Prendre la parole en public peut être stressant…Parler en public est une cause de stress incommensurable pour l’entrepreneur-dirigeant. Comment se faire connaître aujourd’hui sans participer à des salons, des événements de l’entreprise, des soirées networking ? C’est bien difficile… ce faisant, prendre la parole en public est devenu en quelques années un passage obligé pour développer son entreprise !

Cela génère du stress que de parler devant des gens, ou avec des gens. Identifier les causes du stress, c’est un premier pas pour lutter contre le stress. Ce dossier vous propose donc 7 causes de stress lorsqu’on parle en public.

Se dire que parler en public est stressant par définition

On peut faire un parallèle avec le stress lorsqu’on parle au téléphone.  Pour certaines personnes, parler au téléphone est déjà stressant en soi. Alors parler devant un public… c’est bien pire !

Pourtant, parler en public peut ne pas être une source de stress. En comprenant bien les causes du stress, et en prenant soin de diminuer ces causes… parler en public devient une grande source de satisfaction.

En fait, quand on se dit que parler en public n’est pas si stressant, on en redemande !

Avoir les mauvais objectifs

Parler en public, cela consiste à partager, à faire passer des informations et des idées à une audience. En d’autres termes, à intéresser, à faire de la pédagogie, à motiver, ou à persuader. Ce devrait être le seul objectif.

Partant de ce principe, on peut s’affranchir du stress : cela passe par se concentrer sur l’intérêt de son intervention pour le public… et non à son intérêt personnel.

Essayer d’être trop complet

Il faut être réaliste avec l’objet de son intervention. Généralement, l’intervention couvre un domaine très précis. On sait qu’il est impossible de parler avec perfection d’un sujet en 10 minutes. Il faudrait plutôt 10 heures de temps, on est d’accord ?

Seulement on a pas 10 heures lorsqu’on parle en public. Donc, le mieux reste de rester dans son sujet, et le couvrir avec précision à 200%. Le plus intéressant c’est qu’avec ce peu de temps, il est bien plus facile de faire passer 2-3 idées très intéressantes. Cela oblige à se focaliser dessus.

Accepter la peur plutôt que la combattre

La pire chose à faire lorsqu’on se sent nerveux, c’est de s’intéresser à cette anxiété… et s’en inquiéter en plus de toutes les autres causes de stress. Avoir peur avant de parler en public, c’est naturel. Ecoutez ceux qui ont l’habitude : humoristes, gens de théâtre, etc. : 5, 10, 25 ans plus tard, la peur est toujours là : même après des centaines de représentations.

Il n’est pas nécessaire de se forcer à se calmer, d’essayer de cacher ses signes de nervosité : cela peut rendre les choses encore plus difficiles… parce qu’on ne pense plus qu’à cela!

Essayer d’imiter les autres intervenants

Avant de se retrouver soi-même à parler, on a déjà vu et écouté d’autres personnes. Cela n’a pas grand intérêt de vouloir dupliquer cloner leurs styles.

Plutôt que faire cela, il est préférable d’être… soi-même. Cela aide à concentrer toute son attention sur le contenu et ses propres façons d’expliquer aux gens.

Se mettre en avant pour masquer ses “faiblesses”

Raconter des histoires personnelles pour illustrer sa présentation peut avoir un impact très important sur le public. Cela permet de capter l’attention, et d’intéresser par des événements concrets.

C’est toutefois contre-productif d’en faire trop, d’en dire trop. Il vaut mieux être humble, et ne pas en faire des tonnes lorsqu’on parle de soi, de ses expériences et de ses réussites. Si cela met mal à l’aise le public, on le ressent tout de suite!

Pratiquer

Si vous avez déjà eu des soucis ou une peur avant de parler au téléphone, mon conseil final est le même. Lorsqu’on intervient en public, pour diminuer le stress, il faut : 1- pratiquer. 2- pratiquer. Et 3- pratiquer.

Le plus régulièrement possible. La pratique est une aide considérable pour diminuer le stress : plus on pratique, moins les enjeux sont importants… plus on oublie toutes les causes du stress.

En fait, pratiquer fréquemment revient à s’habituer (ou s’accommoder) à la pratique de parler en public. J’exagère, mais on se met à parler en public de la même façon qu’on conduit,  qu’on parle au téléphone, qu’on fait un footing, etc.

En connaissant les causes du stress et en pratiquant le plus fréquemment possible, parler en public devient presque aussi banal qu’aller chercher son pain!

Connaissez-vous d’autres sources de stress lorsqu’on parle en public ?

Crédit photo : Merci à Matthew Field.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement