Plus de 50% des jeunes français de 18 à 24 ans souhaitent créer leur entreprise aujourd’hui d’après une étude réalisée par la société de capital-investissement Idinvest en collaboration avec Viavoice. Un pourcentage comparable à celui de l’Union Européenne et qui révèle certains aspects de l’environnement entrepreneurial dans lequel nous nous situons.

Après la crise économique de 2007, le nombre de personnes motivées par l’envie de créer une entreprise a augmenté de manière exponentielle en France et dans le reste de l’Europe ; une croissance principalement due au manque d’offres d’emplois. Un grand nombre de personnes,  n’ayant aucune autre solution, ont alors créé leur propre entreprise.

Ce type d’entrepreneuriat par nécessité laisse plus de place aujourd’hui à l’entreprenariat d’opportunité. La pleine ouverture des frontières économiques, le numérique, les nouvelles formes de communication ainsi que les nouvelles technologies favorisent la création d’entreprises en France ou à l’étranger.

La recherche de liberté et d’indépendance constitue aussi une des principales raisons incitant les français à se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat.

Dans ce contexte, il est possible de réunir 5 grandes caractéristiques d’un entrepreneur type en 2015 :

Entrepreneur en 2015 : quelles caractéristiques ?

Un preneur de risque

Un entrepreneur est avant tout une personne capable d’avoir un bon jugement sur les affaires, une qualité qui lui permet de savoir saisir la bonne opportunité au bon moment et au bon endroit.

Tout nouveau business est un défi, un challenge qui nécessite d’établir au préalable une étude large et approfondie des opportunités éventuellement exploitables avant de se lancer et de prendre des risques.

L’idée de « preneur de risque » pourrait avoir une connotation négative car cela évoque, dans un premier temps, une personne agissant instinctivement de manière non réfléchie. Il s’agit pourtant bien du contraire. Un « bon » preneur de risque est avant tout quelqu’un de prudent, capable d’analyser un spectre large d’opportunités et de menaces.

Un nouveau projet ne connaît jamais de risque zéro, l’objectif pour un entrepreneur est donc de réduire au maximum les risques de son projet lorsque certaines situations ne peuvent être anticipées.

Un preneur de risque au moment de la création de son business continuera aussi à l’être en cherchant à innover constamment. Pour être compétitif, un entrepreneur doit savoir se réinventer quitte à modifier, voire changer radicalement de stratégie afin de s’adapter à la concurrence.

Un passionné

Investir et s’investir dans une nouvelle entreprise est un chemin long et laborieux. Tout entrepreneur a conscience qu’il rencontrera des obstacles et notamment des personnes ne croyant pas à la rentabilité du projet. Il faut alors avoir la force de ne pas se laisser abattre…

Un bon entrepreneur ne doit certes pas agir seul, tête baissée, sans se soucier des conseils de ses pairs, car il pourrait alors prendre de mauvaises décisions. Cependant, il est à l’initiative du projet et c’est aussi sa passion, sa motivation et son enthousiasme qui porteront ses équipes et qui réussiront à convaincre les investisseurs et tous ceux qui peuvent participer au projet.

Être passionné ne fait évidemment pas référence à la passion irraisonnée rattachée à l’affect. Au contraire : un entrepreneur passionné est guidé par la passion de créer un projet, de le rendre réel, mais il garde le recul nécessaire pour être réaliste.

Un bon gestionnaire connecté

Les entrepreneurs mobiles en 2015

Un entrepreneur doit maitriser les bases du management pour mener à bien son idée. S’il ne souhaite pas le faire seul, il existe aujourd’hui un nombre d’outils connectés considérables pouvant l’aider à gérer au mieux le développement de son entreprise.

De Google Apps aux applications moins connues telles que Trello ou encore Insightly, spécialisées respectivement dans l’organisation des tâches et dans la gestion de dossiers de clients, les entrepreneurs ont l’embarras du choix pour trouver des solutions qui pourront les aider à gérer leur entreprise.

Être connecté est indispensable en 2015, les informations et les nouvelles idées circulent très vite et obligent tout entrepreneur à gagner en efficacité pour rester rentable. En parallèle, l’internet des objets ne s’arrête pas aux usages privés comme l’a indiqué l’expertise du cabinet Deloitte en Février 2015  : plus de 60% des entreprises déclaraient leur intention d’avoir recours aux objets connectés au cours de l’année. Des supports tels que les wearables par exemple (smartwatch, iWacth etc.) permettent la collecte de données clients précieuses pour la réalisation d’analyses et une meilleure connaissance du marché. Des objets toujours plus petits et performants auxquels les entrepreneurs devront avoir recours pour maintenir leur compétitivité.

Une personne mobile et flexible

La mobilité est devenue inhérente au processus de création d’entreprise. Elle est surtout indispensable lors du lancement d’une entreprise lorsqu’il faut décrocher ses premiers clients, contacter ses investisseurs etc. Mais être mobile et flexible implique de pouvoir maintenir l’image professionnelle de son entreprise, y compris à  l’extérieur des locaux. Il faut donc se rendre disponible de manière quasi-permanente tout en assurant le bon fonctionnement de son business.

Pour y parvenir, de nouveaux outils de communication interne se développent grâce à internet et aux solutions de télécommunication avancées. Par exemple, le télétravail fait partie aujourd’hui du quotidien de nombreuses sociétés qui, grâce à Skype ou à d’autres outils de ce type, restent en contact avec les différents acteurs de l’entreprise. De même, le cloud offre de nouvelles possibilités en matière de communications téléphoniques. La communication virtualisée permet notamment de redistribuer les appels entrants sur les mobiles de l’entreprise à partir d’un (ou de plusieurs) numéro virtuel. Un outil capable de donner une image d’unité d’entreprise pour l’appelant et qui facilite la gestion des appels pour l’entrepreneur mobile.

Une personne capable d’accepter les échecs

Créer son entreprise n’est pas sans risque et peut s’avérer être un échec. Il peut aussi y avoir des échecs à chaque phase d’innovation ou de changement au cours de se développement. Que ce soit d’un point de vue personnel ou professionnel, il est donc important pour un entrepreneur de savoir rebondir après avoir connu un échec. Il doit être capable de réembarquer « ses troupes » vers un nouvel objectif et croire de nouveau à d’éventuelles opportunités.

Un premier échec peut s’avérer être la genèse de succès futurs. Accepter l’échec c’est aussi accepter le risque en général et donc par définition s’offrir de nouvelles opportunités de croissance. Par exemple, l’entreprise BIC n’a jamais cessé de s’innover, son succès est indéniable et connu de tous mais peu savent qu’elle a aussi connu des échecs. Son projet de culottes jetables ou de parfums bon marché en sont des exemples. Mais l’entreprise a su y faire face grâce à 4 autres produits innovants : les stylos à bille, les rasoirs jetables, les briquets et la planche à voile.

Voici donc, dans ses grandes lignes, les principales caractéristiques d’un « bon » entrepreneur s’il veut affronter au mieux les nombreuses mutations du 21ème siècle. Ce ne sont bien évidemment pas les seules…

A propos de l’auteur de cet article

Catherine Duprez est la  directrice marketing de l’entreprise Fonvirtual, spécialisée dans les standards téléphoniques et les numéros de téléphone virtuels.

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement