Est-il possible, même lorsqu’on s’applique à utiliser des techniques comme la règle des deux minutes ou la méthode NERAC de perdre du temps sans en avoir conscience ?

La réponse est oui. Même si vous débutez vos journées avec une motivation portée à son paroxysme, il est possible que vous fassiez du sur-place sans même vous en rendre compte…

Pour être véritablement efficace, voici quelques bonnes habitudes à prendre :

Productivité : gagner du temps en 2016

1) Devenez une personne “du matin”

Dans la mesure du possible, essayez de caler les tâches les plus urgentes ou les plus compliquées le matin :

  • décisions à prendre,
  • dossiers complexes à traiter,
  • négociations à mener,
  • ….

Deux bonnes raisons à procéder ainsi sont patentes :

- D’une part, vous ressentirez une certaine satisfaction d’avoir avancé d’une manière globale, et d’une manière nominale, d’avoir traité le dossier le plus important de la journée. Vous continuerez de fait à travailler en vous sentant plus “léger”.

- D’autre part, vous respecterez votre rythme biologique. Plus la journée avance, plus votre fatigue augmente. Parfois, même si cela échappe à votre conscience, votre corps et votre cerveau sont moins alertes au fur et à mesure que les heures passent. Dès lors, le risque de commettre des erreurs augmente et votre rythme de travail est moins soutenu.

2) Apprenez à connaître votre horloge biologique interne

Scoop : même si vous aimez votre métier et même si vous êtes passionné, vous restez malgré tout un être humain. Or, votre corps a son mot à dire. Le plus souvent, il s’exprime sans que vous en ayez conscience, mais c’est vous qui en payez les conséquences - qui elles, sont visibles !

Prenons un exemple.

Le lundi, en commençant la journée, vous commencez à traiter un dossier/une mission que vous pensez pouvoir terminer en 9 jours (soit le mardi suivant). Alors que vous avez réussi à dégager du temps pour travailler pendant le week-end, vous prenez du retard sans vous en rendre compte.

Ce phénomène a souvent été constaté lors d’études menées sur la productivité des salariés. En réalité, vous avez été moins efficace parce que la date fixée pour la fin de votre tâche ne correspondait pas avec une échéance chronobiologique (journée, semaine, mois, année..).

Il aurait été plus intéressant de vous dire : “Je me donne 10 jours pour terminer cette tâche : tout doit être bouclé vendredi prochain” (le vendredi correspondant à une fin de semaine travaillée et donc à une échéance chronobiologique).  Ou alors, de décomposer votre dossier en plusieurs volets : “Avant la fin de la journée, je dois avoir traité cette sous-tâche” et ainsi de suite pendant 9 jours.

3) Évitez de travailler en mode multitâche

Alors que vous avez tendance, parfois, à mener de fronts plusieurs tâches en même temps, pensez à ménager des plages horaires d’intense productivité allouées aux tâches les plus importantes.

Dans ces moments-là, ne consultez ni vos e-mails toutes les deux minutes, ni vos réseaux sociaux, ni rien. Enfermez-vous au calme et consacrez-vous uniquement à ce que vous avez à faire.

Eviter de travailler en mode mutitâche est un moyen d’utiliser votre cerveau et vos ressources à bon escient (les scientifiques ayant démontré qu’il n’est pas capable de gérer efficacement plusieurs flux d’informations en même temps).

A ce sujet, vous pouvez consulter ce dossier : Vous travaillez en mode multitâche ? Attention vous détruisez la matière grise de votre cerveau

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement