A chaque fois, c’est la même chose : vous avez un projet, une envie, une ambition…et hop, dès que vous envisagez de les concrétiser, votre saboteur interne refait surface. Il vous suggère des idées négatives, il vous dit que ça ne marchera pas, que vous n’avez pas l’étoffe, que vous allez vous planter…Résultat : vous vous retrouvez à douter, à avoir des pensées angoissantes, et vous n’osez plus vous lancer car vous êtes découragé avant d’avoir commencé.

Rassurez-vous : de nombreux entrepreneurs sont confrontés à cette petite voix intérieure très enquiquinante ! Et pour cause : il s’agit tout simplement d’un fonctionnement normal de votre cerveau qui s’appuie sur vos actions/croyances passées pour vous alerter sur un éventuel danger.

Parfois c’est utile : par exemple, quand vous vous brûlez pour la première fois étant enfant, votre cerveau fait le lien flamme = risque de brûlure/douleur. Mais il arrive que le cerveau fasse des liens erronés et finisse par vous présenter une vision très étriquée de la réalité. On peut ainsi porter en soi des peurs et des complexes que d’autres nous ont transmis (ex : votre famille, des professeurs…) ou qui sont issues d’expériences passées. Le point commun de toutes ses croyances limitantes est qu’elles sont irrationnelles. Si vous passez votre temps à vous répéter par exemple que “vous n’en êtes pas capable”, vous ne retiendrez que vos échecs et pas vos réussites.

Pour vous aider à arrêter de vous auto-saboter, voici deux méthodes très efficaces :

Finissez-en avec les croyances limitantes et avec votre saboteur interne !

Le truc des comédiens pour oser se jeter à l’eau

Quand vous commencez  à broyer du noir et à vous dénigrer, appelez votre imagination à la rescousse !

Mettez vous dans la peau d’un technicien face à une table de mixage : représentez-vous mentalement en train de pousser le bouton qui baisse le son et qui fait totalement taire la voix agaçante de votre auto-saboteur interne.

Variante : vous pouvez aussi vous amuser à déformer cette voix jusqu’à la rendre totalement ridicule.

Une technique en 2 étapes pour rééduquer votre cerveau

Votre cerveau adore les automatismes ! Si vous voulez réduire ou, encore mieux, vous libérer des croyances limitantes qui vous paralysent, il faut l’aider en lui donnant de bonnes habitudes.

Pour cela, procédez en deux temps :

1) Examinez la véracité des propos tenus par votre saboteur interne

Tout n’est pas forcément à jeter dans ce que vous dit votre petite voix interne. Par exemple, si vous souhaitez lancer une entreprise et que vous pensez “Je ne peux pas me lancer du jour au lendemain comme ça, il faut que je prépare mon projet en faisant un business plan”, ce n’est pas une croyance limitante mais du bon sens :-)

Il faut donc distinguer les affirmations utiles/valables et celles qui ne sont que l’expression de vos peurs. Il ne faut en effet pas confondre une impression ou un jugement avec une réalité !

Le mieux est de commencer par adopter une démarche pragmatique en vous posant les bonnes questions :

  • avez-vous des preuves concrètes et objectives qui viennent confirmer votre pensée négative  ?
  • cette pensée est-elle globale et intemporelle ? dans quelles situations et conditions peut-elle se vérifier ? varie-t-elle en fonction du contexte et des individus ?
  • avez-vous des exemples actuels qui confirment cette pensée ? si oui, le contexte avait-il une importance ?
  • existe-t’il des contre-exemples à cette affirmation ? des exceptions ? si oui, dans quelles conditions ?

Vous découvrirez que certaines “affirmations” ne reposent sur aucun fondement probant. Un exemple : si on vous a inculqué étant enfant certaines croyances limitantes (ex : “ce n’est pas pour toi”, “tu n’es pas capable”, “tu n’y arriveras pas”, et tous les “tu es ceci” et “tu es cela” qui vous collent une étiquette), cela va avoir un impact sur votre vie d’adulte. Pourtant, si vous regardez votre parcours avec objectivité, vous vous apercevrez que vous avez su surmonter des difficultés, faire votre chemin, etc. Et que s’il vous est arrivé de vous tromper, vous avez réussi à vous relever !

2) Jouez avec les contraires et le positif

Notez votre croyance limitante sur un bout de papier. Maintenant, vous allez la transformez en affirmation positive motivante que vous allez écrire juste en dessous puis répéter à voix haute de façon décidée et énergique.

Un exemple :

  • croyance limitante : “Je n’y arriverais jamais”
  • affirmation positive : “Je décide de me lancer et je vais réussir !” 

Autre exemple :

  • croyance limitante : “Je vais me planter”
  • affirmation positive : “Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends” (Nelson Mandela)

N’hésitez pas à utiliser la méthode du “faire comme si” pour prononcer l’affirmation positive “comme si” vous aviez confiance en vous ! Il y a en effet une relation très puissante entre l’expression corporelle et la confiance en soi.

En pratiquant régulièrement ces techniques, vous allez réussir à canaliser puis à museler votre saboteur interne.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Tony Young 

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement