En fonction de votre projet entrepreneurial, vous pouvez envisager de conquérir des marchés internationaux dès le lancement de votre activité. Cette option peut aussi vous intéresser plus tard, quand votre entreprise est bien implantée sur le territoire national, pour continuer à développer votre business.

Mais attention ! Il ne suffit pas de traduire votre site web pour espérer vendre à des clients résidant à l’étranger…

Entreprendre à l’international

Ne pas être trop gourmand

Il y a une règle à garder à l’esprit : chaque langue vise un marché différent. Si vous voulez vraiment réussir à l’international, traduire votre site dans 35 langues ne présente aucun intérêt.

Il faut procéder comme vous l’avez fait avant de développer votre entreprise sur le marché national : prenez le temps d’étudier la concurrence et surtout vos futurs clients. Qui sont-ils ? Quels sont leurs comportements habituels ? Leurs besoins ? Leurs motivations ?

Il est préférable de limiter le nombre de marchés à conquérir et d’y aller progressivement. N’oubliez pas qu’il est nécessaire de traduire tous vos supports de communication (e-mails, site web, brochures, catalogues, newsletter…) mais qu’il faut aussi réfléchir en amont à l’image de marque et au positionnement de votre entreprise à l’étranger.

L’anglais n’est pas une baguette magique

Plusieurs études ont démontré que les internautes privilégient les sites dans leur langue maternelle. Cela signifie que, contrairement à une idée reçue très répandue, l’anglais n’est une baguette magique qui ouvre les portes de tous les pays étrangers.

Et cela ne concerne pas que les pays du Sud, notoirement moins à l’aise avec la pratique d’une langue étrangère telle que l’anglais. Si vous visez l’Allemagne, la Roumanie, ou la Norvège, commencez par traduire votre site dans la langue du pays. Vous pouvez proposer une version en anglais en parallèle mais ce ne doit pas être la seule alternative.

Il ne faut pas oublier non plus que chaque pays a ses particularités culturelles et linguistiques. L’anglais britannique et l’anglais américain présentent des différences. Cela vaut aussi pour d’autres langues comme l’espagnol, le français, l’allemand…

Cela va avoir plusieurs conséquences :

  • il faut veiller à employer des expressions locales et un vocabulaire adapté
  • vos promotions, vos opérations marketing (campagnes ciblées en fonction d’un événement sportif local ou d’un jour férié local…) vont devoir intégrer les spécificités culturelles
  • il peut y avoir des conversions à faire sur votre site (tailles, devises, etc.)
  • les habitudes de votre cible vont avoir une influence sur votre stratégie de référencement : les expressions tapées dans les moteurs de recherche peuvent être différentes. Il faut étudier les préférences locales.

D’où l’intérêt de bien analyser votre marché en amont si vous ne voulez pas passer à côté de votre cible.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Bobby Hidy
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement