergie ou pour la recharge.

Mais, si l’acquisition d’un véhicule électrique peut sembler séduisante, l’installation est-elle réellement si simple ?

Voiture electrique et entreprise

Les avantages du véhicule électrique actuel

Les véhicules électriques représentent l’évolution naturelle des moyens de transport et leurs atouts sont nombreux :

  • coût du « plein » d’énergie avantageux
  • rejets de CO2 inexistants
  • durabilité et fiabilité des moteurs électriques
  • limitation des frais d’entretien
  • garantie de durabilité des batteries de dernière génération
  • le potentiel d’image d’entreprise propre généré par l’usage de ces véhicules

La commercialisation des nouvelles générations s’est concrétisée très récemment, avec l’apparition sur le marché de nouveaux modèles bien plus performants. Les grands constructeurs ont tous d’ailleurs été sensible à cet essor, puisqu’ils proposent chacun une offre à destination des professionnels ou des particuliers.

Selon Carlos Ghosn, le patron de Renault, les véhicules électriques pourraient représenter jusqu’à 10% du marché mondial d’ici moins de 10 ans. Or, comme il le précise, « sa réussite passe par une infrastructure de charge disponible et visible ». Pourtant, force est de constater que c’est loin d’être évident.

Quel type de prises, de bornes ou de recharges  un professionnel doit-il utiliser pour  recharger son véhicule ?

Il est d’usage courant d’entendre qu’un véhicule électrique peut être rechargé par le biais d’une prise électrique domestique 230 V - 16 A - (à condition que la protection soit assurée par un disjoncteur différentiel de 30 mA).

Il n’est pas sans risque de procéder à une telle installation.

L’installation électrique type, même pour une entreprise se définit par :

  • un disjoncteur EDF (correspondant à l’arrivée de la distribution EDF).
  • un interrupteur différentiel 30 mA Prises. Or ce différentiel n’est pas adapté aux normes VE (Véhicules Électriques) : il y a donc des risques de coupures intempestives.
  • un disjoncteur domestique « prises » est desservi par l’interrupteur. Mais il n’est pas adapté à un usage continu à la puissance maximale (le disjoncteur installé alors est réservé uniquement à un usage domestique et non à un usage industriel. Or recharger un véhicule électrique nécessite une tenue du matériel exigée par les installations industrielles). Il y a donc un risque d’usure anticipée du disjoncteur.
  • un disjoncteur peut recevoir plusieurs lignes d’alimentation. Ces lignes sont composées de câbles de type 3G2, 5 (RO2V). Il est indispensable de s’assurer que le type de câble est correct (risque d’incendie), que son disjoncteur est bien adapté (risque de disjonction et d’incendie si le calibre de ce dernier est trop élevé), et qu’un seul chargeur de véhicules électriques se trouve sur un seul disjoncteur de manière à éviter les disjonctions intempestives.
  • les Prises 16 A domestiques ne sont pas adaptées à de longues charges de 16 A, il y a des risques de surchauffe et d’incendie de la prise en elle-même (les blocs multiprises>ne doivent pas être utilisés dans ce cas).

D’ailleurs, l’IGNES (le Syndicat des industries du Génie Numérique, Energétique et Sécuritaire) recommande qu’une recharge sur prise traditionnelle soit réalisée de façon exceptionnelle et de courte durée (soit une heure maximum) afin d’éviter tout risque d’échauffement.

voiture et entreprise

Quelles sont les recommandations pour garantir une prévention incendie

Lorsque le véhicule électrique ne dispose pas d’un connecteur spécifique, nous proposons trois solutions :

1. Pour se brancher sur une installation standard
Il est nécessaire d’avoir sur une prise de 16 A (de type domestique) un disjoncteur de puissance inférieure de type : 10 A VIGI 30 mA Type ASI ou HPI (chez Legrand). Le câble doit être obligatoirement au minimum RO2V 3G2, 5. Enfin, l’installation électrique doit prévoir UNE ligne d’alimentation sur UN disjoncteur pour UNE prise (1-1-1).

2. Pour se brancher sur une prise 14 A Legrand Green up Access.
On peut alors utiliser un disjoncteur de 20 A référence VIGI 30 mA type ASI ou HPI (chez Legrand). Le câble sera le même que pour le cas numéro 1, au minimum RO2V 3G2, 5. Enfin, l’installation électrique doit répondre au 1-1-1 : UNE ligne d’alimentation sur UN disjoncteur pour UNE prise.

3. Dans le cas d’une borne de recharge (avec une puissance de 3, 6, 7, 11 ou 22 kW – et plus)
Il est nécessaire que l’installation, mono ou triphasé, soit reliée à des disjoncteurs et lignes d’alimentation spécifiques. Il faut réaliser un audit préalable des installations existantes afin de déterminer si les alimentations sont réalisables en l’état.
Nous recommandons alors de contacter un électricien agréé, disposant des labels de qualité et de compétence VE et ZE Ready.

Si l’achat d’un véhicule électrique reste une opération simple à réaliser, il est nécessaire de se poser la question de sa recharge, et pour cela, il est important de pouvoir s’appuyer sur les connaissances et l’expertise d’un installateur électrique agréé Véhicules Électriques.

D’ailleurs, la réglementation prévoit que les concessionnaires exigent la remise du certificat de conformité de l’installation de recharge lors de la récupération du véhicule électrique (que l’achat ait été fait par un particulier ou une entreprise).

Et vous, avez-vous déjà acheté une voiture électrique ? Envisagez-vous de le faire dans le cadre de votre activité professionnelle ?

Article rédigé par Ingrid Lintner, responsable développement commercial de la SARL Saigne, une société spécialisée dans l’équipement électrique des professionnels (tertiaire, industrie).Leurs principales activités en travaux neufs et rénovation sont: les installations électriques basses et hautes tensions, la pose de fibre optique, les réseaux téléphoniques et informatiques… La SARL Saigne veut profiter de son expérience de terrain pour développer les prestations basées sur les économies d’énergie (le Power Grid) et notamment les véhicules électriques.

Crédit photo : merci à AMT, à Lea Marzloff

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement