Les créateurs et les dirigeants le savent : créer une entreprise suppose un apprentissage permanent. Il faut acquérir des connaissances dans de nouveaux domaines (gestion du temps, techniques commerciales…) et être prêt à évoluer pour continuer à progresser.

Mais faut-il pour autant devenir un adepte du changement ?

Developpement personnel et changement

Si certains défauts peuvent et doivent légitimement être corrigés, il ne faut pas non plus basculer dans certains excès et laisser de côté votre plus grande force : votre personnalité.

« Le monde aura beau changer, les chats ne pondront pas » (Proverbe africain)

Alors si vous êtes chat, il est souvent préférable de l’accepter plutôt que d’essayer de jouer un rôle emprunté et pesant dans lequel vous ne pourrez pas être à l’aise. Vouloir à tout prix être quelqu’un d’autre n’a jamais fonctionné sur le long terme.

Entretenir l’illusion va vous demander beaucoup d’énergie et être une source inépuisable de frustrations…ce qui va aussi rejaillir sur votre entourage et même votre vie professionnelle. Tout simplement parce que vous ne serez pas en accord avec vous-même.

Changement et confiance en soiPrenons un exemple. Vous êtes indépendant, vous aimez prendre vos propres décisions et vous êtes très attaché à votre liberté. Ce trait de caractère ne va pas vous empêcher d’avoir une vie sociale équilibrée. Par contre, au moment de créer votre entreprise, vous avez intérêt à bien réfléchir à la forme juridique la plus adaptée pour vous. Si vous aimez être le seul maître à bord, si vous ne voulez pas rendre des comptes, le choix de créer une société avec un ou plusieurs associé(s) n’est sans doute pas le plus indiqué.

Dans le même ordre d’idée, pourquoi multiplier les rencontres et les rendez-vous avec des personnes qui ne vous intéressent pas ou qui vous ennuient, juste pour donner l’impression à votre entourage que vous avez une vie sociale bien remplie ? Il est tout à fait possible d’être épanoui en limitant le nombre de ses amis et en gardant du temps pour vous.

Mais pour s’accepter et s’afficher tel que l’on est, encore faut-il être capable d’affronter le regard et le jugement des autres. Alexandra le Dauphin avait par exemple témoigné du poids des préjugés qui s’expriment face à son rôle de femme entrepreneure exerçant à son domicile (« Être femme, entrepreneure, et travailler à son domicile »).

Faut-il pour autant renoncer à être soi ? Bien sûr que non ! Au contraire : être fidèle à ce que vous êtes, authentique, vous permettra d’être en paix avec vous-même. Certains vous apprécieront pour ça, pour vous,  pour votre personnalité et pour vos valeurs. D’autres vous dénigreront sans doute. Mais au moins vous pourrez continuer à avancer et à changer seulement ce qui doit l’être.

Je suis Ane, il est vrai, j’en conviens, je l’avoue ;
Mais que dorénavant on me blâme, on me loue ;
Qu’on dise quelque chose ou qu’on ne dise rien ;
J’en veux faire à ma tête. Il le fit, et fit bien.

Quant à vous, suivez Mars, ou l’Amour, ou le Prince ;
Allez, venez, courez ; demeurez en Province ;
Prenez femme, Abbaye, Emploi, Gouvernement :
Les gens en parleront, n’en doutez nullement.

La Fontaine (”Le Meunier, son fils et l’âne”)

Crédit photo : merci à TheGoodly, à Marco Crupi Visual ArtistEnvoyer un FlickrMail

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement