Selon une étude récente menée par HP, 7 appareils connectés sur 10 présenteraient des failles de sécurité (jusqu’à 25 en moyenne).  Or, dès qu’un objet est connecté à internet, il peut être repéré et piraté (s’il a un système d’exploitation).

Mais la technologie n’est pas la seule en cause : les utilisateurs fragilisent eux-même la sécurité de leurs données, notamment en ne choisissant pas des mots de passe efficaces (voir à ce sujet : Sécuriser ses données numériques : Comment choisir les bons mots de passe ?).

Voici ce que vous devez savoir sur les dangers des objets connectés et les solutions qui existent pour vous protéger :

Ce dossier est réalisé à l’occasion de la Semaine du 14 au 19 octobre 2014 sur Gautier-Girard.com.  

Sécurité des données : les failles de sécurité des objets connectés

Ce dossier est réalisé à l’occasion de la Semaine Entreprise du Futur du 14 au 19 octobre 2014 sur Gautier-Girard.com.   

Les failles de sécurité les plus fréquentes

Les objets connectés sont partout et ils vont être de plus en plus présents dans notre environnement quotidien. Il y a les téléviseurs, les boîtiers qui vous permettent de contrôler plusieurs appareils, les alarmes, les portes automatiques, les réfrigérateurs, les prises électriques….

L’étude d’HP a visé spécifiquement les objets qui utilisent les applications mobiles (accès et pilotage à distance) et qui fonctionnent donc avec des services du cloud.

Les failles de sécurité qui ont été identifiées peuvent être réparties en 5 catégories :

- la confidentialité des données

Dans 8 cas sur 10, elle est insuffisante. Et dans 90 % des cas, il y a au moins une information personnelle qui est collectée (le nom de l’utilisateur, ses coordonnées, des informations sur la carte bancaire…)

- le système d’autorisation

Il est trop faible pour présenter des garanties satisfaisantes. Par exemple, dans 80 % des cas, le mot de passe demandé est d’un niveau de protection faible.

- le chiffrement des communications

Voilà un pourcentage qui fait froid dans le dos : dans 70 % des cas, il n’y a aucun chiffrement des communication qui circules via Internet ou un réseau local. Les objets connectés font donc circuler des données sensibles en ouvrant la porte au piratage et à la captation de vos données/

-  la sécurité des interface en ligne

Elle est défaillante dans 6 cas sur 10.

- la protection logicielle

Là encore, dans 6 cas sur 10, les mises à jour logicielles peuvent être téléchargées sans qu’il n’y ait aucun chiffrement. Il est donc possible de les intercepter, de les lire et même de les modifier

Faut-il avoir peur des objets connectés ?

La sécurité des objets connectés et du cloudFaut-il pour autant céder à la panique et tenter de se couper de tous les objets connectés ? Pas vraiment, mais il y a quand même des précautions à prendre car ce secteur est encore très immature.

Il y a de bons réflexes à avoir pour protéger vos données, qu’elles soient professionnelles ou privées.

Il existe par exemple des solutions  pour tester la sécurité de toutes vos applications qui sont gérées dans le cloud et de lancer un programme de sécurité pour corriger les failles.  Vous en trouverez facilement plusieurs en effectuant une petite recherche en ligne.

L’autre point très important est d’être vigilant par rapport à votre propre comportement, notamment quand vous choisissez vos mots de passe. Vous pouvez aussi faire attention aux appareils que vous utilisez : les objets de la sphère santé, ceux qui suivent tous vos déplacements…

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous pris des précautions pour sécuriser vos données ? Redoutez-vous les objets connectés ?

Crédit photoShutterstock.com

 

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement