Quand on vient de créer son entreprise, ou lorsqu’on traverse une période difficile, il n’est pas toujours facile de garder le moral au beau fixe.

On s’était imaginé que l’entrepreneuriat était une formidable aventure, et on découvre l’envers du décor :

  • les séances de prospection qui n’aboutissent à rien,
  • les impayés,
  • le stress,
  • la difficulté à s’organiser et à faire toutes les tâches de la journée,
  • l’entourage qui ne nous comprend pas toujours,
  • etc. (à vous de rajouter vos tracasseries du moment !)

Pour éviter de vous laisser gagner par le découragement, voici une méthode en 3 étapes qui vous aidera à garder le cap :

Comment garder le moral et rester motivé quand on est entrepreneur ?

1) S’appuyer sur l’instant tel qu’il est

Une source importante de stress vient du décalage entre la situation telle qu’elle est, comparée à toutes les projections que nous passons notre temps à faire. On passe très vite de “J’ai tel problème” à “J’aurais du faire ceci ou cela…”, “Si j’avais su…”, “Si j’étais comme ceci ou comme cela…”, “Je n’y arriverais pas”,  ”Si la situation était différente…”, etc.

Ces pensées négatives s’alimentent toutes seules et elles finissent par augmenter considérablement le stress lié à la situation initiale.

Il est donc important de revenir à l’essentiel :

  1. Un monde parfait et des entrepreneurs parfaits, cela n’existe pas ! Dites-vous bien que tous les autres créateurs et dirigeants d’entreprise ont aussi des problèmes et des défauts.
  2. Vous perdre dans des conjectures sans fin ne changera rien à votre problème, donc il ne sert à rien de vous torturer avec des spéculations (même si vous pouvez par la suite, quand le problème sera résolu, faire un bilan et chercher des pistes d’amélioration pour éviter qu’il ne se reproduise).
  3. La seule chose qui soit à votre portée, c’est l’instant tel qu’il est, ici et maintenant.

Il faut agir en fonction de la situation factuelle. Demandez-vous ce que vous pouvez faire, concrètement, avec les moyens et les solutions qui s’offrent à vous.

2) Remettre vos problèmes à leur juste place en vous aidant de “petits riens”

Quand nous rencontrons une difficulté, nous avons souvent une fâcheuse tendance à rester focalisé dessus et à ne plus voir que cela. Ce phénomène est tout à fait normal : lorsque notre cerveau a identifié un danger, il attire notre attention dessus pour nous alerter et nous amener à réagir.

Il faut alors faire un petit effort pour appréhender la situation dans sa globalité. Dans la mesure où votre vie ne se résume pas à votre problème, pourquoi lui donner toute la place et le laisser accaparer toutes vos pensées ? Ce n’est pas en vous angoissant, en dramatisant et en ruminant que vous changerez les choses. Au contraire : vous risquez d’être tellement absorbé par votre ennui du moment que vous laisserez passer de belles opportunités.

Pour l’anecdote, avez-vous déjà entendu parler du “syndrome de Paris” ? Ce phénomène, quoique marginal, atteint surtout les touristes japonais et il a été identifié dans les années 80 par le Professeur Hiroaki Ota, un psychiatre exerçant à l’Hôpital Sainte-Anne à Paris. Concrètement, comme ces touristes ne trouvent pas le Paris de leurs rêves, celui des cartes postales et d’Amélie Poulain, ils sont victimes d’un choc culturel assez violent générant une forte angoisse (heureusement souvent passagère) qui peut les pousser par exemple à rester enfermés dans leur chambre d’hôtel ou à nourrir un sentiment de persécution. Ils “ratent” alors la possibilité de découvrir tous les charmes de la capitale !

Ne faites pas la même chose avec l’entrepreneuriat !  :-)

Tous les jours, à côté des ennuis, il y a de belles choses autour de vous : des clients satisfaits, des échanges humains sympas (avec des prospects, des fournisseurs, des prestataires, des partenaires…), des petites victoires, la joie du travail bien fait… Et à côté, au niveau privé, il y a aussi votre famille, vos amis, vos loisirs et tous les petits plaisirs de la vie (une tasse de café fumant, un bon petit plat, le chat qui ronronne, ce petit rituel que vous aimez faire, des moments partagés, des sourires…).

S’il ne faut pas nier votre problème, il faut apprendre à le relativiser.

3) Savourez le chemin déjà parcouru

Tout au long de votre vie, vous avez déjà été confronté à des difficultés, qu’elles soient professionnelles ou personnelles. Et parfois, on vous a annoncé de grosses catastrophes à venir… alors qu’elles ne se sont jamais réalisées (peut-être que certains d’entre vous se souviennent du fameux “bug de l’an 2000″ ;-) ).

Prenez le temps d’y repenser ! Il y a eu des coups durs, des combats à mener, des défis à relever… et tout autant de réussites, qu’elles soient petites ou grandes. Vous avez parfois été contraint de changer de voie, de renoncer à certaines choses et d’en construire d’autres, de tomber pour mieux vous relever… et au final, vous avez continué à avancer.

Alors même quand il y a un épreuve à traverser, un imprévu qui vous casse les pieds ou un moment pénible, n’oubliez pas qu’un jour lui aussi sera derrière vous et que, d’une manière ou d’une autre, vous parviendrez à tracer votre sillon !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Kathy Kimpel 
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement