Les entrepreneurs qui souhaitent disposer d’un pour se faire connaître sont des cibles assez faciles pour certaines agences peu scrupuleuses. Résultat : ils sont victimes d’une pratique qui va leur coûter très cher, pendant longtemps. Vous pouvez en effet vous retrouvé engagé par un abonnement de 24 voire de 48 mois, à des  coûts prohibitifs, pour obtenir un site de piètre qualité…qui ne vous appartiendra même pas.

Pour éviter de tomber dans le panneau et d’engloutir des sommes folles inutilement, découvrez comment repérer le “” !

Création de site web : le piège du One Shot

Qu’est-ce que le “” ?

Le “” est une expression utilisée pour désigner une vente réalisée lors de l’unique rencontre entre le prospect et le vendeur (parfois le commercial représentant une entreprise).

C’est aussi une méthode de vente redoutable, qui repose sur un principe simple : le premier rendez-vous doit se solder par une vente.

Pour le vendeur, les bénéfices sont indéniables :

  • il rentabilise le temps passé avec le client
  • il augmente considérablement son chiffre d’affaires
  • il ne laisse pas au client la possibilité de réfléchir, de demander d’autres devis…..

Comment repérer une vente “” ?

Il y a plusieurs éléments qui doivent vous alerter et vous aider à identifier une vente “” :

1) Dans la quasi-totalité des cas, c’est l’agence web qui vous démarche

Le but de ces agences est de multiplier les ventes, donc elles font un démarchage intensif. Et il n’est pas difficile de trouver des entrepreneurs à contacter en parcourant les sites dédiés (voir ici).

En tant que dirigeant de TPE, vous constituez une cible idéale :

  • a priori vous n’avez pas de solides connaissances en matière de création de
  • vous ne savez pas trop sur quels critères choisir une agence
  • vous avez un budget limité donc vous recherchez à réaliser “une bonne affaire”
  • vous allez prendre votre décision seul

Au téléphone, votre contact sait jouer sur vos besoins, quitte à vous laisser entrevoir monts et merveilles,  pour décrocher un rendez-vous.
2) Lors du rendez-vous, le commercial a un argumentaire en béton

Le commercial chevronné que vous avez en face de vous n’hésite pas à multiplier les promesses très alléchantes. Il vous promet un site sur-mesure, un référencement garanti, un tarif vraiment très faible….

Vous tiquez sur ce prix trop bas ? Il va vous expliquer qu’il représente une grosse agence qui peut se permettre de faire des propositions commerciales adaptées au TPE. Ou alors, au contraire, il vous dit que son agence vient de se lancer, et qu’elle a besoin de se faire des références. Certains vont même jusqu’à vous offrir “gratuitement” la création de votre site.

La personne que vous avez en face de vous est très convaincante.

 3) Votre interlocuteur vous demande de signer le contrat immédiatement

Le commercial insiste alors pour obtenir une signature immédiate du contrat. Il peut vous laisser entrevoir des facilités de paiement, la possibilité de vous rétracter ensuite, la facilité avec laquelle vous pouvez résilier le contrat, l’urgence qu’il y a à signer car l’offre est limitée dans le temps…

Si vous avez l’imprudence de signer, le cauchemar commence….

 Un contrat très désavantageux…pour vous

Lorsque vous découvrez votre , vous n’en revenez pas : votre site ne correspond pas du tout à vos attentes.

Mais il y a pire : vous découvrez que vous avez souscrit un abonnement sur une durée très longue (le plus souvent 24 ou 48 mois), et que le montant à régler est terriblement élevé. A titre d’exemple, vous pouvez vous retrouver à payer dans les 150 €  par mois (et parfois même beaucoup plus) pendant 4 ans soit  7 200 € pour un de quelques pages et très mal conçu.

En prime, ni le site ni le nom de domaine ne vous appartiennent ! Il s’agit d’une simple location, mais qui vous est vendue à des tarifs astronomiques, et surtout sans vous laisser le choix  (le tarif moyen pour ce type de services est de 150 à 500 € par an, selon qu’il s’agit d’un simple site vitrine ou d’un e-commerce avec plus de fonctionnalités).

Et si vous faites appel à un autre prestataire en cours de contrat, non seulement vous devrez assumer ce surcoût financier, mais il vous faudra trouver un autre nom de domaine.

Parfois, pour vous amadouer, on vous indique que vous êtes propriétaire de votre nom de domaine. Mais si vous voulez le récupérer, vous devrez alors payer des “frais de transfert” et patienter très longtemps pour que le transfert soit effectif (les délais indiqués sont souvent de 30 à 45 jours).

Vous voulez exprimer votre mécontentement et tenter de négocier un accord avec l’agence qui vous a vendu le site ? Ce n’est pas si simple !

Il y a 2 cas de figures :

  • soit elle vous répond froidement que vous êtes lié par le contrat que vous avez signé
  • soit, et cette situation est très fréquente, elle a déjà revendu votre contrat à une société de crédit-bail.

Comment résilier ces contrats ?

En tant que professionnel, vous ne bénéficiez pas du droit de rétractation. Vous ne pouvez donc rien faire à ce niveau là. La plupart du temps, les CGV des agences spécialisées dans le “” n’oublient pas de souligner ce point.

De plus, ces contrats sont prévus pour être renouvelés par tacite reconduction.  Il faut donc être très vigilant pour ne pas laisser passer les délais et les conditions de résiliations, souvent contraignantes prévues dans le contrat.

Quant aux actions en justice,  elles ne permettent pas toujours d’obtenir gain de cause (il faut pouvoir prouver la faute de l’agence, le contrat étant parfaitement légal) et il faut pouvoir également les assumer financièrement.

En attendant, le nombre d’entrepreneurs victimes de ces pratiques ne cesse d’augmenter…. Soyez vigilants et surtout ni signez rien le jour même : prendre le temps de l’analyse et reporter une décision au lendemain est un réflexe salutaire !

Crédit photo : merci à Matthew Kenwrick

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement