Connaissez-vous le marketing émotionnel ? Il s’agit tout simplement de faire ressentir à vos clients de vives émotions afin de susciter une réaction spontanée (= l’achat), basée sur l’impulsion plutôt que sur la raison.

Pratiquer le marketing émotionnel va ainsi permettre d’augmenter les ventes tout en renforçant l’engagement de vos clients auprès de votre entreprise.

Parmi toutes les émotions, un levier très efficace pour favoriser l’acte d’achat reste la peur.

Voici pourquoi.

Marketing émotionnel : la peur

Profiter de l’effet “train fantôme”

Dans une interview, l’acteur Omar Sharif a expliqué un jour que si les spectateurs adorent pleurer au cinéma, c’est parce que ce sont les seules larmes qui font du bien. On pleure, mais on sait en même temps que ce n’est pas vrai.

Avec la peur, c’est la même chose. Les gens aiment monter dans un train fantôme ou voir des films effrayants car ils vont éprouver une montée d’adrénaline qui va stimuler leur organisme et les faire se sentir vivants.

Vos clients ne veulent pas avoir réellement peur, ils veulent jouer à se faire peur.

En marketing, cela signifie deux choses :

  • vous pouvez, en fonction de votre cible et de votre secteur d’activité, utiliser la peur dans votre stratégie de marketing émotionnel
  • vous devez proposer des éléments rassurants pour que votre futur client se sente en confiance

2 façons de jouer sur les peurs de vos clients

Si vous voulez utiliser la peur pour favoriser l’acte d’achat, vous pouvez le faire de deux manières qui sont destinées à marquer les esprits tout en réconfortant :

1) Associer la peur et l’humour

Vous pouvez par exemple utiliser quelques références du cinéma ou de la littérature pour créer une campagne très second degré.

L’idée est alors de créer une complicité entre l’entreprise/la marque et le consommateur. Il faut toutefois être vigilant à ne pas aller trop loin (il faut que l’humour soit bien compris par votre cible, le but n’est pas de vraiment l’effrayer).

Voir par exemple la campagne publicitaire pour l’Orangina Rouge :

Ou encore cette pub d’un producteur américain d’aspirateurs qui s’inspire du film l’Exorciste :

2) Mettre en scène le danger et le risque

Il s’agit de baser votre communication sur deux axes forts :

  •  d’abord vous faites peur à vos futurs clients en mettant en lumière un risque ou un danger via une vidéo, une image inquiétante ou des statistiques alarmantes (vous pouvez le faire dans une campagne de pub, mais aussi dans des publications sur les réseaux sociaux, sur votre site web ou dans vos communiqués de presse)
  • ensuite vous proposez un produit ou un service qui permet de faire disparaitre (ou de limiter) le problème

Votre client sera alors tenté d’acheter pour se protéger et pour se rassurer.

Et vous, qu’en pensez-vous  ? Avez-vous déjà utilisé la peur pour vendre ?

Crédit photoShutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement