Les femmes créatrices et chefs d’entreprise sont-elles réellement différentes de leurs homologues masculins  ? Y a t-il une façon de gérer l’entreprise spécifique à l’entrepreneure ?

Découvrez l’opinion de Nathalie Demarcq (ND Secrétariat) dans cette chronique rédigée à l’occasion de la semaine “Entreprendre au féminin”, du 9 au 15 octobre sur Gautier-Girard.com.

hommes et femmes entrepreneurs

Dans ce domaine aussi, les femmes viennent de Vénus et les hommes de Mars !

Entreprendre au féminin n’est pas différent d’entreprendre au masculin. La différence est dans la nature humaine, une perception et une préhension différentes de l’environnement par les femmes. C’est indéniable, nous sommes plus dans l’émotionnel et le relationnel que nos homologues masculins.

Par exemple, j’entends beaucoup de créatrices dire qu’elles préfèreront sous-traiter plutôt qu’embaucher. Pourquoi ? Parce qu’elles ressentent moins le besoin d’être le supérieur hiérarchique des personnes avec qui elles travaillent que l’angoisse de salariés qui dépendent d’elles pour vivre au quotidien, et leur famille avec eux.

Les créatrices recherchent davantage un épanouissement et un équilibre vie privée/vie professionnelle dans leur travail, quelle que soit la forme sous laquelle elles l’exercent, plutôt qu’avoir leur entreprise. Pour nous, pour moi, la création semble plus être l’aboutissement d’un chemin de vie que le but à atteindre à tout prix. C’est peut-être pour ça que la plupart des projets d’entrepreneures sont plus pérennes et mieux réfléchis. Bien sûr, ils comportent leur lot d’erreurs et d’échecs, mais comme le montre le sondage de l’APCE (”Les femmes et la création d’entreprise” - janvier 2012), les femmes sont moins aventurières.

Entreprendre au féminin ou comment faire d’une prétendue faiblesse une force

Mais ces modes de fonctionnement que certains qualifient de faiblesses, il ne tient qu’à nous d’en faire un avantage commercial en décelant par exemple le talon d’Achille de notre interlocuteur grâce à notre légendaire 6ème sens !

Des quantités de réseaux se sont également créés ces dernières années pour promouvoir et aider l’entrepreneuriat féminin. À nous de savoir saisir ces mains qui se tendent pour résoudre ces problèmes particuliers comme l’intendance du foyer qui nous est souvent dévolue bien que, là encore, les choses changent énormément. Qui n’a pas autour de lui un père célibataire ou un conjoint dont l’épouse est fréquemment en déplacement ?

Et surtout évitons de véhiculer nous-mêmes les stéréotypes ou idées préconçues sur entrepreneuriat féminin ou de dresser des barrières qui n’existent peut-être pas entre entrepreneures et entrepreneurs. Chaque créateur est confronté aux mêmes problèmes, certes à des moments différents, avec plus ou moins d’intensité. Il doit faire les mêmes démarches de fond (étude de marché, choix d’un statut, communication…). Il doit gérer son quotidien en trouvant un équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Et si le reste n’était que perception ?

Crédit photo : merci à World Bank Photo Collection

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement