Tout entrepreneur, surtout en début d’activité, a été, est, ou sera certainement confronté à une difficulté de trésorerie. C’est une réalité, certes difficile à accepter (tout au moins pour certains), mais qu’il est préférable d’affronter le plus rapidement et le plus concrètement possible.

 impayés et fournisseurs

Force est de constater que le sujet de l’argent reste un sujet délicat, voire tabou, dans notre société mais rien ne sert de faire l’autruche. Une difficulté de  trésorerie n’est pas forcément un constat d’échec ou la preuve d’une incompétence de l’entrepreneur.

Il suffit d’une commande qui prend un peu de retard, d’un jour férié qui décale une remise en banque, de la prise de congés d’un client qui là encore décale un  versement… et le règlement de vos propres factures se trouve différé voire compromis.

Dès lors plusieurs scénarios possibles :

1) Vous laissez la situation telle quelle, votre banque vous « autorise » un découvert que vous n’avez pas négocié et que vous allez payer le prix fort. De plus, le fait de ne pas avoir anticipé les choses ne vous met pas en position de force pour négocier à l’avenir.

2) Vous laissez la situation telle quelle, la banque refuse votre chèque et vous êtes catalogué comme mauvais payeur auprès d’un fournisseur. Celui-ci va vous inonder de messages téléphoniques, mails, lettres… selon la somme due et son degré de ténacité. Vous perdrez beaucoup de temps et/ou d’énergie soit à lui répondre, soit à l’éviter. Il parlera de vous comme quelqu’un de peu fiable et d’injoignable. On ne peut pas dire que cela soit de bon augure pour pérenniser une entreprise !

3) Ou alors, vous prenez le taureau par les cornes. Vous analysez complètement la situation sans complaisance mais également sans catastrophisme. Vous devez définir ou tentez de définir la durée prévisible de votre défaut de trésorerie, le montant du découvert et s’il ne touche qu’un fournisseur ou plusieurs. Ensuite, selon ces premières réponses, vous pouvez envisager de régler le problème avec l’appui de votre banque ou simplement en négociant le règlement avec votre fournisseur.

Mais, il y a une chose que vous devez faire impérativement, c’est informer le plus honnêtement et le plus rapidement possible votre ou vos fournisseurs du problème et de la solution envisagée. Bien sûr, vous devez également vous excuser du préjudice que celui-ci est susceptible d’avoir, aussi minime soit-il.

En somme, faites ni plus ni moins pour vous fournisseurs que ce que vous aimeriez que les vôtres fassent pour vous ! 

Article rédigé par Nathalie Demarcq,  dirigeante de ND Secrétariat,une entreprise en Isère (Est-Lyonnais et Nord-Dauphiné) spécialisée dans le secrétariat : assistance commerciale, retranscription audio, création de site internet, formation, secrétariat.

Crédit photo : merci à massdistraction

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement