Apprendre à être leader : est-ce que le leadership s’apprend ?Cette question sur le leadership m’a occupé pendant longtemps : est-ce que le leadership s’apprend ou est-ce une qualité “innée”que possèdent certaines personnes et pas d’autres ?

Lorsqu’on est dirigeant d’entreprise, cette question sur le leadership reste centrale parce que le leadership est une aide indispensable pour diriger son équipe et pour se diriger vers la réussite.

Pour tout vous dire lorsque j’ai commencé, je n’avais ni la tête d’un entrepreneur, et encore moins celle d’un chef qui dirige une équipe. Alors j’ai lu. Beaucoup lu. Des livres, des cours, des ebooks, français et américains, sur le thème du leadership et du dirigeant.

Quelques années plus tard, je me souviens d’une grande discussion avec un ami. Pour lui, on “naît” leader… ou pas. Pour quelqu’un comme moi bercé par le développement personnel une telle chose était une hérésie : on devient leader, parce que cela s’apprend. Comme tout, d’ailleurs!

On avait raison… et tort, tous les deux. Ce dossier vous propose une vision du leadership : devenir leader, est-ce que cela s’apprend ? Ou est-ce qu’on naît leader ?

Quelques années plus tard… nous avions tort tous les deux sur le leadership

On ne naît pas leader et on “apprend pas” à devenir leader.

Ce qu’on apprend sur le leadership est partiellement vrai

L’approche du leadership telle qu’on nous l’enseigne est très rationnelle :

  • Apprendre à savoir ce que l’on veut,
  • Apprendre à avoir une vision,
  • Apprendre à planifier, à avoir des priorités,
  • Apprendre à gérer son temps,
  • Apprendre à motiver,
  • Apprendre à faire des tableaux de bord,
  • etc.

Ce faisant, l’apprentissage du leadership consiste pour une grande part à apprendre le management de l’équipe et de l’entreprise… pour ainsi dire, apprendre à se “gérer soi-même” et à “gérer les autres”.

On ne naît pas leader

On ne naît pas leader parce que le leadership est avant tout une question d’aptitudes émotionnelles. Ces aptitudes se développent de manière plus ou moins forte depuis notre plus jeune âge.

Cela veut dire que ces aptitudes ne sont pas données à tout le monde. Toutefois, certaines personnes, à un moment donné, on suffisamment d’aptitudes pour exprimer des qualités de leaders.

J’envisage le leadership dans une vision dynamique. C’est à dire que l’on peut exprimer des qualités de leader à certains moments, et pas dans d’autres.

Certaines personnes se transforment et prennent des décisions de leader dans des domaines dans lesquels ils excellent : le sport, la créativité, leur travail, leur entreprise, la musique, la peinture… puis redeviennent des personnes tout à fait normales dans un monde tout à fait normal dans d’autres circonstances.

Le leadership c’est tout sauf rationnel : c’est émotionnel

Les cours sur le leadership donnent des outils pour aider à devenir et à être leader. Ces formations et conseils sur le leadership mettent des mots, et de la rationalité sur des qualités humaines.

Ce qu’il faut retenir, c’est que le leadership c’est avant tout des qualités émotionnelles :

  • Des qualités humaines telles que la compassion, l’empathie, la sympathie
  • Sentir les gens, sentir les choses
  • Se projeter (s’imaginer) à la place des gens
  • Savoir transmettre une inspiration à l’équipe qui entoure le leader
  • Imaginer et concrétiser une vision

Qui aime me suive… il n’y a rien de rationnel dans toutes ces qualités du leadership!

Comment devenir puis être un leader dans l’entreprise ?

Quelques années plus tard, ma réponse consiste à appliquer la stratégie du fait accompli :

  • Puisqu’on ne “naît” pas leader,
  • Puisque le leadership ne s’apprend pas,

Le fait accompli consiste à forcer le destin jusqu’à devenir leader. En se soumettant aux feux des épreuves, aux feux des prises de risque. En somme, aux feux de toutes les situations requérant un leadership.

Prenons quelques exemples (sans juger sur le fond) :

  • Le Président français Nicolas Sarkozy a acquis un leadership international en 2008:

1- En forçant la paix pendant la crise Géorgienne et 2- en forçant le Monde à agir face aux risques de récession. Il avait le choix de prendre ce leadership. Il aurait pu ne pas le faire.

  • Le Président Barack Obama a été élu Président des Etats-Unis mais il n’est pas encore leader.

Il ne deviendra réellement Président (leader) que lorsqu’il se forcera à prendre à bras le corps tous les défis qui l’attendent : problèmes économiques, problèmes sociaux, problèmes à l’international, etc. Il a le choix de prendre ce leadership. Il peut le faire (yes he can)… ou ne pas le faire.

  • Le PDG de Renault Carlos Ghosn a été parachuté il y a quelques années au Japon, pour relever Nissan : il a été envoyé au casse-pipe.

Une entreprise en déclin, à tous les niveaux. Désorganisation chronique, baisse de la production, baisse du chiffre d’affaires, des modèles qui ne plaisaient plus, etc. Il aurait pu ne jamais y mettre les pieds. Il a forcé les choses pour acquérir le respect des japonais (c’était sans doute le plus difficile) et pour imposer les recettes du redressement. Il a forcé les choses pour prendre le leadership et être leader.

  • Mohandas Karamchand Gandhi est devenu leader pour protéger et pour émanciper son peuple.

Il s’est immergé dans un combat qui a duré toute une vie pour le respect des Indiens, le respect des intouchables, et l’indépendance de l’Inde. Il a forcé les événements, ainsi que des centaines de millions de gens, pour pousser les Anglais à reconnaître l’indépendance de l’Inde. Il n’a pas eu besoin de la force brute pour exercer ce leadership qui a mené au succès : la non-violence a fonctionné.

En conclusion : le leadership, de l’émotionnel et du rationnel

Avec du recul, il me semble que le leadership s’acquiert par l’épreuve, en se forçant à être au coeur des événements. Et en se forçant à avoir une prise sur ces événements pour pouvoir les changer.

Tout ce que l’on apprend sur le leadership donne des outils pour aider à la mise en oeuvre du processus de changement.

Mais ce ne sont que des outils.

L’émotion dirige le monde…

Crédit photo : Merci à Mike Wood.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement