Situation délicate que tout entrepreneur aimerait éviter : se retrouver avec un retard de paiement ou, plus grave, une facture impayée

2389859493_11d7150d8e_b.jpgLes clients qui paient en retard, malheureusement ça existe. Ces retards de paiement et, plus gravement les impayés, grèvent votre trésorerie et peuvent mettre en péril votre entreprise.

Parce qu’il n’y a pas d’entreprise sans client, il n’y a pas non plus de client sans risque d’impayé. Aucun dirigeant n’y échappe !

J’avais déjà publié un dossier complet ici : Comment se faire payer ?

Et je reviens sur le sujet car c’est la situation qu’a vécu récemment Aurélie…

On en parle sur le forum :

Qu’avons-nous comme recours contre les impayés ?

Heureusement pour elle, sa facture sera finalement honorée par l’organisme de curatelle de son client…

Il existe pourtant quelques précautions qui pourront vous permettre d’éviter les retards de paiements et les factures impayées.

Anticipez le défaut de paiement : prenez des précautions !

Récupérer une créance peut s’avérer long, fastidieux et coûteux…

Une chose à savoir : en matière de recouvrement, il faut réagir très vite. Comme nous n’échappons pas à ce genre de tracasserie, autant se préparer à l’avance.

Voici un exemple de plan d’actions que vous pouvez facilement mettre en place dans votre entreprise :

  • Définissez dès la création de votre entreprise vos conditions générales de vente. Si vous en avez la possibilité, faites-les rédiger par un conseiller juridique, avocat ou un spécialiste en la matière. Mentionnez-y vos modalités, conditions, délais de règlement, pénalités de retard, délai de réclamation…
  • Renseignez vous sur le client avant de travailler avec lui : “Googlez le” en tapant son nom sur votre moteur de recherche préféré, vérifiez l’existence de son entreprise sur infogreffe.fr notamment,vérifiez son adresse dans les Pages Jaunes.
  • Faites toujours signer un document contractuel, c’est un engagement : devis / bon de commande. Imprimez toujours vos conditions générales de vente au dos de votre document de vente. Rédigez correctement votre facture, elle doit correspondre au devis ou au bon de commande. Si ce n’est pas le cas, vous auriez du prévoir un avenant au devis ou au bon de commande.
  • Préparez-vous un échéancier : c’est un outil de gestion indispensable au suivi des encaissements ! Vous listez dans ce tableau toutes les factures que vous émettez et la date à laquelle elle devraient être payées.
  • Parallèlement à ce tableau de bord, prévoyez un “plan de relance” (un calendrier de relance). Par exemple : retard de 3 jours = appel téléphonique, retard de 8 jours = lettre de relance n°1, dans laquelle vous pourrez rappeler les termes de votre précédent appel téléphonique de relance…
    Petit conseil : n’agressez pas votre client pour autant ! Il existe aussi des entrepreneurs débordés qui ont réellement oublié de payer la facture…
  • Souscrivez une assurance juridique :  elle est souvent proposée en complément de votre assurance responsabilité civile professionnelle et sera particulièrement utile dans le cas où l’affaire devrait aller devant les tribunaux.

Vous êtes un professionnel et le problème d’impayé fait partie des risques de l’entreprise. Avec un tel plan d’actions, vous vous donnez la capacité de prévoir de manière professionnelle ce risque de défaut de paiement.

Gérer le retard de paiement

865479636_e034b55b19_o.jpgMalgré votre première relance, le client n’a toujours pas réglé sa facture ?

Vous avez communiqué avec lui plusieurs fois, de manière informelle, et avez essayé de régler le souci à l’amiable ? Vous avez effectué toutes les actions du plan ci-dessus ?

Si cela ne marche toujours pas (et je précise, seulement si vous avez essayé et que cela n’a pas marché) :

Vous pouvez lui envoyer une mise en demeure plus formelle que la première relance.

Dans cette mise en demeure, rappelez au client qu’il a signé un devis et des conditions générales de vente et qu’il s’expose à des pénalités de retard. Dans la majorité des cas, le client ne voudra pas voir sa facture augmentée des pénalités de retard et paiera sa facture.

De mon point de vue la mise en demeure est à utiliser en dernier recours, une fois que l’on a épuisé toutes les pistes possibles à l’amiable.

Si c’est un impayé…

Voilà… Malgré votre plan d’actions et toutes vos bonnes pratiques en matière de suivi des encaissements, votre client n’a toujours pas payé sa facture.

Que faire maintenant ?

Quels sont les recours contre un impayé ?

Parmi les solutions proposées sur le forum pour aider à récupérer le montant du paiement :

  • Le cabinet de recouvrement : Il prendra en charge votre dossier de recouvrement de créance. Certains facturent leurs prestations directement au client “mauvais payeur”,  qui voit donc sa facture encore augmenter. D’autres vous factureront leurs prestations à vous-même.
    Il vaut donc mieux se renseigner préalablement sur les coûts d’un cabinet de recouvrement, les méthodes qu’ils emploient et surtout s’il existe des garanties de recouvrement des créances que vous leur confiez, dans quels délais….
  • L’injonction de paiement : Rapide et peu chère, c’est une procédure judiciaire ordonnée par le Tribunal d’instance ou de commerce, donc c’est plus “officiel” et surtout intimidant pour votre client. Vous n’avez pas besoin d’être assisté par un avocat, il suffit de remplir un formulaire et d’y joindre vos pièces justificatives.

Et vous, comment gérez vous ce risque d’impayé ?

Comment vous prémunissez-vous des retards de paiement ?

Avez-vous déjà eu affaire avec un client mauvais payeur ? Avez-vous déjà eu des factures impayées ?

Votre avis nous intéresse !

Crédit photos : Merci à Francis Bourgouin et Bertrand Duperrin

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement