Image de soi : gérer son image professionnellePour gérer son image de manière efficace, il est nécessaire de faire constamment attention à la façon dont les autres nous perçoivent.

Vous vous demandez peut-être si vous gérez votre image professionnelle de la bonne façon ?

Remémorez-vous vous la première  fois que l’on vous a posé la question. Vous aviez peut-être répondu quelque chose du genre : “L’image que je renvoie, cela m’est égal“. Ou encore “J’ai suffisamment confiance en moi pour considérer que mon image n’est pas très importante“. Si vous avez répondu de cette façon, votre propre gestion d’image de soi est certainement mauvaise.

En fait, la gestion de l’image consiste surtout à s’assurer que les gens nous voient vraiment comme on est. Sans les distraire par des détails qui modifient la perception qu’ont les autres de soi. Contrairement à ce que beaucoup pensent, ce n’est pas en se “faisant remarquer” que l’on est perçu selon son vrai visage.

Dans ce dossier, je vous propose 3 conseils pour gérer son image de soi “à contre-courant” :

Rester en phase avec soi - même avec les personnes importantes

Les personnes importantes sont difficiles à atteindre. Il faut commencer par obtenir leurs contacts, ce qui est bien difficile. Ensuite, il faut essayer de les joindre sachant que ces personnes sont très occupées (au moins autant que vous). Pour améliorer les chances de succès, il reste encore à se faire présenter par une tierce personne que nous connaissons avec la personne importante.

Les enjeux prennent immédiatement des proportions très importantes : on dépense beaucoup de temps pour se faire présenter ou pour obtenir les contacts. Ensuite, on est tentés d’accepter toutes sortes de concessions qui rendent le début de la relation très déséquilibré : ne pas pouvoir choisir la date et le lieu, devoir voyager pendant xx heures pour une rencontre d’une heure, etc.

Cela crée des situations dans lesquelles on se sent d’emblée inférieurs puisqu’il a été très difficile ne serait-ce que de pouvoir joindre la personne importante.

Cette image reflète-t-elle vraiment la propre image que vous avez de vous même ? Est-ce vraiment vous, au final ? Est-ce que le temps passé en vaut la chandelle ?

Existe-t-il des moments, des lieux et des occasions qui ne permettraient pas de rencontrer les personnes importantes des conditions plus favorables pour la relation ?

Avoir conscience de sa propre image même avec des gens très importants, c’est un grand pas pour gérer son image de soi.

Se comparer avec les perdants

Le travail est très souvent question de perception. Une étude récente montre que si les gens pensent que vous êtes quelqu’un de bien, alors ils perçoivent votre travail comme bon. Et l’inverse est vrai : si les gens ne vous aiment pas, ils perçoivent votre travail comme mauvais. Même si vous êtes un génie !

Donc, il est important de communiquer sur les bonnes nouvelles, les événements et ce que vous  faites au travail qui font de vous quelqu’un de méritant… selon des points de référence que vous partagez avec les personnes concernées.

Le problème ici est de trouver le juste milieu entre se positionner comme une superstar… et se sentir bien avec le travail accompli. L’autosatisfaction, c’est pour les perdants. Le perfectionnisme aussi…

Une autre étude américaine s’est intéressée aux résultats des Jeux Olympiques. Elle montre que les gens qui ont gagné une médaille de bronze sont plus heureux que ceux qui ont gagné la médaille d’argent. La raison est que les médaillés d’argent se comparent aux médaillés d’or. Alors que les médaillés de bronze se comparent à tous ceux qui n’ont même pas eu de médaille.

Si vous vous comparez à des personnes qui ont un niveau en dessous du vôtre, au travail… et que vous sentez que le travail marche bien pour vous, alors vous serez plus heureux. C’est trivial… sauf qu’il faut savoir que les gens heureux travaillent mieux. Même mieux que les personnes importantes.

Cette seconde étude se conclut de cette façon : être joyeux, ce n’est pas un trait de caractère, mais un talent. Il faut trouver le juste milieu entre le travail accompli et la satisfaction que l’on a de ce travail. Cela montre que la satisfaction au travail est plus mentale que matérielle. Pour caricaturer, on peut être insatisfait d’un très bon boulot, ou très satisfait d’un travail mal fait.

N’hésitez donc pas à reconnaître vos succès, et votre satisfaction en pensant à ce juste milieu. De cette façon, il sera plus simple et plus naturel de faire reconnaître vos qualités sans donner de fausses impressions.

Pour la plupart des gens, cela signifie se comparer avec les mauvais. Pourquoi pas, tant que vous continuez à vous améliorer et que vous restez les pieds sur terre.

Dépenser de l’argent pour son image - même si on en a peu

Vous avez sans doute entendu parler du scandale de la co-listière de John McCain aux élections présidentielles américaines. Sarah Palin a dépensé 150 000$ en nouveaux vêtements. Si vous ne comprenez pas pourquoi elle a besoin de ces vêtements, vous ne dépensez probablement pas suffisamment pour votre propre image.

La clef pour savoir combien d’argent dépenser pour l’image de soi est de savoir combien les gens paient pour cela. Si vous avez ce chiffre, alors vous avez vos limites.
J’ai été surpris il y a quelques années par une amie qui se lançait dans la création d’une entreprise. Nouvelle coupe de cheveux, nouveaux vêtements, très propre sur elle. Elle m’a dit qu’elle avait changé sous les conseils de… son banquier. En version courte, il lui a dit qu’elle n’avait pas un “look de chef d’entreprise“.

A posteriori, il avait raison; et la personne que j’avais en face de moi portait les codes d’une chef d’entreprise tout en étant restée elle-même.

Image de soi : l’habit fait le moine

Qu’on le veuille ou non, l’adage “L’habit ne fait pas le moine” est complètement faux. Surtout lorsqu’on crée ou qu’on dirige son entreprise. L’adage le plus correct pour refléter cette différence de perception serait “on vit sur la même planète, mais on est pas dans le même monde“.

Si vous allez voir un banquier, pour être 100% crédible à ses yeux, vous devez vous habiller au moins aussi bien que lui. Il en est de même pour un client potentiel.

Nous sommes d’accord, ce n’est que de l’apparence. Vous n’avez pas besoin de vous habiller chic pour savoir ce que vous valez. Ce que vous valez vraiment n’est pas contenu dans le prix de votre coupe de cheveux.

Toutefois, si vous voulez appartenir à un certain niveau, vous devez payer ce que les autres personnes paient pour être à ce niveau. Le travail, c’est comme un club. La bienséance fait que l’on appel ce club un “milieu professionnel”. Vous êtes jugé et catalogué avant même d’avoir pris la parole. Si votre apparence, si votre image de soi correspond aux codes de ce club, alors vous pourrez en faire partie. Sinon, non.

C’est encore plus vrai en cas en période de crise. Si un marché ou une économie se casse la figure, vous vous rapprocherez naturellement, inconsciemment des personnes qui ne semblent pas souffrir de difficultés financières. Il en est de même pour chacun de nous.

En conclusion : 3 conseils rapides pour gérer son image professionnelle

Pour conclure, gérer l’image de soi c’est… :

  1. Accepter que l’on soit jugé sur son apparence avant tout, même si cela ne nous convient pas
  2. Trouver le juste milieu entre auto-satisfaction/perfectionnisme et être satisfait d’un travail à sa juste valeur
  3. Considérer qu’on peut vivre dans un monde différent tout en étant sur la même planète… et qu’il faut se conformer à certains codes pour appartenir à un monde…

… tout en restant soi-même.

Crédit photo : Merci à Bowman77.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement